Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

23 octobre 2006

Ils ont brûlé mes ailes (Matts)

J'aime pas les voyages !

Ce matin les bousculades m'ont tirée du lit, les bruits m'ont réveillée.
Comme tous les matins maman m'a forcée à prendre une douche, pourtant elle le sait, j'aime pas les douches ! Mais elle semblait plus pressée, plus tendue, plus anxieuse que d'habitude.
     -   Maman, c'est où qu'on va ?
     -   Je sais pas ma colombe !

Ce matin des voitures noires attendaient en bas de l'immeuble, des gens qui font peur attendaient dans la rue, mais papa il a dit qu'il fallait les suivre, que c'était trop tard et qu'ils nous emmèneraient loin, à des endroits où je ne suis jamais allée.

Moi Yonite, je suis qu'une petite fillette, mais je sais que quand papa et papy ils discutent des grandes personnes "qui sont très à droite", qu'ils parlent "des gens qui nous regardent de haut alors qu'ils pourraient nous cacher", c'est que ça va pas, qu'on est en danger, mais maman elle dit qu'il faut lui faire confiance, que tant que je resterai avec elle et avec toute ma famille je resterai en paix.

Ce midi, moi, mes parents et mon frère, nous nous sommes retrouvés devant des rails. Autour de nous il y avait des centaines, peut-être même des milliers de gens qui attendaient comme nous. Alors papa il a dit que le monsieur qui m'ennuie avec ses prières toutes les semaines, il avait déjà fait le même voyage et qu'il n'avait pas de nouvelles depuis. Alors le visage de maman s'est décomposé, elle avait peur ! Pourtant, jamais maman n'a peur !
Les heures se sont suivies pendant très longtemps et je commençais à voir des gens qui pleuraient autour de moi.
Soudain ils ont hurlés :
     -   La fumée au loin ! Le Train !

Ce soir les mêmes méchants messieurs que ce matin, font monter les gens dans le train, j'ai très peur, je me suis cachée derrière papa. Je veux pas qu'ils me voient ! Je veux partir ! Partir loin d'ici ! Mais pas avec eux ! Non, surtout pas avec eux ! J'aime pas les voyages !

Je n'y peux rien ils m'ont forcée à monter, on est tous très serrés, et moi, la tête collée sur les genoux de papa, j'ai très mal. Maman continue de pleurer mais elle me dit de tenir bon. Je veux pas tenir bon ! Je veux m'en aller ! M'envoler comme un oiseau !

Comme une Colombe !

Demain, pour la dernière fois, on forcera Yonite à prendre une douche. Non, décidément Yonite n'aimait pas les douches, elle n'aimait pas les voyages non plus...

Posté par Coumarine à 17:00 - Matts - Commentaires [17] - Permalien [#]

Commentaires

  • Matts, toi aussi tu as choisi de raconter un voyage de l'horreur
    Un voyage d'autrefois, de train, de douche, de peur...
    L'ambiance est lourde et dense...on saisit très vite ce dont il s'agit...
    C'est un beau texte émouvant...

    Posté par Coumarine, 22 octobre 2006 à 21:59
  • j'ai vu la même chose que toi, quand j'ai regardé pour la 1ere fois cette consigne. j'ai dû faire un gros effort pour ne pas partir sur cette idée-là (je voulais un peu changer de ton ;op )

    mais toi, tu l'as fort bien fait. l'est beau ton texte, matts.
    je suis de plus en plus heureuse de te lire, et c'est rien de le dire )

    Posté par pati, 23 octobre 2006 à 17:06
  • Ce texte ci est impressionnant.
    Alors que nous sommes nombreux a avoir fait plutôt dans l'humour grinçant porté sans doute par le caractère de l'image, voilà un texte qui débouche sur le tragique.
    Et fort bien amené, cette ambiance tragique se construit peu à peu.

    Posté par valclair, 23 octobre 2006 à 18:28
  • Matts, ton texte me parle, ne serait-ce que parce que j'ai choisi le même thème et le même point de vue que toi... et c'est un pur hasard, parce que si je reviens commenter, c'est que je viens d'envoyer mon texte à Coumarine... patience donc pour comparer les deux versions !

    Tu es peut-être un peu plus explicite que moi, ce qui ne rend pas le texte moins glaçant, au contraire. Je crois que nous ne sommes pas les trois seules personnes à avoir pensé à ça ; attendons les autres textes, mais ça me rassure de voir qu'il n'y a pas que moi pour la trouver inquiète et inquiétante cette petite famille...

    J'aime bien le petit clin d'oeil à la consigne précédente aussi...

    Posté par Sammy, 23 octobre 2006 à 20:07
  • Moi ce qui me frappe c'est la maturité des mots comparée à l'âge de l'auteur. T'es bien le fils de ta mère tiens ! Chapeau ! ;o))

    Posté par Nan', 23 octobre 2006 à 22:04
  • Curieux comme cette image a évoqué chez plusieurs d'entre nous la même période de notre histoire et un même lieu, une gare. J'ai choisi comme toi le même thème. C'est vrai que les vêtements sont d'un autre temps... Triste atmosphère bien rendue, très émouvante. Et d'après ce que je lis dans les commentaires, tu es très jeune, ce qui rend encore plus grand ton mérite d'avoir si bien dépeint le passé.

    Posté par Micheline B, 24 octobre 2006 à 00:40
  • le coté désuet des vêtements, l'expression un peu inquiète des personnages, donnent forcément l'idée de ces trains de la mort. J'y avais pensé également. Je pensais aussi à "Jeux interdits".

    Posté par Farfalino, 24 octobre 2006 à 10:02
  • et bravo à son auteur

    Posté par Farfalino, 24 octobre 2006 à 10:03
  • les dernières phrases donnent froid dans le dos... et expriment la réalité de l'horreur

    c'est un texte qui me touche aussi beaucoup, en voyant la photo j'ai aussi tout de suite pensé à des personnages qui partent vers un voyage forcé ou contrait, mon texte parle de cela aussi mais du côté de l'exil... je vais l'envoyer bientôt

    Posté par littlesun, 24 octobre 2006 à 11:49
  • je suis encore timide pour mettre des commentaires. Mais là , gloups, je n'avale plus ma salive.

    Posté par claire, 24 octobre 2006 à 17:35
  • Merci pour vos commentaires.

    Je suis pas tant etonné de voir que l'on soit plusieur a avoir pensé à ce thème, tellement cette photo, je trouve, donne l'aspect de ces voyages de l'enfer :
    l'air tragique du fils, la peur de la fille, et les parents, le regard perdu attendant le debut de la Fin.

    Par conte en me relisant je reste un peu choqué de l'air tragique de mes textes à chaque fois sur les 2 dernieres consignes.
    J'ai une écriture un peu noire quand même. Faudrai que j'essaie de voir et d'ecrire la vie en rose de temps en temps.

    Posté par Matts (-Hideto), 24 octobre 2006 à 17:53
  • texte très émouvant ...

    Posté par Christine, 24 octobre 2006 à 22:05
  • ce serait fort intéresant de te voir changer de registre, matts.
    je n'ai en effet pas souvenir d'avoir lu quelque chose d'humoristique, par exemple, chez toi... héhé... idée à creuser

    Posté par pati, 24 octobre 2006 à 22:21
  • Je crois que c'est important de continuer à rapporter ces tristes voyages. La conscience a besoin de la mémoire! Quand le point de vue est celui d'une enfant, cela est encore plus émouvant, peut-être. Merci pour ce texte.

    Posté par fc, 25 octobre 2006 à 21:34
  • Ce texte

    donne des frissons : son but est atteint... quelle intensité !

    Posté par Béa, 26 octobre 2006 à 07:20
  • oui texte intense et qui nous permet de ne pas oublier notre histoire qui doit nous donner des leçons, à ne pas oublier!! changer de registre,c'est facile à dire, mais les Muses sont parfois rebelles et préfèrent ne pas!! alors, il faudra essayer de les convaincre!! dur dur!
    mais merci pour ce témoignage "posthume " très touchant!

    Posté par marie.L, 26 octobre 2006 à 18:42
  • Juste pour répondre à Sammy (zé oublier :s) sur le fait que le texte soit explicite, c'était surtout pour donner à la petite fille cet aspect d'innocence logique d'un enfant, mais en même temps d'une certaine conscience des problèmes qui l'entoure. Jeunes les enfant nous surprennent souvent, je crois, par leur reparti, et leur sens du monde qui les entoure. Alors j'ai tenté de faire rentrer un petit peu cela dans le texte...

    Posté par Matts (-Hideto), 27 octobre 2006 à 18:49

Poster un commentaire