Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

21 avril 2006

Le prisonnier du phare (Elvire)

Il est l’homme seul dans sa tempête Il est le prisonnier du phare Il est vieux maintenant avance dos à la ville Il est enfermé avec sa peur qui a pris corps - Sa peur qui a pris corps dans la vie d’une absente - Son absence d’un sourire il la dessine en violet Son absence juste un moment lui rendre ses couleurs Son absence un instant ouvrir la boite à trésors Sont absence sa tempête sa nuit son possible - Il a peint les lisières en jaune Aveuglé par le lumière Brûlé par ses feux A quoi... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 20:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 avril 2006

Consigne 21

Une image qui vient du blog du Perroquet (Astérie) qui rêve en bleu et en poésie Vous faites un court texte (de préférence en poésie LIBRE, donc NON RIMEE, ou en prose poétique) Dans le texte doivent se trouver ces mots: sourire, peur, absence, boîte à trésors, juste un moment Bonne inspiration...vous avez quinze jours pour nous donner à lire un beau texte... J'en suis d'ailleurs sûre...vous faites des merveilles Merci de faire vivre le blog
Posté par Coumarine à 11:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 avril 2006

Du Paradis à l’Enfer. (Marie-Jeanne)

Il était assis sur un rocher, les pieds dans le sable tiède que baignait l’eau turquoise de la mer des Caraïbes.   Son regard se porta sur le ciel enflammé par le coucher du soleil qui projetait l’ombre des cocotiers.  Pendant quelques secondes ce paysage paradisiaque le fit rêver. Un éclair d’acier passa rapidement entre la mer et lui. La rame de  métro l’empêcha d’observer davantage les détails de l’affiche d’une quelconque agence de voyage.  Le tunnel filait devant ses yeux , le rapprochant de... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 avril 2006

Tendre amie (Nan')

La mer qu'on voit danser le long des golfes clairs… Encore un qui n'a absolument rien compris à la chance que l'on a à l'avoir pour soi. Elle ne se résume pas à une vague, un mouton au large, un enfant qui joue ou une mouette qui vient timidement picorer dans ta main. La mer est une compagne sincère, fidèle, dure et gorgée de bonheur ou de tristesse. Elle lui a amené tant d'amis, repris tant de famille. Il ne compte plus ces bateaux qui s'approchent des digues ou ceux qui se noient dans l'abîme. Qu'importe. Elle est présente dans ses... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 avril 2006

Positif (Defy)

L’angoisse est là, la peur aussi ! Il l’a aimé comme un fou. Juste pour une nuit, il s’est abandonné à l’insouciance, à la folie, à la déraison, à l’oubli. Il s’est laissé aller à la passion. Ce matin, il est allé chercher les résultats des tests. Il a traîné sans but toute la journée, l’enveloppe dans son sac. C’est la tombée du jour. L’angoisse est là, la peur aussi. Et le virus ? Il se rend compte qu'il jouait à la roulette russe cette nuit là. Mais le jeu était truqué. La balle était engagée dans le barillet.... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:42 - Commentaires [5] - Permalien [#]
17 avril 2006

Il n'y a pas d'Adieu, Il n'y a que des Au Revoir (steph80)

Deux Anges se sont dit au revoir ce matin. Cette séparation est dictée par le Destin. Nul chagrin ne fut versé. Aucune larme sur leurs joues n'a coulée. Mais leur coeur, à tous les deux, comme jamais, a saigné. A partir de ce jour détestable, Tous deux craignent les temps futurs invivables, Repensant sans cesse à l'ardeur de leur baisers. Lui, lisait leur annonce de mariage. Lui, était assis derrière sa maison, sur la plage. Lui, comptemplait aussi la beauté de la mer. Lui, espérait... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 avril 2006

Juste une nuit ( Miss_Lys)

Elle était venue à Tripoli souffler ses 40 bougies. Sonnée par sa huitième coupe de Champagne, elle avait presque réussit à oublier l'Autre. L'effervescence de la fête commençait à l'agacer. Elle avait envie de danser. Au loin, un feu sur la plage. Elle enfila son paréo et couvrit ses épaules. Ses longs cheveux défaient, ses sandales à la main Elle avança sur le sable encore chaud. Il avait fait 43°C cet après-midi. Elle titubait. Les flammes du feu dansaient sous son regard. Elle avait chaud. Le paréo glissa. Le... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 avril 2006

Méditerranée (Clopine Trouillefou)

Je viens du fond des nuits, du fond des âges, je suis fille du Cosmos et de la Terre, je suis insatiablement féconde et toujours  renouvelée. Et je suis, démesurée,  aussi terrible que la Mort elle-même, ou aussi douce que la Vie, dans les rêves des pauvres êtres humains dont tu fais partie. Il ne faut pas me défier, sais-tu ? J’ai parfois cette fantaisie de choisir l’un d’entre vous, d’en faire mon amant, pour quelques heures ou pour toute la vie…  Sache le : jamais aucun d’entre  eux n’a résisté à mon... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 avril 2006

Camus avait raison ( Tessanie )

Il s'était assis là, par hasard. Parce qu'il n'avait nulle part où aller. Il avait ramassé un journal, qui traînait par terre, probablement depuis le matin, et s'était assis, là. La mer était belle, si belle. Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas contemplée ainsi, trop pris qu'il était par sa vie, par sa survie. Mais ce soir, il en avait marre. Ras le bol. Il était fatigué. Epuisé de se battre sans cesse. De toute façon, ça n'était plus la peine, de se battre. Il n'avait plus de boulot, plus de famille, tout s'était... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 21:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 avril 2006

L'étendue (Madame &claire)

Depuis le début de la journée, il avait erré sans but. Vers midi, n'ayant pas faim, il s'était acheté un fin magazine avec les quelques pièces qu'il avait extraites du fond de la poche de son pantalon. Heureusement, la météo avait été clémente ce jour-là, à peine deux-trois gouttes de pluie vers 16h. Bien sûr, un jour ou l'autre, il devrait bien rentrer chez lui, auprès des siens,..., mais demain, plus tard,... Il avait continué de macher, il avançait quand même, même s'il ne savait pas où il se trouvait exactement, traversant ce... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]