Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

18 février 2007

Les très riches (Arthur HIDDEN)

Il choisit toujours la solution la plus compliquée. C’est ce que nous avons tous cru lorsque John est revenu un jour, excité comme une puce, d’une de ses lointaines parties de pêche solitaire en haute mer. Il faut dire que notre petite communauté des Robinsons de la Fortune se lassait de ses récits, aussi interminables que monotones. Au lieu de passer à d’autres sujets plus intéressants nous pensions qu’il avait inventé cette histoire pour piquer notre curiosité. Il avait été trader dans une grande banque de Londres et il s’était arrêté de travailler pour rejoindre notre projet dès qu’il avait accumulé vingt millions de livres sterling (20.000.000 £) de primes.

L’idée du projet était simple : former une communauté de gens très riches qui achèteraient un atoll dans le Pacifique, le mettraient sur des flotteurs pour se mettre à l’abri de la fonte des glaciers, et vivraient là heureux, définitivement coupés du monde et de ses rumeurs. Nous avions un contrat avec la marine de guerre des USA pour être protégés de toutes interférences externes. Nous ne voulions pas d’enfants avec nous, les femmes en âge de procréer devaient être stérilisées, ni d’animaux domestiques. John était le seul d’entre nous à avoir des difficultés à se stabiliser, d’où ses parties de pêche ridicules, au grand dam de sa compagne Clara.   

Compte tenu de tout cela nous n’avons pas vraiment prêté attention à son premier récit d’une terre qui était en train d’émerger. De plus le soleil tapait dur à ces latitudes. Et lorsqu’il nous a dit, les jours suivants, que c’était le haut d’un petit château qui sortait progressivement de l’eau nous avons commencé à nous moquer de lui. C’était il y a trois mois.

Maintenant notre atoll est cerné par des immeubles et des maisons à moitié émergés. Pour arriver à la pleine mer il faut naviguer pendant des miles dans les rues d’une ville qui ressemble à s’y méprendre à Londres. En approchant en barque des fenêtres de la Tate Gallery on voit les œuvres d’art à travers les vitres. Si tout se passe bien nous allons bientôt vivre dans une des plus belles villes d’Europe entièrement réservée à nous, les très riches.

Posté par Coumarine à 17:55 - Arthur Hidden - Commentaires [17] - Permalien [#]

Commentaires

  • mais quelle imagination, c'est tout un mini-film qui se déroule sous mes yeux amusés. Ca me fait d'ailleurs penser au film "the day after tomorrow". Bon décallage, je pensais au début que le château était sur l'atoll et bien non, pas du tout!

    Posté par sodebelle, 18 février 2007 à 18:56
  • alors là en effet, faut le faire...ou plutôt l'avoir imaginé...à l'heure où l'on parle de la fonte des eaux, des futures régions qui seront immergées, toi tu nous présentes l'inverse: une ville qui émerge...
    une ville réservée aux riches...
    Tu as une fameuse imagination en effet Arthur
    C'est très bien mis en scène, inattendu en plus...

    Posté par Coumarine, 18 février 2007 à 19:06
  • J'adore la façon dont tu as pris le contre-pied de tous les autres : le château ne coule pas, il émerge lentement... "fallait y penser" Bravo !

    Et j'aime bien la touche de cynisme de ton récit également... un château, une ville réservés aux riches ! quelle imagination, vraiment...

    Posté par Sammy, 18 février 2007 à 19:13
  • effectivement j'aime bien cette idée du chateau qui emerge plutôt que l'angloutissement... c'est plus positif.. quant à l'idée : quelle imagination.. je me suis crue dans les BD futuristes de mon petit cousin. Merci pour ce rapide voyage dans un monde qui (je l'espère de tout mon coeur) rester imaginaire !

    Posté par Rsylvie, 18 février 2007 à 20:36
  • Le récit est très bien mené. Mais cette ségrégation sociale, quelle horreur !

    Posté par marie-jeanne, 18 février 2007 à 21:49
  • C'est vrai ça Marie-Jeanne... nous ne pourrions pas vivre dans un monde semblable, n'est ce pas ? oups...

    Posté par Sammy, 18 février 2007 à 22:33
  • je trouve ton texte trés réaliste moi.......les îles pour les riches ......c'est un reportage plus que de la fiction......bon evidemment , la sterilisation des femmes ,c'est peu être pas encore d'actualité, mais pour le reste on doit pas en être trop loin.......même que maintenant, comme il ne doit plus y en avoir trop sur le marché ,les riches se les fabriquent leurs îles réservées, de la forme qu'ils veulent .......
    http://www.linternaute.com/savoir/qatar-iles-artificielles/ile-artificielle-the-pearl-qatar.shtml
    bravo pour le texte tres vivant!

    Posté par tilu, 19 février 2007 à 08:48
  • je t'avais pas lu sammy.....mais je sens que tu es de mon avis

    Posté par tilu, 19 février 2007 à 08:53
  • Très bien trouvé ! bravo !

    Posté par Cédric, 19 février 2007 à 09:40
  • Une ile pour riches, égocentriques à souhaits, sans enfants, sans animaux, sans aucune interférence...
    Londres, engloutie, qui émerge...
    On s'isole et les constructions sortent comme des champignons.
    Retour à la case départ.
    C'est un chef-d'oeuvre ce texte !
    Un grand bravo, Arthur !

    Posté par Plum', 19 février 2007 à 13:23
  • Tilu : c'est génial cette photo. Et aux USA, il existe des villes construites spécialement pour les personnes âgées et riches, enfants et animaux interdits !

    Posté par marie-jeanne, 19 février 2007 à 13:37
  • Le voilà donc ce château qui émerge et qui entraîne à sa suite tout une ville.... mais attention, pas pour qui veut!

    Magnifique texte. Bravo!

    Posté par Poème de vie, 20 février 2007 à 08:37
  • J'aime bien l'idée du texte, les gens très riche, et le château qui émerge. Je rejoins Marie-Jeanne, cela m'a fait penser à ces villes pour vieux riches qui ont la cote aux USA (mais je crois que cela arrive en France ?).

    Je trouve superbe le fatalisme de la fin qui pourrait illustrer l'enfer est pavé de bonnes intentions.

    Posté par Farfalino, 20 février 2007 à 11:47
  • Merci pour tous vos commentaires. A vrai dire j'ai été heureux de pouvoir écrire un texte qui parle de l'exclusion. Au départ je ne savais pas trop comment prendre le sujet.

    Posté par Arthur HIDDEN, 21 février 2007 à 18:44
  • Merci pour cette très intéressante lecture Arthur.

    Posté par Christine, 22 février 2007 à 00:06
  • J'aime bien ton histoire, à prendre avec des oncettes, non ?

    Posté par Annie, 24 février 2007 à 16:41
  • Voilà un cauchemar bien écrit!

    Posté par floraise, 26 février 2007 à 22:22

Poster un commentaire