Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

29 juin 2006

Consigne 26

Voici un montage que j'ai trouvé ici (merci Claire) Vous écrivez un texte court Qui commmence par: "L'unique ascenseur de l'immeuble est momentanément hors d'usage" Bonne écriture à tous, vous les fidèles et aussi les curieux de passage (N'hésitez pas à partir dans la fantaisie...)
Posté par Coumarine à 00:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

28 juin 2006

Puissance du ressac (Alceste)

Une seule jambe se balançait , agacée au dessus de l’eau d’un vert profond, mais sale, du port , l’autre était repliée comme en demi lotus .Le soleil chauffait ses jambes et son cou tandis que le vent donnait cette caresse, qui faisait supporter cette brûlure . Elle sentait la chaleur lourde de force contenue de la main qui était placée sur son épaule , elle pesait pesait  pesait .La moiteur de son corps, alangui par ce midi estival , la happait dans son inconfortable étreinte . Elle aurait voulu que ce poids se relâche, la... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 19:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 juin 2006

Ouvrir les yeux (Feuille)

Ouvrir les yeux, il fait nuit, pas un bruit. Quelqu'un respire, quelquechose, juste un souffle. Ouvrir les yeux, non pas encore, attendre unpeu. Ecouter, il est encore là, juste un souffle.J'ouvre les yeux, doucement, personne à part la lune.Je dois rejoindre l'oracle au fond de cette ruelle, quelle idéesaugrenue. Pourquoi toutes ces épreuves ? Pourquoi attendre toute lanuit dans cette ruelle, comme s'il fallait passer par là pour obtenirles réponses tant attendues.« Au bout de la ruelle, a-t-il dit, au bout de la ruelle je... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 juin 2006

Voyage à l’autre bout du monde. (Bea)

Ce jeudi-là, avant de pénétrer dans la médina, le guide nous avait pourtant bien recommandé de rester groupés autour de lui.  Et il avait ajouté : - « Nous entrons dans un véritable labyrinthe.  Tous les étrangers qui s’y sont aventurés seuls s’y sont perdus.  Gardez votre sac devant vous, et votre main sur votre sac.  N’engagez la conversation avec personne : leur seul objectif est de localiser votre argent ». J’avais tellement bien intégré toutes ces consignes que, deux heures plus tard, j’étais là,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 juin 2006

Clin d'oeil (Christine)

Tous les matins j'achetais mon p'tit pain au chocolatLe boulanger ne me regardait pas ....et pourtant j'étais si belleJe me faisais chaque jour plus belle pour lui, pour qu'il me voitLe temps passait et ses yeux jamais ne me regardaient comme d'autres hommes l'auraient fait. J'étais triste et de boulangerie je changeais pour n'y revenir plus jamais.Et puis un jour, je croisais sa route, il me regarda et me sourit enfinSes yeux plongèrent enfin dans les miens et dans ma main il posa la sienneMon rêve se réalisa, celui qui depuis des... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 juin 2006

La teutonne aux tétons titanesques (Oncle Dan)

Lorsque le téléphone sonna, Théo était en plein effort physique. C'était fou ce que les gens pouvaient être inconvenants pour oser vous déranger à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, au beau milieu de vos occupations ! Il n'aimait pas le téléphone, et se dit en cet instant précis que c'était l'objet le plus haïssable du monde. Théo n'était pas extrêmement sportif, mais s'accordait épisodiquement une heure de sport en chambre. Attention. Pas de méprise. Point d'échelle murale, ni d'haltères ou de vélo d'appartement.... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

25 juin 2006

Il est dans ma ville (Coquelicot)

Il est dans ma ville, comme dans toutes les grandes villes, des espaces en ombre plus qu’en lumière où les ténèbres du cœur flirtent avec la misère. De ces ruelles, des impasses, des berges ou des dessous de ponts où le cœur de la cité préfère ignorer que des hommes et des femmes se battent, ou ne se battent même plus, pour vivre ou survivre. Il est dans ma ville, comme dans toutes les grandes villes, des espaces en ombre plus qu’en lumière où des yeux hagards, saoulés par la drogue, l’alcool, la poisse et le vide d’avenir, ne... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
25 juin 2006

Crescendo cantabile …. ( Largo )

Le petit tunnel dans la venelle mène au bal de la fac. Carnaval de Venise ou de Rio, peu importe. Pour lancer le jeu, mettre le feu aux poudres et la poudre aux yeux, nous les filles, disons plutôt, nous les meneuses organisons un colin-maillard. Et voilà les mecs les yeux bandés. Ils trébuchottent en demi-somnambules au milieu d'un essaim de copines évanescentes toutes enhardies sous leur masque impénétrable même l'une pour l'autre. Toutes se sont donné le mot : surtout pas un mot ! Toutes glissent, frôlent, sillagent leur... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 juin 2006

Ce n'est pas Net du tout (PetiteSardine, la blog-trotteuse)

Moi Petite sardine je vais vous le dire tout net: ce n'est pas net cette photo, c'est vrai quoi, à quoi il pensait  ce chat  quand il a pris en photo cette traboule en clair obscur...il se rend pas compte qu'il n'y a qu'un chat pour distinguer les choses qui ne se voient que en clair clair Et c'est qui ce type qui s'en va en catiminou comme ça, tête baissée comme un coupable...franchement cela ne se fait pas de nager en eaux troubles, de semer la discorde, de péter la chamade dans une maison de bonne tenue... Attendez,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:45 - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 juin 2006

De. l'interprétation des rêves. et des fantasmes (Charlotte)

Je marche en sautillant sur les pavés d'une longue rue plongée dans le noir.J'ai perdu mon chat, je suis  nue et j'ai froid. (Il est minuit, Docteur..)Silence. Au bout de la rue, je croise un homme, barbu,  à lunettes noires et canne blanche. Il tient une rose à la main.-« Qui cherchez vous ? » demande t-il avec un accent bruxellois.-« Je cherche le père Michel et ma plume. Il me  faut lui écrire des mots. »-« C'est  là-haut » répond-il en désignant une enfilade d'escaliers roulants.Au sommet . une ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]