Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

13 octobre 2006

Après minuit (Wictoria)

Au matin, le verre était vide, comme prévu. J'en fus à la fois surprise puis effrayée. La vision de Miss Marple me murmurant sur un ton qui ne laissait la place à aucune question me revint alors en mémoire et je frissonnais sous mon édredon. Tout autour de moi, la pièce était telle que la veille, les rideaux du baldaquin tombaient négligemment, mes vêtements retirés à la hâte étaient froissés sur la bergère, les volets que je n'avais pas eu le courage de fermer laissaient entrer la lumière rose de l'aube qui donnaient à ma chambre la... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

13 octobre 2006

Corcovado (Marie.L)

Au matin le verre était vide. Sur le rebord de la fenêtre ouverte, même le verre était vide.Ce n'était pas un rêve. Le parapet m'appelait. La peur du vide me retenait.Derrière ma fenêtre je le voyait : le vide. Même le verre était vide. J'avais peur de tomber dans cet abîme. Le soleil se levait alors que tout s'animait autour de mon ciel de lit.J'étais à Rio, mais comment y étais je venu déjà ? Je regardais le Christ de Corcovado lorsque cet emblème de la ville décida d'attraper mon oiseau de paradis préféré. J'avais passé la nuit à... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
13 octobre 2006

L’infini (Clise)

Au matin, le verre était vide. Vidé du poison libérateur Liberté de tanguer Hors de mon univers Fracassé. La main tendue vers L’espoir qui s’envole Etincelle bleutée Par delà le cahot. Jamais jeté l’ancre Toujours largué les amarres Je suis maitre De mon monde… Je quitte l’infâme L’insupportable Pour divaguer Réalités abandonnées Dans la légèreté De l’infini.
Posté par patitouille à 09:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 octobre 2006

L’attente (Alainx)

Au matin le verre était vide, comme je le suis moi-même depuis trop longtemps. Rien n’est plus pareil depuis ce lamentable échouage sur ces rochers. Croyez-moi, je fus splendide, j’eus mes heures de gloire et le tout-maritime se précipitait pour demeurer chez moi. Personne hélas n’aime les vieux, sauf cet enfant-guide avec son sémaphore dérisoire qui revient chaque nuit précédant la pleine-lune. Il est chargé de le guider. Comme moi il croit encore aux sortilèges, parce qu’il a l’œil vif et l’âme ardente. Il fait... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]