Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

10 février 2007

De l'eau tiède et du savon (Aubade)

Je suis restée une heure environ dans la salle de bains. J’y étais entrée simplement pour me laver les mains après avoir farfouillé dans la poussière et les toiles d’araignées du grenier. J’étais à la recherche d’un miroir ancien, mis au rebut depuis de longues années, et que, soudainement, j’avais eu envie de retrouver pour lui donner une deuxième vie dans ma chambre récemment redécorée.

J’avais pris le gros pain mauve de ce savon à la lavande que Chloé m’avait ramené de son dernier séjour en Provence, et je le faisais mousser avec délectation dans mes mains, noires des souvenirs poussiéreux du grenier. Le robinet en col de cygne laissait couler un mince filet d’eau délicieusement tiède, et le lavabo, d’abord moucheté d’éclaboussures grisâtres, retrouvait peu à peu le ton « vieil ivoire » de sa porcelaine fatiguée.

J’étais seule à la maison. Tout était calme, paisible. Seul le bourdonnement lointain d’un moteur –une moto probablement, ou plutôt un scooter- troublait un bref instant le confortable silence de cette soirée.

Je laissais paresseusement mes mains reprendre couleur humaine sous le jet d’eau tiède, lorsqu’ un bruit vague, indéterminé, me fit dresser l’oreille. Etait-ce des pas ? des murmures ? le grincement d’une porte mal huilée ? le craquement d’un vieux meuble ou de la rampe d’escalier ? J’eus en tout cas la certitude que ces bruits étranges venaient d’ici même, de ma maison, et je sentis instantanément mon pouls s’emballer et mon front devenir moite.

J’attrape une serviette, m’essuie sommairement les mains et fais tourner le verrou le plus silencieusement possible. Des yeux, je cherche une arme. J’ouvre fébrilement une trousse. Je m’empare d’une dérisoire lime à ongles. De l’autre main, je saisis un flacon de laque pour cheveux. Me voilà enfermée, tremblante, l’oreille aux aguets. Le bruit semble venir de la cave ? Non, plutôt du rez-de-chaussée. Puis cela s’arrête. Mais mon cœur continue de battre la chamade: quelqu’un est là, en bas, juste en-dessous de moi. Je ne l’entends plus? Il monte probablement, et la moquette de l’escalier amortit son pas. Il doit être à mi-étage, presque en haut, déjà sur le pallier, probablement devant la salle de bains où je me terre, l’oreille à quelques centimètres de la porte, à quelques centimètres de « lui », sans doute. Le temps passe, infiniment long: une heure peut-être, ou un siècle. Je n’ose ni bouger ni respirer.

Soudain, un nouveau bruit me fait sursauter: on dirait qu’on ouvre, puis qu’on referme la porte de rue. « Il » serait reparti? Je respire. Puis, je réalise que non: il n’est pas parti. Au contraire, voyant le champ libre, il a dû faire entrer un complice. Je me sens mal, j’ai peur de m’évanouir. Je m’assieds sur le sol, respirant avec difficulté.

Ce que j’entends ensuite, c’est la voix claire de Chloé. Chloé, rentrée de voyage un jour plus tôt que prévu, monte l’escalier en criant « Mais enfin, où es-tu? Et pourquoi es-tu montée sans éteindre la télévision? »

Posté par pivoineblanche7 à 13:55 - Aubade - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

  • Et voilà le texte d'Aubade, Aubade qui nous donne des sueurs froides, nous entraîne sur des pistes mystérieuses (les recherches au grenier), nous parle d'un savon à la lavande... Et puis, on est pris, on se demande vraiment ce qu'il va se passer... Er ce n'est que Chloé ! Joli...

    Et la finale est tout à fait dans l'esprit de la consigne.

    Posté par Pivoine, 10 février 2007 à 14:01
  • Le suspense est très bien mené. Bravo !

    Posté par marie-jeanne, 10 février 2007 à 14:27
  • ouf, j'ai eu chaud!
    tout est bien qui finit bien...

    Posté par sodebelle, 10 février 2007 à 14:38
  • Tous les détails y sont pour nous donner des sueurs froides, comme devant le petit écran.
    Pour une fois, il n'y a ni sang, ni criminel! Rien qu'une petite Cloé rentrée un peu plus tôt que prévu...Ouf!

    Posté par colette, 10 février 2007 à 16:26
  • Aubade...j'ai lu avec intérêt ton texte piqueté de détails concrets qui le rendent très vivant...
    Une remarque: tu changes de temps à mi course...est-ce voulu?
    Cela pourrait l'être pour donner ttàcoup au texte un rythme plus "haletant" qui colle avec l'allure du texte qui vire dans le suspense...
    (mais moi, tu me connais, ça me gêne un peu...)

    Posté par Coumarine, 10 février 2007 à 21:37
  • Merci pour tous les commentaires. Oui, Coumarine, tu as bien compris: j'ai voulu passer au temps présent pou rendre le récit plus vivant, plus haletant, mais je trouve aussi que ce n'est pas une réussite, d'autant plus que, tu le sais, j'adore l'imparfait et le plus que parfait!

    Posté par Aubade, 11 février 2007 à 09:42
  • bonjour je m'appelle sylvie et je débute dans la création de texte. Bravo ton récit est réaliste, tous les détails sont là pour nous conduire vers le suspense... quant à la chute sympatique, parce que pas de violence comme on pourrait le craindre. des fins comme je les aime.

    Posté par Rsylvie, 11 février 2007 à 20:52
  • J'aime bien le crescendo du suspence et tes palpitations qui montent.
    Amicalement,
    Largo

    Posté par Largo, 13 février 2007 à 20:31
  • J'ai bien aimé les sensations que ton texte a produites en moi. sans doute a-t-il réveillé quelques souvenirs. Je me suis tranquillement installéé dans la salle de bain, gagnée par le calme de la soirée. et puis l'angoisse surgit...calmée pae la chute. bref, j'ai apprécié le rythme;

    Posté par souliers vernis, 14 février 2007 à 11:02

Poster un commentaire