Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

19 novembre 2006

Sur la ligne (Alice)

Elle marche d'un pas décidé
Sans se retourner
sa vie est carrée
Elle marche sans se retourner
Sur la ligne tracée de sa vie bien réglée
La ville est propre
Elle laisse derrière elle
Ce qui l'encombre
Même l'herbe est enfermée dans ces certitudes
Chaque chose a sa place
Chacun rangé dans une case
Elle veut oublier que sa route pourrait ne plus être droite.
Une chappe de plomb a enfermé son coeur
Hier il lui disait:ose sortir de cette vie qui t'étouffe
de cette prison dans laquelle tu t'es toi même enfermée?
Il la voit s'éloigner
Il veut la rappeler mais il est sans voix
Il pleure sur lui , sur elle, sur ce qu'il ne vivront pas ensemble...
Il veut croire que
Désormais c'est son problème , plus le sien

Posté par Coumarine à 09:50 - Alice - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

  • Et voilà encore une nouvelle participante...bienvenue à toi Alice

    Tu as écrit là un texte en prose poétique, càd en phrases courtes et simples et cependant denses dans leur contenu...
    Bien! apparemment la photo te fait penser toi aussi au thème de la rupture...
    Je serais curieuse de savoir à quoi Morena a pensé en faisant cette photo
    (elle m'en parlera sans aucun doute)
    Pour en revenir à ton texte, je voulais dire ceci: moi perso j'apprécie ce type d'écriture comme je le disais "sobre dans sa densité" pas un mot en trop, un texte élagué de ses mots superflus
    Seule chose: l'idée en elle-même comme tu peux le voir, Alice n'est pas des plus originales (sourire)
    Merci pour ta participation

    Posté par Coumarine, 19 novembre 2006 à 10:00
  • La qualité de ce poème est indéniable. J'aime bien aussi parce qu'il est court.

    Je ne pense pas que ce soit la photo qui fait penser à une rupture. Je dirais qu'en tant que photographe amateur, je comprends l'attrait que représente le croisement des chemins, et la photographe a attendu qu'une personne soit pile-poil au centre de la croix (ou presque). Le personnage a l'air dynamique. Penser qu'il quitte quelque chose ne relève-t-il pas de la "projection" ?

    Je pense que c'est plutôt la phrase de fin qui impose l'idée de la rupture par le "désormais" et "plus".

    Posté par Farfalino, 19 novembre 2006 à 11:04
  • Je reprends le commentaire de Farfalino qui me semble juste. Je pense que la photo donne l'idée de choix de la route à prendre et la phrase celle de la rupture. Et j'ai bien aimé ton poème.

    Posté par Lukeria, 19 novembre 2006 à 11:24
  • J'aime l'image forte que même les herbes sont enfermées dans des certitudes! Et moi, dans mes relations aux autres, qu'est ce que j'enferme? Telle est la question que soulève en moi ce court mais beau texte.

    Posté par fc, 19 novembre 2006 à 13:18
  • j'aime beaucoup ce texte
    l'impact qu'il a parce qu'il est assez court
    "ose sortir de cette vie qui t'étouffe"
    pas facile..

    Posté par ambre, 19 novembre 2006 à 13:53
  • Très beau poème.. on ressent bien cet enfermement dans une vie « normalisée «
    Aura t’elle la force d’en sortir ?

    Posté par brie, 19 novembre 2006 à 19:18
  • curieux moi j'ai eu l'impression qu'elle rentrait dans une vie bien réglée pour le fuir. mauvaise interprétation

    Posté par brigetoun, 19 novembre 2006 à 22:09
  • Oui, moi aussi j'ai eu l'impression qu'elle se rassurait dans une vie bien réglée, qu'elle fuyait les zig-zag qu'il lui proposait de prendre.
    Et je dois dire que ton écriture bien nette et bien propre rajoute à l'angoisse que j'ai éprouvée en te lisant. C'est vraiment très réussi.

    Posté par marie-aude, 19 novembre 2006 à 23:06
  • Autobiographie ,

    Bonjour,

    Je découvre ce site, et ce poème en prose. Je suis "impressionné" par la brièveté de cette autobiographie et de la véracité qui s'en dégage ... Au fait c'est bien une autobiographie ? J'aime beaucoup.

    Gérard

    Posté par Marcandré, 20 novembre 2006 à 09:39
  • oui c çà ,Marie- aude et brigetoun!cette femme tourne le dos à cet homme qui voudrait la voir sortir de sa vie trop bien réglée ......Pour répondre à Gérard ce n'est pas autobiographique...de la pure fiction

    Posté par alice, 20 novembre 2006 à 13:03
  • les virages et détours font souvent peur.

    sortir du moule, oser dire ce qu'on pense, vivre ce qu'on veut vivre n'est pas si facile

    et ton poeme le montre bien, dans le choix de ton personnage, à préférer fuir un possible amour pour ne pas quitter "le droit chemin"

    dommage pour elle... mais en même temps, il ne sert à rien de forcer sa nature quand on n'y est pas pret.

    tres joli texte, merci alice, et bienvenue

    Posté par pati, 23 novembre 2006 à 11:55

Poster un commentaire