Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

04 novembre 2006

Tableaux, avez-vous donc une âme ? ( Colette)

La dame s'est habillée de mélancolie, de morceaux de ciel arrachés ça et là, a ourlé son regard de lavis d'encre, s'est poudrée de clair-obscur, a corrigé la position d'un bras, a redressé la tête vers le chevalet, a arrêté le temps. Elle est belle à damner un saint!
Durant des heures, elle a respiré à pas feutrés, a évité de penser, s'est donnée, s'est abandonnée. Patiemment, elle a scruté un signe de fatigue du peintre, a doucement quitté la pose pour habiter la toile du maître. Instant dérobé à la dérobée.
Le vent du Nord la surprend, la viole de plein fouet, relève sa jupe couleur incertitude, gonfle son corsage d'un souffle court, glace ses lèvres d'un baiser indécent. Sa longue étole d'aquarelle décoiffe le ciel de ce matin d'hiver. Le regard fixe, dans une solitude d'encre, elle gravit une à une les marches de la tour de Babel. Elle veut gommer les heures teintées d'immobilité, de nudité, de silences, de patience. Le maître a ignoré sa soif d'éternité. Elle veut atteindre le septième ciel, la huitième marche de l'édifice, là où siècles et millénaires se conjuguent au présent.
Les cheveux fous, aveuglée de poussière de lumière, elle atteint déjà la sixième marche. Soudain, les lignes droites fuient, se cambrent, s'entrelacent, montent en vrille sous les coups de pinceau. Vertige de l'art, délire du peintre, magie du moment...Une femme se fige dans toute sa grâce.
Il ne le sait pas encore, mais c'est décidé, elle vivra centenaire au musée des Beaux-Arts d'Ostende.

Posté par patitouille à 09:01 - Colette - Commentaires [20] - Permalien [#]

Commentaires

  • je sens que cette consigne vous inspire tous...
    là encore, quelle envolée ! c'est très beau, très majestueux.
    je ne sais pas s'ils ont une âme, mais apparemment, oui, puisque tu as su en attraper une au bout de ta plume, pour nous la rendre toute vaporeuse et magnifique.

    toute la fin de ton texte est superbe, colette. ça me fait penser à ces toiles surréalistes, à la Dali, où chaque ligne, chaque courbe a sa propre vie.

    j'ai adoré.

    Posté par pati, 04 novembre 2006 à 03:08
  • J'ai lu et relu pour mieux m'imprégner de ce texte magnifique où chaque mot nous ravit et nous emporte très haut, très loin. Moi aussi, j'ai vraiment adoré.

    Posté par Lukeria, 04 novembre 2006 à 10:13
  • Oh, merci !

    Belle à damner un largo! C'est de la télépathie chère Colette. Le soyeux de ta plume me fait frissonner quand à l'instant dérobé à la dérobée ... elle quitte la pose pour se lover dans la toile ... sa longue étole d'aquarelle décoiffe le ciel ... dans une solitude d'encre ... en vrille sous les coups de pinceau ... la femme se fige dans toute sa grâce ... Colette , chez toi tout nous comble !

    Posté par Largo, 04 novembre 2006 à 10:17
  • C'est magnifique, Colette. J'en reste sans voix.
    Merci de ce très beau moment.

    Posté par marie-aude, 04 novembre 2006 à 10:58
  • Oui, très beau texte, en effet, très belle peinture,plutôt
    Des images et des impressions d'hiver, tout ce que j'aime
    Merci!

    Posté par elvire, 04 novembre 2006 à 11:04
  • Superbe tableau que tu nous as peint-là, plus beau que l'original en fait !
    Bravo !

    Posté par Amanda, 04 novembre 2006 à 11:52
  • on y lit, un grand sens de l'image, un style leger et tres personnel j'aimme beaucoup aussi...

    Posté par lio, 04 novembre 2006 à 12:30
  • J'ai lu et relu ton texte et je le relirai encore et encore tant il est riche, quoique court. Tout y est, le modèle féminin, le peintre, le décor. Le tableau donne vie à tout cela et la phrase finale ponctue l'ensemble avec génie. Car ce n'était pas facile de faire un ensemble cohérent entre le tableau et cette conclusion. Tu y es parvenue avec le talent que l'on te connaît, mais à chaque fois, je trouve que tu te surpasses. Merci pour ce moment de lecture qui m'apporte tant !

    Posté par Micheline B, 04 novembre 2006 à 22:30
  • Tableaux avez-vous donc une âme?

    Que oui, ils en ont une. Et qu'on y soit sensible, au point de pouvoir écrire ce que tu écris, montre à quel point la création artistique est universelle. Et c'est ce qui fait que je croirai toujours dans l'art (à défaut d'autre chose ;o)

    Posté par Pivoine, 05 novembre 2006 à 04:59
  • Colette, émue je suis
    TOUS les mots sont superbes et emmènennt dans un monde de poésie intense
    C'est magique

    Posté par coumarine, 05 novembre 2006 à 10:53
  • question et réponse

    Petite nouvelle, je te découvre ! et j'en suis ravie
    C'est vraiment superbement bien écrit, plein d'émotions - amenant une réponse affirmative au titre de ce texte... quel talent !

    Posté par brie, 05 novembre 2006 à 11:07
  • Relecture de ce texte magnifique. Te dire, en confidence, que c'est ainsi que j'aurais aimé savoir écrire. Il me reste le bonheur de te lire, et c'est déjà beaucoup !

    Posté par Lukeria, 05 novembre 2006 à 11:16
  • TABLEAUX

    Quelle poésie, Colette, et quel coup de pinceau! Tu nous as tout donné: l'émotion et la couleur. Merci infini pour ce tableau!

    Posté par Lorraine, 05 novembre 2006 à 13:28
  • Je savais le vent du Nord capable de beaucoup de choses, mais là il a fait "fort", "très fort". Bravo !

    Posté par Dan, 05 novembre 2006 à 16:02
  • j'i souvent eu envie d'entrer en relation avec les personnages des tableaux

    Posté par brigetoun, 05 novembre 2006 à 19:22
  • Très belle interprétation du tableau de Spilliaert, un de mes peintres préférés. L'art doit faire du bien à l'âme et pas de doute Colette, ton écriture talentueuse nous fait du bien !

    Posté par marie-jeanne, 05 novembre 2006 à 21:43
  • Ames sensibles, surtout ne commencez pas à lire ce texte! Il vous invite, vous prend, puis vous arrache au quotidien pour vous emmenez dans un tourbillon de perles de proses et d'infinies subtilités poétiques. D'une efficacité redoutable!BRAVO Colette!

    Posté par fc(Coquelicot), 05 novembre 2006 à 22:35
  • Colette, c'est un chef d'oeuvre! je te félicite.

    Posté par charlotte, 07 novembre 2006 à 20:59
  • MERCI

    Quel bonheur de lire vos commentaires si chaleureux! J'en rougis de plaisir!
    Merci à tous!

    Posté par Colette, 08 novembre 2006 à 14:51
  • C'est magnifique, effectivement ! Ton texte est très beau, on sent tout le soin que tu as pris à l'écrire et à choisir tes mots. En avancant dans la lecture, les deux images, celle de la femme qui pose et celle de la femme du tableau se brouillent, pour finalement laisser la place toute entière à la toile, dans laquelle est son âme...

    La description, toute en délicatesse et en sensualité, passe insensiblement d'une évocation presque érotique à celle de la gestuelle du peintre. Un baiser indécent glace ses lèvres, mais son étole est d'aquarelle. Le modèle s'efforce à l'immobilisme, pendant que les coups de pinceaux volent dans tous les sens...

    Pati évoque Dali, je pensais à Poe. Le portrait ovale, tu connais ? Si c'est une réminescence de cette nouvelle, j'imagine que l'histoire finit mal pour la dame en noir...

    Posté par Sammy, 09 novembre 2006 à 14:07

Poster un commentaire