Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

23 janvier 2007

Transformation (Tanette)

J’ai volé mon âme à un clown
Bing,bang, boum, bada boum
Assez de me voir stressée
Sérieuse, figée, paniquée
Envie de m’éclater, de rire, d’être gaie
Envie de ressembler
A ce clown joyeux
Qui rend tant de gens heureux !

Je lui ai volé son âme
Dans la salle, à ma vue, ils se pâment,
Je fais jouer mes zygomatiques
Dans un ballet fantasmagorique
Fini le cul-pincé
Me demander ce qu’ils vont penser
Etre un modèle de bienséance
Cette fois je prends des vacances

J’ai volé mon âme à un clown
Bing, bang, boum, bada boum
Grâce à lui ma vie est transformée.
Je peux rire, mimer, grimacer, chanter
Comme j’en ai toujours rêvé,
Je voudrais bien pouvoir le remercier

Posté par patitouille à 09:36 - Tanette - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

  • C'est vrai que par moment on voudrait se lâcher ! Faire les fous, comme lorsque l'on était gosse.
    Mais c'est un peu plus difficile lorsque l'on est adulte. Il y a toujours cette crédibilité, ces responsabilités, cette image de soi qui doivent être véhiculées.
    Heureusement, il nous reste l'expression artistique. Elle, permet tous les délires...

    Posté par Plum', 23 janvier 2007 à 20:22
  • bonne idée que la tienne

    ces vacances zygomatiques font du bien c'est une évidence, et tu le décris parfaitement bien )

    Posté par pati, 23 janvier 2007 à 20:25
  • Ah, ça fait du bien de voir un texte joyeux et un peu fou ! "le modèle de bienséance prend des vacances", et c'est tant mieux, les clowns ça sert à ça, à nous faire oublier le quotidien...

    Posté par Sammy, 24 janvier 2007 à 13:41
  • Merci Tanette pour ce texte aussi joyeux que les enfants qui jouent sans trop se préoccuper de leur allure
    des mots frais, que j'aime ça!

    Posté par Coumarine, 24 janvier 2007 à 15:14
  • C'est carnaval avec toute l'ambiguité de l'exubérance colorée et musicale "Bing, bung, bang ...", résonnance des fanfares, joie de foule toutjours sur le fil du rasoir, pouvant peut-être basculer dans la noirceur de Thiéfaine.
    Mais on peut en garder que la joie.

    Posté par Pluto, 31 janvier 2007 à 14:57

Poster un commentaire