Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

07 octobre 2006

angoisse (Claire)

Le matin, le verre était vide ; la bouteille aussi d'ailleurs. La photo était toujours sur mon écran et l'écran toujours vide de mots. Un seul mot tournait dans ma tête : la consigne. Consigne de gare, le con signe... et mon angoisse montait. Ils allaient encore me prendre toutes les bonnes idées si je n'étais pas la première à écrire et à envoyer mon texte. Il faudrait que je sois originale, que j'aille chercher loin l'inspiration. Et puis, je ne voulais pas être dans les dernières. Pour une fois, être la plus rapide... Je ne disais pas la plus brillante, mais.... ah que  les mots d'encouragements de Coumarine flattaient mon égo. Et puis si je voulais qu'elle lise ma trilogie, il  faudrait que j'assure sur ce coup-là. Cet oiseau qu'il ne fallait pas mettre en cage, cette main qui se tendait, cet homme qui regardait, cette maison... Comment les lier ? J'aurais aimé passer pour romantique, faire pleurer mes lecteurs, qu'ils attendent des violons... Mais rien, une page vide.
Coumarine, je suis désespérée

Posté par patitouille à 09:01 - Claire - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

  • excellent !

    quel humour-dérision ! c'est très bien trouvé, Claire !

    encore une fois, le "hasard" des réceptions de texte a bien fait les choses, pour nous offrir deux petits bijoux d'humour léger

    bon, je ne sais pas si Coumarine lira pour autant ta trilogie, mais c'est bien essayé ))

    Posté par pati, 07 octobre 2006 à 02:10
  • comme je te comprends - et encore je n'ai réalisé qu'après que ce devait être suréaliste

    Posté par brigetoun, 07 octobre 2006 à 10:13
  • C'est là qu'on signe?

    C'est là qu'on signe?
    Je jetterai bien une bouteille à la mère mais on va m'accuser d'être brutal. Ça va de père!
    Bon, d'acord, c'est pas un bonjour!

    Posté par Tonton Jeannot, 07 octobre 2006 à 10:59
  • Moi, je suis conquise. Très exactement décrites, les sensations, les inquiétudes, les hésitations, ce ressenti de tout qui veut écrire: dans les temps, vite, bien, original, complet!

    Ce n'est pas du surréalisme, c'est du réalisme en plein, mais bravo!

    Posté par Lorraine, 07 octobre 2006 à 11:28
  • "La consigne, c'est la consigne!" avait dit l'allumeur de réverbères.
    "C'est la consigne!" a dit l'allumeuse de mots.
    C'est vrai que parfois, on voudrait la manger cette consigne! Voire même déposer les mots à la consigne automatique!
    Mais Coumarine est à cheval sur la consigne!Alors, pour ne pas la contrarier, on consigne ses réflexions intérieures... et tout à coup,les mots se font signe et, comme par magie, un petit texte truculent émerge sur l'écran...
    Ne te fais pas rembourser la consigne, Claire! Garde-la précieusement!

    Posté par colette, 07 octobre 2006 à 13:30
  • je voulais faire entendre des violons. Lapsus ? J'ai mis attendre. C'est bien aussi de faire attendre les violons.
    Et si, si, c'est du surréalisme car mes verres ne sont jamais vides et la trilogie même pas encore concue.

    Posté par claire, 07 octobre 2006 à 14:02
  • Faut jamais désespérer...c'est tout simplement génial.J'ai adoré ton texte.

    Posté par Charlotte, 07 octobre 2006 à 14:39
  • Pauvre Coumarine ) Et dire qu'elle fait tout ça rien que pour notre bien à toutes et tous )

    Il est super ce texte! A chaque fois qu'on reçoit une nouvelle consigne, ben, je désespère aussi...

    Et si un jour rien ne sortait ???

    Posté par Pivoine Blanche, 07 octobre 2006 à 16:20
  • Ca commence comme un mail de déserpoir écrit à coumarine et puis ça devient vivant et plein d'humour. On te voit ecrire puis jeter les feuillets à la benne, les mains dans les cheveux déjà emmélés à force de penser ). J'ai bien aimé

    Posté par Christine, 07 octobre 2006 à 19:01
  • Ah, comme tu décris bien l'état d'esprit de l'écriveur coumarinien devant une nouvelle consigne !
    Au fi,al c'est vraiment drôle et original, je suis sûr que Coumarine va bien rire =)

    Posté par Sammy, 09 octobre 2006 à 11:35
  • Ton texte décrit les sensations qui étreignent l'internaute pendant les quelques premières minutes qui suivent la lecture de la Consigne. "La consigne c'est la consigne" (cf mon premier texte ici )
    très second degré, j'adore.

    Posté par Farfalino, 09 octobre 2006 à 13:34
  • comment nier d'avoir ressenti cette angoisse?
    cela ne fait pas longtemps que j'ai découvert le bonheur de partager nos textes sur ce site, et j'ai,à chaque fois, l'impression d'être "toute petite".
    Ce texte est très parlant pour moi. Alors, nous allons éviter de baisser les bras (enfin les doigts!!)
    Sourions aux consignes!! elles sont si... tellement... (là je trouve pas le mot pour dire que j'attends la prochaine avec impatience!!)
    au plaisir de te lire à nouveau
    Marie.L

    Posté par Marie.L, 09 octobre 2006 à 21:21
  • dis donc toi...
    oui j'ai souri
    l'angoisse de ne pas y arriver, on connaît tous...
    (euh ta trilogie...euh...bon tu sais quoi hein!)

    Posté par Coumarine, 11 octobre 2006 à 23:14

Poster un commentaire