Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

15 octobre 2006

Adieu, démons ! (Béa)

Au matin, le verre était vide, et elle n’arrivait pas à comprendre comment un simple verre d’eau avait autant embrumé son esprit !

Alors, elle se souvient, elle se souvient très bien de tout ce qui lui est passé par la tête pendant cette nuit-là.

Elle a revécu la maison de son enfance qui, dans ses souvenirs, n’a rien d’un nid douillet : gigantesque, imposante, froide, autoritaire.  Depuis quelques mois, tous ses vieux démons la rattrapent, un par un.  Et, depuis ce temps, elle leur fait face, les yeux grands ouverts, comme si le moment était enfin arrivé de les abandonner.

Cette nuit, elle a laissé la tempête se déchaîner mais, cette fois, la mer ne l’a pas engloutie : elle a senti un bras qui lui maintenait la tête hors de l’eau, qui la forçait à reprendre son souffle.  Elle n’aurait jamais imaginé que ce bras ait autant de force…  petit à petit, elle comprend que cette force, ils se la transmettent mutuellement, en faisant face ensemble à leurs vieux démons qui, étrangement, ont un air de ressemblance !

Ce matin, le jour se lève sur une mer calme, sereine.  La maison est perdue dans la brume, et elle se rend compte que ses formes effrayantes ne lui font plus peur. 

Elle se sent légère, prête à s’envoler vers cette lumière qu’elle entrevoit au bout du tunnel.

Elle se sent libre, une nouvelle vie commence, une vie où tout est à inventer ; mais ils débordent de confiance, de projets ! Ils ont découvert la tendresse.

Posté par patitouille à 17:01 - Béa - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

  • affronter ses peurs d'enfants, ces démons qui peuplent nos nuits, qu'ils soient réels ou imaginaires. oui, vient un moment où l'on se sent prêts à les affronter, dans un ultime combat.

    j'aime le ton résolument optimiste de ton récit, Béa.
    "Elle se sent libre, une nouvelle vie commence, une vie où tout est à inventer ; mais ils débordent de confiance, de projets ! Ils ont découvert la tendresse."
    c'est une belle fin. très belle et tendre. merci )

    Posté par pati, 14 octobre 2006 à 22:12
  • Béa...si tu enlèves l'inutile de ce texte, je veux dire ...les mots explicatifs du début qui introduisent de façon trop explicite dans une autre monde (le monde du souvenir ou du fantasme), comme si le lecteur n'était pas capable de comprendre...
    alors ton texte ferait davantage CHOC
    Comprends-tu ce que je veux dire??

    Posté par Coumarine, 16 octobre 2006 à 22:55
  • Comme le souvenir... D'une fantastique tempête... Dans un modeste verre d'eau...

    Posté par Pivoine Blanche, 17 octobre 2006 à 16:22
  • Coumarine,

    spontanément, je trouve que la phrase

    " Alors, elle se souvient, elle se souvient très bien de tout ce qui lui est passé par la tête pendant cette nuit-là."

    est, effectivement, inutile... d'autant que c'est un plagiat d'une chanson fort connue... mais là, c'est mon côté musical qui réapparaît...

    Est-ce bien cela que tu veux dire ?

    En tout cas, un tout grand merci pour la lecture attentive et la critique constructive...

    Bizzz

    Posté par Béa, 19 octobre 2006 à 12:37

Poster un commentaire