Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

06 octobre 2006

Un signe (Abstruse)

Au matin, le verre était vide.
Sa place était vide
Mon cœur était vide
Je sus qu'elle m'avait quitté
Elle l'avait sans doute décidé
Ce jour elle m'abandonnerait
Comment pourrais-je l'accepter ?
Comment pourrais-je m'y résigner ?
J'avais juste envie de hurler
Jamais je ne la reverrai
Je ne l'entendrai plus chanter
Le silence viendrait s'installer
Ses cendres, on les avait jetées
Juste là dans la mer glacée
Les vagues les avaient emportées
A l'aube des âmes envolées
Je viendrai guetter la jetée
Un signe d'elle je scruterai
Cette main qui prit son envolée
Comme pour sans doute me saluer
Fit naître en moi un raz de marée
Mon cœur put finir de saigner
Mes veines se coaguler
J'avais enfin trouvé la paix
Au matin, le verre était vide
Sa place était vide
Mon cœur était vide
Mais je sus combien je l'aimais
Assez pour ne plus la pleurer
J'entends son rire au vent léger
et je souris de la voir gaie.

Posté par patitouille à 09:01 - Abstruse - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

  • je ne sais pas vous, mais je trouve que le "hasard" des réceptions de vos textes (je les publie par ordre d'arrivée dans ma boite mail) fait bien les choses... je trouve que le texte d'Elvire et le tien, Abstruse, vont bien ensemble. un peu comme s'ils se répondaient l'un l'autre...

    là encore, de belles images.
    "A l'aube des âmes envolées
    Je viendrai guetter la jetée"
    "J'entends son rire au vent léger"

    ce que j'apprécie dans tes textes Abstruse, c'est la simplicité de ton langage. on peut facilement "dire" tes textes, mais cette simplicité est là au service d'une vraie poésie, une poésie vivante et qui va droit aux tripes.

    et puis, j'aime beaucoup la répétition des vers de début
    "Au matin, le verre était vide.
    Sa place était vide
    Mon cœur était vide"

    une belle façon de délimiter le changement d'humeur de ton narrateur

    merci, abstruse

    Posté par pati, 06 octobre 2006 à 09:21
  • Merci ...

    Merci Abstruse,

    Ton texte me parle, et c'est peu dire, surtout en ce moment ...

    Posté par Bugul An Aod, 06 octobre 2006 à 12:16
  • Un poème émouvant qui remue vents et marées et qui laisse des traces dans la mémoire...
    Bravo!

    Posté par colette, 06 octobre 2006 à 13:52
  • Magnifique ! Ca m'a donné des frissons à lire ! Je suis d'accord avec Pati, la répétition du mot vide crée bien cette sensation d'absence, le vide laissé par la mort de l'être aimé... Très beau. Avec en prime le luxe d'une fin optimiste.

    Posté par Sammy, 06 octobre 2006 à 16:51
  • Oui, Pati, c'est vrai que ces textes se répondent bien ... comme si le mien était décrypté par celui d'Abstruse ... fort réussi par ailleurs!

    Posté par elvire, 06 octobre 2006 à 17:01
  • ;o)

    tu as raison pati, elvire et moi étions connectées sur le même chemin de mots

    merci beaucoup de vos gentils commentaires

    touchée

    Posté par Abstruse, 06 octobre 2006 à 18:16
  • j'aime bien ce texte,mélancolique mais doux et tendre à la fois
    entendre lerire et la joie de quelqu'un qui nous a quitté c'est beau...
    bisous

    Posté par littlesun, 06 octobre 2006 à 19:11
  • Encore un texte très émouvant ! Pfiou.. suis touchée, beaucoup. J'aime beaucoup la progression et cet apaisement doux et bienveillant à la fin.

    Posté par céline2, 07 octobre 2006 à 11:53
  • Emouvante histoire d'un amour perdu

    Posté par Christine, 07 octobre 2006 à 19:11
  • très émouvant en effet et très bien écrit. J'aime beaucoup aussi.

    Posté par Farfalino, 09 octobre 2006 à 13:40

Poster un commentaire