Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

22 mai 2006

De l’abstrait a l’absurde (Myriel)

Une lune ronde, des maisons de couleur, mosaïque en camaïeux. Une touche de jaune ici, un brin de vert par-là. De la palette a la toile, il n’y a qu’un pas, un mouvement de danse, la danse du pinceau entre ses doigts experts. Il virevolte couchant sur la toile ses envies, ses couleurs, sa passion de l’abstrait. Vite, plus vite petit pinceau, il reste encore des endroits vierges. Allez un carré ici, un triangle là, complète le tableau, remplis le jusqu’à l’absurde. Ne laisse de place que pour cette lune rousse qui éclaire ce... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 20:49 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

22 mai 2006

Teint de cerise d'été. (Charlotte)

Je choisis le rouge, comme  mon teint de cerise d'été.Cet été, si lent à venir cette année.Je choisis le rouge,  comme ma colère d'hiver.Le bleu promis par monsieur Météo ne s'est pas annoncé.Il se goure, me ment,  cet enfoiré,Tout cela n'a ni queue, ni quête, ni tête.Salut, la spuce à l'oreille, comment vas-tu ?C'est la faute à mes doigts.Ils  dansent  avec mes arrières pensées sur les touches d'ivoireIls aiment jouer, rire et  écrire  des bêtises.Tout cela n'est après tout qu'un petit exercice... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 20:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
22 mai 2006

Toile d'un temps d'errance ( Pati )

Laisser glisser la plume sur la feuille. Ouvrir les vannes. laissercouler.Difficile de ne pas contrôler...Regarder.Un thème pour anathème. Une image pour des mots. Des mots qui fusent sousle stylo. Un château. Château fort, haut en couleursHaut de forme, château douleur. les couleurs de la vie s'étalent sur latoile.Château de Klee, clef de mes mots.Comme des bullesTintinnabulent sous le stylo Soleil ballon, mon coeur s'emballe!Cent balles s'envolent, me laissent marronMarron couleur, un feu de paille ;Cubes imbriqués,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 20:34 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
22 mai 2006

Rouge et bleu (Alceste)

93, les colonnes infernales étaient entrées dans le bocage vendéen depuis quelques semaines. La semaine dernière, une colonne avait été décimée par les chouans, non loin des sables d’Olonnes . Simon, le long fusil à baïonnette des patriotes à la hanche avançait dans le chemin creux, à l’arrière de la section envoyée en reconnaissance .La sueur perlée aux coins de ses yeux, ses mains étaient blanches à force de serrer la crosse, dans le dos il sentait sa chemise trempée par la peur .Seul le cliquetis des armes et le chuintement des... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 15:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 mai 2006

Femme (Nan')

Ciel gris et pleurant. Pas un oiseau ne se laisse entendre, pas un bruissement d'aile, tout semble calme. Trop calme. En attente. Comme si. Un souffle d'air frais, froid, glacé. Un cri dans la nuit. Tout est noir. Lourd. Livide. Pesant. Nuit. Larme. Son coeur bat. Encore. Le jour se lève. Bleu. Jaune. Soleil. Eclat. Percée lumineuse à travers ses rideaux. Elle émerge. A vif. Sourire ? Colère ? Heureuse ? Quels sentiments éprouve-t-elle encore ? Doute. Sûrement. Le feu. Rouge. Aux joues. Elle aime. Toujours. Elle est feu, elle... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 14:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
22 mai 2006

Fatiguée. (Elvire)

Voilà, pour ce soir, je suis simplement fatiguée. Je me débats abrutie contre vos murs de couleurs fades Un château fort emmuré et un soleil déjà mort Et puis, vraiment, je n’aime pas le jaune… En mécanique d’écriture mes mots ping pong sur les à plats A tirailler retailler rentrer dans la case idoine J’ai le souffle court et les ailes coupées ce soir je suis fatiguée. Vous dites qu’ici je dois aller et par ces mots terminer : " Le rouge et le bleu ne s’épousent-ils pas ? " Non, je vois bien... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 13:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 mai 2006

La magie des couleurs (Lutine)

La lune illuminait les nombreuses couleurs de ce château. Le mélange descouleurs était assez surprenant, parfois, une tour, un mur changeait de couleurselon le mouvement de certaines ombres… A la fenêtre d’une tour rouge, une jeune femme pleurait doucement. Les rayons delune faisaient apparaître sa longue chevelure noire comme l’ébène et sa roberouge comme le sang. Sa tristesse était si grande que toutes les plantes et lesanimaux qui la voyaient ou l’entendaient étaient tristes aussi. Se reprenant soudainement, elle s’assit à la... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 13:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]