Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

22 novembre 2006

Dilemme maternel ( Tish )

Nous ne marcherons plus ensemble maintenant. Bien sûr nos pas ne seront pasloin, mais ils ne se suivront plus. Je me rappelle de tous ces moments,depuis sa naissance, depuis le moment où j’ai senti son âme en moi … J’ai assisté à ses premiers mots … C’est une drôle d’émotion d’avoir étéprésente aux premiers mots de toute sa vie ! Je ne pensais pas que ça passerait aussi vite … J’espérais que ces instants nes’enfuiraient jamais, que nous pourrions rester figés ainsi durantl’éternité. Mais malheureusement, j’avais sous estimé... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

22 novembre 2006

Colère noire (Clise)

La place blancheEtait verte de peurLa place verteEtait  noire de monde,Dans la foule invisibleLa femme en noirEtait blanche de colère,La femme au sac rougeEtait verte de rageRouge de honte.Elle allait se mettre au vertFinis les cheveux blancsLa peau noire de coups,Rouge soir et blanc matinElle avait mangé son pain noirFini de ce blanc bec,Ses verres de rouge et ses petits blancsIl pourrait se fâcher tout rougeA l'aube d'une nuit blancheElle l'avait écrit noir sur blanc: "désormais, c'est ton problème, plus le mien!"
Posté par Coumarine à 17:20 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
22 novembre 2006

Adieu Willy ( Amanda )

Les allées du cimetière sont décidément bien tracées.Comme la vie de Willy.Les pelouses qui ceinturent les parcelles sont fraîchement tondues,Comme le jardin de Willy. Ce cimetière fait la gloire de la ville de Halle.Halle, en Belgique, non loin de Bruxelles.Une petite ville paisible, tranquille,Comme Willy. La télévision y a même tourné un feuilletonUne histoire de flics, de meurtresPas du tout le genre de Willy. Willy, le calme, le serein.Ni poète, ni artiste, ni écrivainPas pour lui, tout cela.Son truc ? La pêche à la ligne, au... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:06 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
22 novembre 2006

Carambolages (Pivoine Blanche)

Des histoires comme celle-là, le Professeur S*** en a entendu des centaines. Reprise… « Je n’ai pas vu clair, Docteur ! Comment aurais-je pu imaginer que mon mari manquerait à ce point d’humanité ! Vous vous imaginez docteur ? Il porte, avec son Conseil d’Administration, la responsabilité d’un suicide. Mon mari ! Depuis si longtemps, son métier lui sert d’égoïsme. Docteur, quand il est venu me raconter toute l’histoire, je ne sais pas ce qui m’a prise. J’aurais pu être jalouse, ou indignée. Toutes... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 08:55 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
21 novembre 2006

Le cahier rouge d’Angèle (Bérangère)

C’est angoissant le téléphone la nuit … la sonnerie se mêle à un songe bizarre, je voyage en bus, les passages boivent de la bière de « Toussaint », moi je me dis que c’est bizarre une machine à bière dans un bus ? ? ? Bizarre aussi, cette sonnerie de téléphone et personne qui décroche … Je réalise que quelque chose ne colle pas, et sors brutalement de mon sommeil, le cœur battant, l’angoisse me serre la gorge, un appel au beau milieu de la nuit n’est pas souvent annonciateur d’heureuses nouvelles … « allô ? Marie ? Oui... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:25 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
21 novembre 2006

Choisir (Marie)

« Quel temps fait-il aujourd’hui ? Grisouillant encore, pas de soleilmais il pleut pas… m’aérer dans les allées du parc me ferait sans doutedu bien, pas grand monde dehors en ce dimanche… Qu’est ce que je fais ?Je sors ou pas ? Tiens… si… quelqu’un… mais qu’est ce qu’elle fait à rester ainsi enplein milieu du carrefour ? Cette femme, elle semble hésiter, elle saitpas bien où aller apparemment… Choisir… ah la la… choisir… … Je l'avais choisie, elle... lui avais tout donné… lui avais offert unevie confortable, j’étais un... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 novembre 2006

Voyons, voyons ( Cédric )

- Salut Manu !- Salut, viens, entre.- Eh bien…je vois qu’il a pas changé ton appart, toujours aussi moche ! - Arrête de déconner, le tien est pas mieux, je t’offre une bière ?- Une seule ? Tu serais devenu radin ?- Arrête de déconner Raoul, me fait pas rire ! Ca me fait mal au bide !- OK, OK…alors, toujours occupé d’espionner la belle inconnue de l’immeuble d’en face ? Ca fait plus d’un an …tu te lasses pas ? Tu lui as déjà parlé depuis ma dernière visite ?- T’es fou ! Elle risque de fermer ses rideaux si elle sait que quelqu’un... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:24 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
21 novembre 2006

Vendredi 13 (Farfalino)

La vieille voiture violette hoqueta et rua comme un cheval furieux pours'immobiliser quelques mètres dans le grand rond-point. Dans un grand fracasde verre et de plastique brisé, le front de la conductrice fit connaissancesans aucune amabilité avec la grosse bulle de chewing-gum soufflée par levolant. Reprenant ses esprits, elle sursauta : un visage grimaçant de haineemplissait la vitre côté conducteur. « C'est de votre faute ! J'espère quevous êtes bien assurée ! » lui cracha un petit homme cramoisi à travers laparoi protectrice.... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:19 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
20 novembre 2006

Sortie de l’enfer (Tanette)

Trente ans que je le supporte, qu’il me rabaisse, m’humilie, m’écrase, m’étouffe, me vampirise, n’en fait qu’à sa tête et m’empêche de faire la moindre chose qui me ferait plaisir. J’ai essayé maintes fois de dialoguer avec lui, de lui dire qu’il avait besoin d’aide, qu’il n’y avait pas de honte à ça, impossible, il ne veut rien entendre. Je crois avoir été patiente, trop. Mais, malgré tous les mauvais traitements qu’il me faisait subir, mes sentiments envers lui étaient les plus forts. Cette fois, la « coupe est pleine... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:18 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
20 novembre 2006

Rupture (Christine)

Il n’est pas rentré cette nuit. Je l’ai attendu longtemps, le regard absorbé par les diodes luminescentes des minutes et des heures qui me semblaient interminables. Il est parti en m’embrassant comme d’habitude, en me disant « à plus tard, ne t’inquiète pas ». Je l’ai laissé partir à cette soirée avec ses amis… Je n’aurais pas dû accepter, j’aurais dû l’en empêcher. Le jour se lève enfin sur ma plus longue nuit. Il faut que je m’occupe de mes filles et que je les dépose à l’école. C’est la mort dans l’âme que... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]