Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

07 novembre 2006

Rêve de mer (Plumito)

Bercé par le ressac, la réalité se perd.
Overdosé de bleu et d’horizons linéaires
La mer ressasse de vieilles chimères.
Elle se draperait volontiers de vert,
Et pour améliorer son relief austère,
Elle aimerait bien des implants, la mer.
De belles collines qu’elle offrirait sans manière
Aux caresses coquines et légères de l’air.
Voilà déjà des heures qu’elle se laisse faire,
Qu’elle se laisse aller, qu’elle espère,
Elle en perdrait volontiers ses repères.
Oh non, pas son vieil amant de pierres,
Qui toutes les nuits la caresse de lumière.
Il sera là dans sa nouvelle vie de terre :
Elle veut qu’il l’admire, qu’il l’éclaire.
-De ses nouvelles formes elle n’est pas peu fière-
Et parce que l’éternité c’est vraiment la galère,
C’est décidé, elle vivra centenaire.

Posté par Coumarine à 09:01 - Plumito - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • Bonjour Plumito, et bienvenue sur Paroles Plurielles
    Si je te dis que d'habitude je déconseille aux participants de mes ateliers, d'écrire en vers, me croiras-tu?
    Et sais-tu pourquoi?
    Parce que la recherche de la rime se fait trop souvent artificielle au détriment du sens
    Alors je suis heureusement surprise en lisant ton poème. Parce que tu as réussi cette gageure de veiller particulièrement à la musicalité de ton texte
    Ce texte est comme scandé par sa musique
    J'aime aussi le fait que c'est la mer ton "personnage" central...
    Donc voilà! bravo!

    Posté par coumarine, 07 novembre 2006 à 17:10
  • J'aime beaucoup, c'est très musical et on se laisse doucement bercer au rythme des vagues de tes vers

    Posté par Bugul An Aod, 07 novembre 2006 à 17:17
  • Très mélodieux, J'ai beaucoup aimé m'embarquer dans ton rêve de mer.

    Posté par Lukeria, 07 novembre 2006 à 18:09
  • Ma première réaction après la lecture a été "ca coule et ça roule bien". Ca sonne bien aussi.
    Je me joins à ce concert de louanges.

    Posté par Farfalino, 07 novembre 2006 à 21:11
  • Ce que j'ai beaucoup apprécié, c'est l'approche du temps. Dans presque tous les textes, la durée traduit l'éternité et est synonyme de centenaire. Ici, pirouette, c'est parce que l'éternité est trop longue qu'elle ne sera que centenaire ... Chouette, ce regard "décalé"! Bravo!

    Posté par fc, 07 novembre 2006 à 21:24
  • comme FC ...

    j'aime qu'on n'appréciez pas plus que ça cette drôle d'envie d'éternité. oué, d'accord, c'est extrèmement subjectif, mais c'est ainsi ! )

    joli poeme Plumito. tu m'as l'air de bien porter ton pseudo

    bienvenue sur Paroles Plurielles !

    Posté par pati, 08 novembre 2006 à 11:19

Poster un commentaire