Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

20 février 2007

Versailles ( Cédric )

«  Il choisit toujours la solution la plus compliquée ! -  La plus compliquée ? je ne sais pas, mais s’il l’a choisie c’est que c’est la meilleure, faites confiance à notre capitaine ! » Le Sceptre, vaisseau aux 74 canons, faisait route vers le nord, acteur principal de ce que l’histoire appellera « l’Expédition de la baie d’Hudson » lors de la guerre d’indépendance américaine. Carnet de bord : 17 juillet 1782. Ce matin, nous avons croisé notre premier iceberg, je l’ai scruté comme jamais je le n’avais fait... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:19 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

20 février 2007

Illusions (clise)

Il choisit toujours la solution la plus compliquéeA sa naissance il est arrivé tout violacéDeux tours de cordon autour du couIl a hésité à respirer,  il n'osait  ne pas crierIl avait déjà peur de dérangerIl aurait sans doute préféré se noyerDans le ventre de sa mèreDepuis il se bâtit des châteaux en EspagneEt il  coule au fil de ses illusions
Posté par Coumarine à 17:16 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
20 février 2007

En pensant sous la lune… (le chien)

Il choisit toujours la solution la plus compliquée, le destin estainsi fait.Les abrutis qui se disent voyants ou extras-machin, croient cernerune autoroute et font des prédictions sur les péages.Mais lui, ne choisi que les chemins de traverses et contraires.Le destin n'a rien de fabuleux, c'est un itinéraire bis obligatoire,un empêcheur de tourner en rond, un chauffeur cynique qui ne déposepersonne à l'arrêt demandé, jusqu'au terminus.Où sont mes rêves ? Je ne sais plus. Les châteaux de mon enfance sontnaufragés et tout ce qui a... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:20 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
20 février 2007

Tête de mule (Plum')

Il choisit toujours la solution la plus compliquée. Notre rencontre en est l’exemple parfait. La seconde femme de mon père, ainsi que ses deux filles, ne m’aimaient pas. Lorsqu’elles se sont installées chez nous, je suis rapidement devenue la bonne à tout faire. Ma belle-mère m'a sortie de l’école à seize ans et m'a cantonnée à l’exécution des tâches ménagères. Ma maman, décédée, avait laissé mon père en plein désarroi avec une fillette de sept ans. Cette femme était entrée dans sa vie, à l'affût d'un parti intéressant, mon père, lui,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:15 - - Commentaires [12] - Permalien [#]