Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

26 novembre 2006

Réseau lution (Poèmedevie)

Elle l’emprunte chaque jour, le petit sentier gris qui l’amène d’un bord à l’autre. Et chaque jour, un étrange sentiment la parcourt au moment de poser le premier pas sur cette passerelle imaginaire. C’est un peu comme si sa vie était suspendue au-dessus d’un gouffre profond, comme si chaque pas qu’elle faisait ne tenait qu’à un fil reliant son passé à son présent, son présent à son futur, son futur à son passé. Voilà bien 40 ans qu’elle pratique ce va-et-vient constant, qu’elle tricote les événements entre eux et découvre peu à peu les liens qui tissent son univers à elle. Reliée à sa mère par un cordon invisible qui encore et encore cherche à s’enrouler autour de sa gorge chaque fois qu’elle voudrait s’envoler ailleurs. Un autre cordon vissée à son ventre et à son bout deux enfants à peine adultes dont elle aimerait encore contrôler un peu la trajectoire. Toutes ces cordes qui l’entravent finalement dans son propre voyage. Demain, c’est décidé, elle changera d’itinéraire. Une dernière fois, elle traverse résolument la place déserte. Au fond de son ventre un sentiment de victoire, au fond de son œil un regard déterminé. Et là, au milieu du croisement de ses cordons, elle envoie dans les quatre directions à la fois : « Désormais, c’est leur problème, plus le mien. »

Posté par Coumarine à 17:15 - Poème de vie - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Superbe aussi!
    Ce grand dilemne de femme qui ne peut pas couper le cordon, ni côté mère, ni côté enfants...
    "Toutes ces cordes qui l’entravent finalement dans son propre voyage"
    Elle fait là un chemin de libération...
    J'aime beaucoup...beaucoup
    Bravo!

    Posté par Coumarine, 26 novembre 2006 à 17:17
  • J'adore ... D'autant que j'avais eu l'idée de construire une hstoire comme celle-ci. Mais ne voyant pas trop comment, j'avais abandonné cette idée qui est magnifiquement rendue, sans "chichis" inutiles.
    Bravo.

    Posté par Pluto, 26 novembre 2006 à 18:28
  • un léger détournement - il faut bien ça pour se libérer - mais cela suffira-t-il ?

    Posté par brigetoun, 27 novembre 2006 à 16:32
  • Ce texte me touche beaucoup. A force d'être écartelées entre divers sentiments les femmes passent souvent à côté de leur propre vie. J'aime bien la libération finale.

    Posté par marie-jeanne, 27 novembre 2006 à 22:42
  • "qu’elle tricote les événements entre eux et découvre peu à peu les liens qui tissent son univers à elle" ... que cela est bien dit! Nos cordons nous retiennent à bien des situations à vaincre!

    Posté par fc, 28 novembre 2006 à 18:00
  • C'est un très beau texte, qui parle à toutes les femmes. Sommes nous toutes ainsi entravées par ces cordons d'amour qui parfois nous étouffent? J'aime beaucoup l'idée illusoire (?) d'une libération ...

    Posté par marie-aude, 29 novembre 2006 à 15:25
  • oups!

    oui, une consigne est une consigne et une loi et une loi; mais comme on le dit souvent, elles sont faites pour etre détournées!!! et ici c'est fait en beauté, pas de quoi se plaindre. je ne suis pas encore mère, mais ton texte parle évidement à mon coeur de jeune femme. merci

    Posté par maoux, 30 novembre 2006 à 23:41

Poster un commentaire