Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

08 octobre 2006

Visions nocturnes (Christine)

Au matin le verre était vide.Je tournais un regard triste vers la montagne, un sentiment immarcescible me liant à elle, cette montagne qui hier avait pris vie pour me dire qu’elle était là, à ma fenêtre, qu’elle veillait sur moi. Hier, elle m’a emmenée avec elle, m’a montré la vue de là-haut, très haut au dessus de la mer. Le crépuscule s’était habillé de couleurs céruléennes dans l’immensité de cette douce nuit. Les vagues scintillaient de milles étoiles comme un jardin de lumières à mes pieds. Je l’ai gravie par des rochers qu’elle... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 octobre 2006

Bouteille à la mer. (Charlotte.)

Au matin, le verre était vide et Irma était partie.La coupe était pleine.Je m'apprêtais à jeter ma bouteille à la tête de la mer quand je le vis.Des tentacules de lierre pendaient, pris de vertige, au dessus des murs de mes souvenirs et menaçaient de plonger dans le vide, dans l'oubli.Irma s'était enfuie.Je m'apprêtais à  jeter la pile et  la face de ma tête dans les vagues de la mer quand je le vis.J'avais été petit, j'aurais voulu devenir grand.J'avais pas su, j'avais pas pu, j'avais trop bu.Une sorcière m'avait arrosé au... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
08 octobre 2006

La baie des troppasassez (céline2)

Au matin, le verre était vide. J'ai laché le petit oiseau naufrageur, au jour agonisant du rocher des damnés.   -  Va, éteins le jour et ferme l'océan !  Le gardien de cailloux voudrait se reposer. Il a sa médiocrité mauvaise et le souvenir fébrile. Ses faux pas glissent sur les mots de l'oubli. Bien sûr, il connait les roches et leurs écueils de cerises. Mais ce sont les noyaux, qu'il digère mal. Son ciel de bleus de lames, au fond il s'en bat la torche. Là tout ce qu'il souhaite c'est rattraper le... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
08 octobre 2006

La nuit, le matin. (Cedric)

Au matin, le verre était vide.L’air avait remplacé le liquide. La nuit avait été bleue.La matin était rose.Ivre, aventureux,Il avait quitté la prose. Tout à coup, il renonça à la verticalité. Annonça aux oiseaux venus l’écouter qu’il s’était libéré. Horizontalité de la prose mêlée à la poésie de la mélodie des mots de son âme. Oser s’envoler, s’aventurer là où personne n’avait pensé se rendre. Se rendre. Rendre les armes de la rationalité. Se laisser transpercer par les lances des anges de l’automne. Lancer    ... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]