Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

18 juillet 2006

L'arme déposée. (Charlotte)

Après quelques minutes de marche, il déposa son arme sur le tronc de l'arbre
couché.
Ce chemin, il le connaissait  pour l'avoir parcouru  tant de fois.
Ce chemin,  qui menait  à un passé lointain toujours présent.
Ernest est  poursuivi par des forces démoniaques et  tenaces qui en veulent
à sa peau et lui donnent de drôles idées dans la  tête.
Il a  perdu à six ans son âme d'enfant avec tous ces péchés véniels et
mortels et on lui a coupé la main  adroite entre ses doigts car elle volait
jusqu'au sang quand il avait faim et froid.
Ernest a du réciter beaucoup  d'Ave et de Pater  pour racheter une civilité
et une virginité.
Il est fâché avec les curés qui l'ont confessé, avec les policiers qui l'ont
tabassé, avec la terre entière qui ne l'a pas protégé.
Puis il a repris  son chemin d'adolescence  à l'internat, en essayant de
garder, la nuit, la  main froide par-dessus les draps, comme le lui avait
été ordonné  son directeur de conscience, un moine de foi, remarquable à la
tonsure au milieu de son crâne.
En réalité, c'était un homme en mal de bien.
C'est en se promenant avec lui, un soir, comme aujourd'hui, sur le sentier 
au bord de mer, qu'après quelques minutes de marche, il étouffa  Ernest  de
son amour secret, immoral, pas normal.
Cette histoire ancienne, toujours actuelle, est triste à crever, à déprimer.
Il se dit cela,  Ernest, en reprenant son chemin  à jamais en lui enterré 
et  crachant  sur l'arme déposée,  il shoota sur le tronc de l'arbre couché,
se cassa le pied et puis enfin. se mit à pleurer.

Posté par Coumarine à 22:58 - Charlotte - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

  • Charlotte, je ne m'en cache pas, j'ai un faible pour ton écriture
    Un ton faussement innocent pour écrire des réalités pas innocentes du tout
    Avec des formules un peu bizarres, mais très significatives, qui frappent...
    exemple
    "l'homme en mal de bien"
    D'autres choses encore, mais je devrais citer quasi tout

    Posté par Coumarine, 18 juillet 2006 à 23:04
  • L'actualité t'a profondément inspirée, Charlotte. je reconnais ta façon de dire, qui nous mène, mine de rien, à une réalité douloureuse et toujours actuelle, hélas!

    Posté par Lorraine, 19 juillet 2006 à 09:33
  • Brrrrr, c'est terriblement évocateur... (Donc magnifique).

    Posté par Pivoine Blanche, 19 juillet 2006 à 09:35

Poster un commentaire