Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

18 février 2006

Questions. Réponses ?(Charlotte)

Les questions sont infinies...
Toujours les mêmes
Les réponses sont impatientes, jamais pareilles.
Elles changent du jour au lendemain
Mais moi, je suis dans l’urgence,
Je n’aime pas attendre.

Je veux   savoir
Je veux comprendre
Qui je suis
Où je vais 
Pourquoi je vis
Comment aimer et ne pas souffrir.

On me dit :
« Sois bien sage et tu auras une récompense
Mange sans faire de crasses et le dessert suivra
Range ta chambre,tes tiroirs et l’ordre règnera
Aime ton prochain comme toi-même et
Le bon Dieu te le rendra. »
C’est ça, le paradis, paraît il.

J’obéis du mieux que je peux
Cela ne réussit pas vraiment.
Ce n’est pas que je veux être désordonnée  et égoïste
Mais les bêtises, cela me tente énormément.
Je peux, je veux aussi,  être parfaite
A l’école, à la maison et à l’église…
Qu’on puisse dire de moi
C’est la meilleure élève de la classe
C’est la plus gentille petite fille,
C est la préférée de la famille !

On me dit :
« Mêle-toi de ce qui te regarde…
Ecoute donc quand je te parle…
Fais pas la bête
Ta jupe est trop courte
Tes jambes et ton ventre trop nu
Tes cheveux sont en perpétuelle bataille
Va falloir arranger ça
Sinon tu n’iras pas loin dans ta vie
Tu ne trouveras pas de mari !
Pense aux autres
Ne dis pas :Moi, je.
Et puis, garde tes larmes pour plus tard
On n’est pas ici pour rigoler
Arrête de te faire remarquer
Ce sont des enfantillages
Arrête tes grimaces, tes embarras,
Tu es une enfant gâtée
Il y en a qui meurent de faim sur la terre
Tu finis ton assiette ou tu vas au lit
Ferme ta bouche quand tu manges
Ne parle pas la bouche pleine. »

Et voilà, je la ferme
Je ne parle plus, je me tais,
Je pense, je râle,
Et je l’écris.
Mais,les questions sont têtues
Elles pointent sans cesse leur bout de nez sur les feuilles blanches
Que je remplis à longueur de journée,
Je les cache sous mon oreiller.
Elles sont là, jamais en sommeil.
Quant aux réponses…
J’ai beau les guetter au coin de la nuit,
Elles ne se laissent pas prendre
Elles sont espiègles et aussi rusées que moi.
Le temps de s’allumer, elles s’envolent dans le vent du ciel
Quand il s’avise de s’étoiler.

Moi, je crois que ce sont les réponses qui ne se posent pas…
Ce serait trop facile
Mais cela ne fait pas mon affaire.

Posté par Coumarine à 22:02 - Charlotte - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

  • Charlotte.
    J'aime cette petite fille qui se pose des questions
    qui se fait rabrouer parce que pas conforme
    Je reconnais une petite Coumarine
    Est-ce qu'on n'a pas été des soeurs autrefois?
    Bises

    Posté par coumarine, 18 février 2006 à 22:06
  • Surpris! agréablement surpris par la 1ere strophe qui est tellement à l'image de la jeune génération actuelle. Aussi vraie dans son zapping insouciant que dans ses réflexions profondes! Bravo Charlotte, on commence à te lire ... et plus on avance, plus on se reconnait! J'aime vraiment cette chute: ce sont les réponses qui ne se posent pas ... même si ça ne fait pas tes (nos) affaires.

    Posté par Coquelicot, 19 février 2006 à 01:13
  • Dur,dur, d'être adolescent!
    Dur, dur, de toujours entendre la même rengaine des parents...
    Ton texte est un réel portrait de cette période où les questions posent problème, Charlotte...
    On sent que c'est du vécu!!!!!Pas vrai?

    Posté par colette, 21 février 2006 à 20:26

Poster un commentaire