Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

09 janvier 2007

"Livre à vous" (Bugul An Aod)

Je suis un génie... et je suis modeste… Oui, je suis un génie. Je suis plus que millénaire, je parle et pourtant  je ne parle pas, pas au sens où vous l’entendez. Je parle des dizaines de langues, idiomes ou dialectes, certains éteints depuis des siècles, mais je ne le dis pas. Je reste « muet » et pourtant je vous dis tant de choses moi qui suis par définition fini et pourtant infini. Je suis Histoire, histoires, Science, conscience, de chevet, de poche, de prières, réceptacle de votre savoir, de vos doutes, de vos expériences. Pierre, bois, papyrus, peau, soie, argile ont été mes supports avant d’en arriver finalement un jour au papier et vous m’avez tour à tour nommé tablette, volumen, codex pour enfin en arriver à mon nom d’aujourd’hui …. Livre.

Telle une épeire je sais tisser, avec patience, tout autour de vous une toile séductrice et enrobée du flottement du voile diaphane de mes pages et parfois je semble n’avoir de cesse de torturer une abstinence qui commençait à vous peser, celle vous fondre en moi lorsque je suis amour, celle de partager pendant un bref instant une infinitésimale partie de mon génie. J’essaye aussi parfois lorsque vous vous poser trop de question d’y répondre avec autant de niaiserie, de candeur et de manque d’assurance que je le peux, mais vérité, mensonge ou même simple petite omission quelque que soit la réponse que je vous apportera, je ne ferai que propulser le frêle esquif de mes réponses au cœur d’un maelstrom de mots en souhaitant qu’ils ne deviennent pas des maux, les vôtres.

Embarque donc avec moi toi petit humain, toi qui un jour prochain m’abandonnera à la poussière sur un rayonnage perdu au milieu de mes semblables puisque je suis un et plusieurs. Embarque et viens te noyer sur l’océan de mes mots. Embarque et laisse à quai cette réalité si triste et morose qui fait ton quotidien. Embarque et laisse moi t’emmener vers cette aurore nouvelle que tu crois discerner au travers de mes pages mais qui n’est que la lumière que tu as oublié d’éteindre en t’endormant bercé par le flot de mes mots.

Posté par Coumarine à 09:30 - Bugul An Aod - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Waouh ! SUPERBE !!!
    De jolies expressions, une belle ambiance, un grand moment...
    Merci.

    Posté par Plum', 09 janvier 2007 à 10:32
  • Très beau texte. Bel hommage aux livres sans lesquels la vie serait bien ordinaire !

    Posté par marie-jeanne, 09 janvier 2007 à 13:35
  • Superbe ! J'aime beaucoup ce voyage que tu nous proposes ... Dis-moi c'est un aller simple j'espère ? ... Je me méfie toujours des agences de voyages ...

    Posté par Hériçon, 11 janvier 2007 à 12:15
  • épatant ton texte,un nouveau ton de couleur est donné à ton ecriture!

    Posté par soleilleillune, 11 janvier 2007 à 16:19
  • C'est un très beau texte. A lire et à relire. Peut-être pourrais-tu le retravailler, pour lui donner toute la fluidité qu'il mérite. (par exemple, en raccourcissant la dernière phrase - en la scindant en deux). Mais tel quel, il entraîne le lecteur dans un grand élan épique. Oui, voilà. C'est plutôt un texte "épique" (L'épopée du livre) - et c'est là tout un genre dans la littérature française.

    Posté par Pivoine, 11 janvier 2007 à 18:36
  • la vie serait bien plus fade sans ce génie là, c'est magnifiquement écrit bravo

    Posté par bérangère, 12 janvier 2007 à 11:08
  • Cette après-midi, j'ai visité un beau, très beau magasin d'un ébéniste. Il avait une magnifique bibliothèque qui me fait rêver. Je me suis dit qu'elle était tellement belle que les livres à y mettre devraient être choisis, triés ... ce que tu écris y aurait sa place, c'est si beau et si juste!

    Posté par fc (coquelicot), 13 janvier 2007 à 23:16

Poster un commentaire