Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

21 juin 2006

Sultane d’un soir (Myriel)


Captive parmi d’autres, je fut vendue au sultan de Rabat. Enfermée dans son harem, j’errais comme une âme en peine, ne voyant qu’a travers un brouillard la magnificence des pièces emplies de coussins et de tapis aux couleurs chaudes. Il n’y avait que dans les jardins que je retrouvais un peu de mon pays. La nostalgie me serrait le cœur, et la beauté harmonieuse des plantes et bassins était troublée par mes larmes.
J’étais rebelle a mon nouvel état, perdue au milieu de toutes ces femmes caquetantes et médisantes. Puisque m’enfuir était hors de question, me laisser mourir était devenu mon unique but.
Un jour pourtant, tout changea. Le sultan, cet homme qui était devenu mon maître, vint au harem. Mon regard se posa sur lui et mon cœur fut emprisonné. Il était grand, la peau couleur de sable, les cheveux noirs et les yeux de velours caressant. Hélas ces caresses ne s’adressaient pas a moi. Pas un instant ses yeux ne m’effleurèrent. Qu’étais je a coté de ces grands et blondes slaves, ou de ces beautés mystérieuses du désert ? Rien qu’une petite paysanne un peu terne…
Mais un soir, je tins ma chance. Je fut désignée pour danser pour lui. Je choisis d’interpréter la danse des 7 voiles. Sur un air de musique passionné, avec des gestes langoureux, j’ôtais un a un mes voiles. C’est ainsi que, totalement dénudée, je pus enfin m’offrir à celui qui ne me voyait pas

Posté par Coumarine à 22:08 - Myriel - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Ah! voilà un texte dont le contenu change du tout au tout...
    C'est ici la sensualité qui domine
    C'est fou comme la même photo peut engendrer des textes différents
    Merci Myriel

    Posté par Coumarine, 21 juin 2006 à 22:13
  • Le harem... Ca a fait rêver et fantasmer beaucoup de monde. Perso, à une époque où je travaillais beaucoup (et où j'étais très fatiguée), je décrivais le harem (surtout les jardins), comme un lieu idyllique, où je pourrais me reposer, manger des pâtisseries, boire du thé et du café, écrire des poèmes, écouter chanter les tourterelles et grossir sans me tourmenter. (Il ne fallait évidemment pas me prendre au sérieux mais ton texte me l'a rappelé, avec les films et la littérature sur ce thème, "Harem", avec Nastassia Kinski, très mystérieux, "Harem" de Frédérique Hébrard (en J'ai lu), - qui a eu un prix - et surtout, deux livres sur la sultane Nakshidil, une Française ayant vécu à Istanbul, de Michel de Grèce, (La nuit du sérail) et de Barbara Chase Riboud (La grande sultane).

    A consulter éventuellement: sur Aimée Dubuc de Riverie (et son historicité) : http://www.istanbulguide.net/istguide/people/connus/aimee/

    Posté par Pivoine, 22 juin 2006 à 23:25

Poster un commentaire