Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

11 décembre 2006

Au jardin des psaumes (Colette )

Au pays de la beauté intérieure, les matins ressemblent à tous les matins. A l'aube du silence, entre rêve et réalité,le monastère s'étire sous son voile de brume. Alors, du fond des laudes, s'élève le chant des moniales. Et l'écho renvoie aux collines les notes qui s'aiment, les couche sur la portée, ajuste un bémol et orchestre le temps. Le temps de chercher Dieu, de chercher un sens à sa vie. Le temps de regarder les choses, de s'enrouler de regards de silences...
Au pays de la lumière intérieure, les saisons s'enfilent comme un chapelet de prières. A l'aube du silence, entre songe et vérité,le monastère s'éveille sous son voile de pureté. Alors, du fond de la plaine s'embrase le soleil. Et les rayons éclaboussent le ciel de bleu de Mer de Chine, de bleu céleste, puis se fondent dans le rose dragée de thé et la vanille. Et la prairie s'habille d'une robe diaprée de vert absinthe, vert chartreuse, vert sauge. Et le sous-bois s'encanaille de reines digitales, d'aspérules odorantes et de fougères au long cou. Alors, les arbres se déroulent de leur cocon, chatouillent l'air de senteurs de pins et de résine. Et l'épi de seigle épouse dame pavot sous une pluie de soleil.
Au pays des mangeuses de psaumes, le cloître s'enivre du cantique des cantiques. A l'aube du silence, entre contemplation et communion, le monastère s'assoupit sous son voile de silences. Alors, du fond des complies, monte la litanie de Soeur Marie-Raphaël. Et l'écho renvoie aux collines les accords parfaits, les couche sur la portée et arrête le temps...

Posté par patitouille à 16:15 - Colette - Commentaires [17] - Permalien [#]

Commentaires

  • Ma petite Colette, je lis ce texte avec des larmes dans les yeux
    Parce que tu parles de ce lieu si cher à mon coeur et que tu le décris de manière poétique...
    Tu le sais je ne suis pas (plus croyante), mais ce que tu dis de Hurtebise, me touche très profondément
    C'est TELLEMENT ça!
    Et en plus si bien dit!
    Chaque phrase est une perle de douceur, de beauté, de bonheur
    Merci Colette, merci!
    C'est magnifique

    Posté par Coumarine, 11 décembre 2006 à 16:18
  • Je ne connais pas Hurtebise. Par contre, de tout ce que nous avons écrit, je trouve que CE texte est, de tous, le plus poétique. Vraiment. C'est un bijou, une rivière dont les diamants sont des mots. SUPERBE !

    Posté par Plum', 11 décembre 2006 à 16:49
  • Colette, tu nous as composé une belle symphonie de mots qui chantent dans l'esprit. C'est un texte magnifique, tout en finesse. Un vrai régal, à savourer sans modération.
    Mille fois bravo !

    Posté par marie-jeanne, 11 décembre 2006 à 17:34
  • jai me ce cantique des cantiques : chant le plus religieux et le plus érotique qui soit en même temps. Il est lui même cette ode à la nature ...

    Posté par lio, 11 décembre 2006 à 17:40
  • Un texte superbe qui se lit lentement, religieusement...

    Posté par Lukeria, 11 décembre 2006 à 18:05
  • Très touchée par ce texte, Colette. Je suis très touchée. Quand on connaît Hurtebise... Je pense souvent à ces Dames, que l'on peut penser si loin du monde et qui sont tellement dedans !

    Il faudra que j'envoie aussi ma participation à PP, non sur la base du pastel, impossible d'écrire là-dessus, mais au moins un peu sur le contexte dans lequel il a été fait...

    Je crois que ton texte me donne une petite idée...

    Posté par Pivoine, 11 décembre 2006 à 18:12
  • mais j'espère bien que tu vas l'envoyer, Pivoine ))

    Colette, Coumarine et les autres ont tout dit. c'est... beau, tout simplement.
    et simples sont les émotions que tu décris, et que tes mots font naître en nous.
    Pour avoir été en ce lieu charmant, je reconnais que c'est très exactement ce qu'on y ressent, une sorte de quiétude tranquille, qui ressource.
    Quand aux femmes qui oeuvrent là-bas, elles rayonnent. littéralement.

    comme ta prose, Colette.

    Posté par pati, 11 décembre 2006 à 19:10
  • Merci, Colette! Rien à dire de plus ... tout commentaire de ma part serait bien fade à côté de la poésie qui se dégage de ce magnifique écrit. Merci!

    Posté par fc (coquelicot), 11 décembre 2006 à 19:32
  • C'est un chant qui monte vers le ciel.C'est superbe.

    Posté par Charlotte, 11 décembre 2006 à 20:41
  • Je rejoins Plum' et les autres ... ton texte est de toute beauté et me laisse dans un profond silence.

    Posté par Poème de vie, 12 décembre 2006 à 07:32
  • Très beau !

    Posté par cedric, 12 décembre 2006 à 09:50
  • Et puis il fait rêver. En le relisant, devant l'aspérule odorante, je me prends à mourir d'envie d'un petit verre de maitrank dégusté dans le jardin du monastère, en plein mois de juin...

    Posté par Pivoine, 12 décembre 2006 à 11:32
  • Whaou ! ………………… ……

    Posté par le chien, 12 décembre 2006 à 11:32
  • C'est superbe, ça donne vraiment envie de s'y retrouver, de partir à l'instant vers hurtebise et découvrir. Bref c'est magnifique, on se laisse porter par tes mots ennivrants !
    Voilà, j'en ai déjà trop dit ...........

    Posté par Matts (-Hideto), 12 décembre 2006 à 13:51
  • Quel superbe cadeau chère Colette !
    Je l'ai lu et relu ... De la poésie la plus cristalline tu façonnes un joyau d'une pureté !
    Ne l'enverrais-tu pas à Soeur Raphaël ?
    Je t'embrasse.

    Posté par Largo, 12 décembre 2006 à 18:07
  • Ton texte est superbe. Profond, recueilli, propice à la méditation. Ton écriture se surpasse à chaque fois. Où t'arrêteras-tu, Colette ? Merci pour ce bonheur de te lire !

    Posté par Micheline B, 13 décembre 2006 à 13:32
  • Merci à vous tous pour vos mots si chaleureux! Ils me donnent envie de continuer!

    Posté par colette, 13 décembre 2006 à 13:47

Poster un commentaire