Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

17 septembre 2006

Echanges d’atomes. ( Cedric )

Les courbes pures qui me font face accaparent l’espace aux nus murs futur lieu de tendresse.
Nos deux êtres encore distincts n’ont pour seul témoin de leur prochain mélange que l’inerte chambre maîtresse.
Debout, dans nos habits de naissance, l’un face à l’autre, elle me scrute sans gêne, elle me détaille, elle m’aime, je l’observe sans malaise, je la dévisage, je l’aime.

Nos pompes corporelles s’accélèrent au plus son contour de déesse s’approche. Au premier contact, première fièvre, première inspiration saccadée. Une fois nos respirations cordonnées plus rien ne peut empêcher la découverte de nos sensations, l’exploration des cartes des plaisirs, la géographie des monts, des atolls, des presqu’îles d’émotions.

Mon continent heurtera le sien, zone de subduction, tremblements et volcans feront partie de l’expédition.

Pour l’heure, son climat réchauffe le mien, mes brouillards rencontrent ses déserts. Je n’ai d’yeux que pour ses chutes, elle ne voit que mes mystères. Les courants de nos mouvements parcourent chaque centimètre carré de peau. Des pluies d’atomes s’échangent à tous les niveaux. Je faufile mon amour dans chacune de ses anfractuosités. Nos langues différentes n’empêchent pas un délicat aparté. De la sienne, elle étudie ma péninsule italienne. De la mienne ensuite, je gravis ses sommets, ses massifs, je parcours ses grandes plaines et ses petites oasis.

Après un temps aussi long que nos plaisirs, nos territoires entrent en ébullition. Les zones de perturbations nous font frémir,  nous nous abandonnons au bon vouloir de la nature, à ses désirs. Tout à coup, deux éruptions de lave solaire nous emportent tels deux raz de marée  balayant nos pays intérieurs, nous laissant heureux et rieurs.

Le calme retrouvé et comme pour sceller la paix, j’enlace son monde et elle le mien.

Posté par Coumarine à 12:17 - Cédric - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

  • A toi aussi, Cédric je souhaite la bienvenue à PP

    Beaucoup de belles expressions, une approche lente et sensuelle des deux corps, décrite parfois de manière un peu trop "flamboyantes"
    Tu as voulu "bien" écrire, et cela se sent un peu
    Ne prends surtout pas cela pour une critique: on gagne tous à la simplicité
    mes Maîtres en écriture m'ont appris à supprimer tous les mots inutiles
    Ce serait amusant que tu essaies de faire de même, et voir ce que cela donne
    Mais, je le répète, il y a de très beaux passages, phrases, expressions
    Merci en tous cas de participer

    Posté par Coumarine, 17 septembre 2006 à 12:24
  • C'est peut-être la description presque trop clinique qui étouffe un peu l'émotion. Mais j'ai bien aimé ce travail sur les métaphores. Et cette "zone de subduction" est une belle trouvaille.

    Posté par théo, 17 septembre 2006 à 13:08
  • j'ai moins de réserves et je trouve que l'émotion passe assez bien

    Posté par brigetoun, 17 septembre 2006 à 22:10
  • Merci pour vos franchises. J'apprécie.

    Je me suis laissé porté par l'exercice quitte à être emporté. Le texte est imparfait mais j'ai aimé l'exercice de creuser à fond la méthaphore risquant peut-être trop de "flamboiements"; les mots inutiles faisant ici(pour moi)partie de l'exercice méthaphorique.

    Merci de ton accueil Coumarine.

    Posté par Cedric, 18 septembre 2006 à 10:32
  • "laissé portER" !

    Je hais ces fautes !
    Surtout quand c'est moi qui les fais !

    Posté par cedric, 19 septembre 2006 à 13:58

Poster un commentaire