Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

19 février 2007

Une drôle de tête (Lorraine)

Il choisit toujours la solution la plus compliquée.  Bébé, pour  montrer qu’il existait , il se tourna brusquement sur la table à  langer et atterrit sur la tête.  il en garde une bosse chevelue,  coquette  mais qui attire les regards. S’il met un béret, elle pointe  par-dessous ; le feutre, lui, dérive, s’incline, l’excroissance a  chaud, plie à droite, plie à gauche,ramollit, dépasse sur le front.  Alors, maintenant, il porte le haut-de-forme. Vous direz : « C’est  bien. Au... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:40 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

19 février 2007

L’incipit (Elvire)

Il choisit toujours la solution la plus compliquée. Par exemple, ce matin il choisit de m’imposer cet incipit tortueux accolé, non, apposé à cette image tourmentée… Il a du mal dormir, les méandres de son cerveau embrumé ont du rêver cette torture. Que veux-tu que je fasse d’un tel début ?  J’aurais préféré un truc comme : « on ne sait rien de soi », avec le naufrage, ça collait mieux… En fait, il choisit toujours la solution la plus compliquée, juste pour nous embêter. L’oiseau là-haut, dans ce ciel criard et... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
19 février 2007

Mirage au bord de l’eau (Marie-Jeanne)

Il choisit toujours la solution la plus compliquée.  Quoi de plus simple qu’une partie de pêche ?  Eh bien non pas avec lui !  Il est  vrai qu’il y a belle lurette qu’il n’y a plus de poissons dans cet étang.  Mais pas question de changer d’endroit.  Il s’acharne et jour après jour il s’est mis à collectionner tous les objets hétéroclites qui s’accrochaient à son hameçon.  C’est ainsi que notre garage se trouve envahi par des trésors dignes de Rackam Le Rouge : un vieux landau, quelques... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:40 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
19 février 2007

Partir (Alice)

Il choisit toujours la solution la plus compliquée.Partir, il y pensait depuis longtemps,traverser l'océan pour recommencer,ailleurs , sous d'autres horizons...La mer grignotait la falaise,et le jour où la maison fut tout au bord..Il décida d'y aller, de voguerPar magie, la maison tint bon à marée basse.Mais ce printemps, l'équinoxe amena une marée houleuse, destructive.La maison sombra corps et bien.........Mais...l'essentiel fut sauvéSon ame s'envola avec le goéland sur le chemin de la lumière
Posté par Coumarine à 09:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]