Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

07 novembre 2006

Lettre en partance ... (Coquelicot)

Wenduine, pas loin d’Ostende, un des pays de mon enfance. Enfin, j’y reviens ! Je sais que je n’aurai pas de question à me poser, mes souvenirs guideront mes pas. Le vent efface la trace des pas sur le sable, il n’abîme pas les souvenirs de cœur. A toi qui n’est pas là, j’écrirai mes impressions, la joie des retrouvailles… … Suis bien arrivé. Un peu essoufflé, j’ai couru dans le sable et la dune, je suis maintenant au sommet du Spioenkop. Tu te souviens ? De ce point de vue, champignon rouge à la limite de la station, je... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

07 novembre 2006

Duel à mort (Bérangère)

Je ne suis rien qu’une toute petite chose désastreuse, peu féminine, maigre, sans formes, visage banal, teint terne, cheveux pendouillant vite fait rangés entre les dents d’une grosse pince pour masquer le désastre d’une coiffure sans personnalité, d’une coiffure à mon image, ma personnalité est inexistante, du caractère j’en ai, sauf qu’il reste planqué à l’intérieur, je sors de mon lit le matin, je vais travailler, je parle, je souris, et je me couche comme je me suis levée, mes journées sont toutes les mêmes : sans surprises, sans... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
07 novembre 2006

Rêve de mer (Plumito)

Bercé par le ressac, la réalité se perd.Overdosé de bleu et d’horizons linéairesLa mer ressasse de vieilles chimères.Elle se draperait volontiers de vert,Et pour améliorer son relief austère,Elle aimerait bien des implants, la mer.De belles collines qu’elle offrirait sans manièreAux caresses coquines et légères de l’air.Voilà déjà des heures qu’elle se laisse faire,Qu’elle se laisse aller, qu’elle espère,Elle en perdrait volontiers ses repères.Oh non, pas son vieil amant de pierres,Qui toutes les nuits la caresse de lumière.Il... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
07 novembre 2006

La verrue (Lionel)

En ce Milieu du  XIXème siècle prospère, dans la bourgeoisie, les fortunes se faisaient et se contrefaisaient très vite. Un homme en queue de pie et en pantalon noir, dans une tenue très austère et portant un monocle passait devant la fenêtre d une chambre de bonne. Il paraissait fin comme une règle de fer. Tout de lui montrait la rigidité d un caractère qui était né sous des jours mornes et gris. Sa démarche rigide et droite laissait voir que ses pensées étaient aussi coupantes et rigoureuses que lui. «  Voilà encore... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]