Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

06 décembre 2006

Le chemin (Alice)

Il avait l'habitude d'aller doucementIl prenait ce chemin de campagneJuste derrière sa maison bleueIl en connaissait tous les détoursLà, le pré verdoyantet odorantIl savait les Alpilles bleutéesIl sentait l'air vif du soirIl ressentait que le ciel rossissaitDemain , le mistral se lèverait. Là, son nez lui apportait la senteurForte des genêts en fleursIl avait l'habitude d'aller doucementIl prenait ce chemin de campagneJuste derrière sa maison bleueIl en connaissait tous les détoursLà, ses oreilles percevaient le bruissementDes... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 18:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

06 décembre 2006

Amertume (Brie)

Assis devant son chevalet, empli de vague à l’âmeIl recherchait éperdument cette magnifique inspiration Qui l’avait surpris, comme dans la mer, une lame Avait réveillé en lui une étrange sensation Imperceptiblement la grande idée s’était envolée Au plus profond des tiroirs de son inconscient Des méandres enchevêtrés où se mêlaient ses pensées N’apparaissaient plus que des filaments rouge sang Une soudaine colère s’infiltra dans tous ses pores Dans ces nerfs, dans ses veines, dans son esprit Tout son être contracté en un... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 18:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
06 décembre 2006

amour toujours (Claire)

Tout rayonnant de cet amour,immense, éternel,pour toujours et à jamais,il se pencha sur sa belle.Lui dit tout et rien,Lui promit le monde,les lendemains qui chantent,le bonheur et les rires,les jours et les nuits ensemble.Il lui en dit tant et tantqu'elle en rougit de plaisir.Rouge passion,de désirs,elle devint.
Posté par patitouille à 09:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
06 décembre 2006

Sans Titre (Piéro)

J'enfonçai une porte mystérieuse, close, ayant toujours été diablement tenté de fouiller toutes les issues interdites. Celle-ci donnait directement sur un plateau verdoyant et grandement ensoleillé, si bien qu'au seuil déjà, le soleil me menaçait d'une caresse brûlante. Comme pour le fuir ou pour l'embrasser, je courais dans l'herbe qui s'offrait à moi avec la lourdeur d'un oisillon qui s'essaye au vol, sans me rendre compte que la chaleur me donnait une fièvre euphorique. Je me confondais avec la nature ; je coiffais tendrement... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]