Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

17 mars 2006

Blanc ! (Nan')


Elle a osé. Elle a osé ! Elle a osé me demander de l'accompagner à une soirée déguisée. Et je l'ai suivie… Je te l'accorde, l'idée en elle-même à ceci d'attrayant qu'elle te replonge en enfance : je m'attendais déjà à me retrouver en Maya l'Abeille à butiner entre Capitaine Flam et autre Super Poulet. Un peu prise au dépourvue, étonnée d'une telle invitation – à mon âge tout de même – je me suis lancée à la recherche du costume perdu. Ah oui mais non ! Nous avions en plus une consigne à respecter, à croire que Coumarine elle-même organisait notre sauterie ! Blanc. Blanc ! Nous devions tous être vêtus de blanc !

Mais non, qu'est-ce que tu vas chercher, je n'ai rien contre le blanc, à la base. Enfin... Rien… C'est un bien grand mot. Ah ça, pour sûr, le blanc a le mérite de mettre en valeur les formes de mon physique d'athlète à l'instar d'un pouf en skaï dans un sac à patates, je te le concède. Et blanc ! Symbole de pureté et de virginité ! Ah ! Fais moi rire ! Moi qui suis un exemple de sainteté ! Oui Mademoiselle ! On peut être saucissonnée dans son jean XXXL comme une rosette de Lyon et taquiner le goujon lors de folles sorties en boîte. Et oui Mademoiselle, ça mord ! Et l'épuisette a plutôt intérêt à être conséquente, je te le dis ! Ne me regarde pas avec ses yeux là ! Grâce à mes fesses de compétition, j'ai dû récolter plus d'hommes dans ma vie qu'il y a de jours dans l'année !

Oh j'aime quand tu me regardes comme ça, soupçonneuse et dubitative. Toujours est-il que nous avons fait un festival, les reines de la piste, les lumières du dancing ! Mais quelle idée a-t-elle eu de lancer ce jeu ! Don Juan devait trouver sa cavalière et danser avec elle sur des rythmes salsa endiablés en s'accrochant avec les moyens du bord. Imagine le tableau ! Des couples attachés par des lacets, d'autres par des élastiques à cheveux. Et moi grande greluche devant l'Eternel, prête à relever tous les défis, qui ai repéré mon hidalgo nocturne et l'ai attaché au bouton de la poche arrière de mon pantalon par celui de sa braguette !

Et c'est ainsi que nous nous retrouvons ici, lui et moi, unis pour quelques heures encore, à attendre sagement que nos plâtres soient secs en sirotant les taches de sangria qui maculent nos jolis costumes… rouges.

Posté par Coumarine à 22:55 - Nan' - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

  • eh bé dis donc...Nan!
    quelle imagination..
    Après t'avoir lue je suis retournée voir la photo, et en effet on dirait qu'ils sont boutonnés ensemble comme tu l'as dit...
    Mais fallait le faire...
    (merci d'avoir respecté scrupuleusement me demande de "mise en forme" Cela me fait gagner bcp de temps!!!)

    Posté par coumarine, 17 mars 2006 à 23:01
  • Elle vous en prie ;o)

    Mais j'ai repéré deux jolies fautes ici... y aurait il un moyen de les corriger ? j'en ai honte !

    ligne 2 : "a" ceci d'attrayant
    ligne 8 du 2è paragraphe : "ces" yeux là

    Merci !

    Posté par Nan', 18 mars 2006 à 12:05
  • Alors, là, il y a une imagination débordante, une dérision qui me laissent pantois ... à défaut de me sentir pantin si j'avais participé à cette sauterie dans la même tenue!

    Posté par Coquelicot (FC), 18 mars 2006 à 13:22
  • mdr !

    excellent texte, nan', drôle et acéré...

    pati, dis-moi que c'est pas moi, le regard soupçonneux et dubitatif.... p

    Posté par pati, 20 mars 2006 à 12:25
  • Euh... toi ? Tu serais plutôt celle qui m'emmènerait dans le traquenard !

    Posté par Nan', 20 mars 2006 à 17:44

Poster un commentaire