Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

18 février 2007

Bonheur Noyé (Mocka)



Il choisit toujours la solution la plus compliqué , l’inexorable lois de tout parfait. Jamais il n’aurait songé, que le sang pourrait régurgiter dans ces veines collabées.Pourtant , depuis ce jour il était comme happé, aspiré , dévoré .
De l’eau à perte de vue, et une émotion qui remonte jusqu’aux tréfonds.
Oui il l’aimait.
Plusieurs mois ont passé.Ils se sont croisés, décroisés, recroisés. Ils n'osait pas se l'avouer , parce qu'il ne faut pas parce qu'ainsi il n'était plus lui. Pourtant, un soir il a fait un rêve bizarre. C'était cet énorme château à moitié noyé, recouvert mais qui émergeait , flottait en tergiversation et divaguait. Il n'avait point compris .Mais aujourd'hui il sait. La  vérité s'est dénudé: Le bonheur c'est d'être chez soi dans ce qu'on fait, dans ce qu'on dit , dans ceux avec qui on est.Le bonheur c'est cette bâtisse qu'on crée , enveloppe tout ce qu'on est .Le bonheur c'était ce château qui divaguait.Le bonheur c'était en elle qu'il aurait trouvé.

Posté par Coumarine à 09:10 - Mocka - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

  • Oui, c'est vrai, souvent on laisse le bonheur aller à vau l'eau ! C'est un beau texte.

    Posté par marie-jeanne, 18 février 2007 à 11:50
  • Je rejoins tout à fait ce que dit Marie-Jeanne. Un texte fort, un texte qui touche en profondeur.

    Posté par Poème de vie, 18 février 2007 à 12:57
  • bravo pour ce texte court qui dit joliment les vérités qu'on ne cesse d'oublier.

    Posté par sodebelle, 18 février 2007 à 13:42
  • Heureuse que ça vous plaît. Merci

    Posté par mocka, 18 février 2007 à 16:24
  • Oui Mocka...tu donnes à penser...
    (attention cependant aux fautes d'ortho, dac?)

    Posté par Coumarine, 18 février 2007 à 19:14
  • un texte court, mais riche en intensité. c'est vrai que bien souvent le bonheur est à porté de main, et que noyé dans une société de consommation, d'excés... on ne le voit pas. c'est bien, de se le rappeler. De nous le rappeler !

    Posté par Rsylvie, 18 février 2007 à 20:47
  • Elle est bien vue cette image de l'amour perdu, noyé, de l'amour qui offrait une vie de rêve comme dans un château...
    C'est une métaphore à la fois poétique et très psychanalytique.

    Posté par Plum', 19 février 2007 à 13:12
  • @coum :décidément je reste incorrigible!!Mon français bat de l'aile apparement!

    Posté par mocka, 19 février 2007 à 19:36

Poster un commentaire