Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

05 mars 2007

Pour le regard de Lilou (Bérangère)

ça fait huit jours exactement que tu es rentré de ta mission de sauveur de l'humanité à Darfour ; je ne suis pas amère, je n'en ai pas le droit, ça serait le summum de l'égoïsme malsain. . .
J'aurais juste voulu être ta priorité, tu vois, mais non, il fallait respecter tes règles, vivre l'instant présent, pas de projets, pas d'avenir, pas d'engagement , pas de promesses…

ça fait huit jours exactement que je n'ose pas sortir de peur que tu viennes en mon absence, huit jours que je baisse le son de la télé pour avoir la certitude d'entendre la sonnette, huit jours que je t'attends.

Ce soir, j'ai fermé les volets plus tôt , j'ai monté le son de la télé, j'ai compris que tu ne viendrais pas, que tu ne viendrais plus …

Entre deux potins, j'imagine le gros Dédé, avec ses gros sabots : " elle n'est plus seule, la petite Dubreuil, elle a eu une fille, au printemps dernier ! ", j'imagine tes sourcils froncés, tes calculs savants, et ta pensée … je l'entends d'ici " et elle qui me parlait d'amour, une belle girouette, oui ! "

Pas d'attaches, pas d'engagement, pas de projets … la pilule est fiable à plus de 99 %, quel drôle de pied de nez, hein ? Mais tu n'as pas douté un instant, ça ne pouvait être que le fruit d'une trahison cette enfant, tu as jeté la clé du secret qui nous unissait en ne cherchant pas à comprendre, tu t 'es privé sans le savoir du plus beau des cadeaux.

Elle s'appelle Lilou, elle a ton regard, ton sourire, la forme de mon visage,  mes boucles brunes, et ma joie de vivre ; elle est belle, lumineuse et douce …

Elle est le plus précieux et le plus beau secret que je porte en mon cœur  pour toujours, je l'aimerais , et t'aimerais à travers elle jusqu'à mon dernier souffle …

Posté par patitouille à 17:35 - Bérangère - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • combien de femmes ont vu ainsi leur vie chamboulée par ce petit 0,01% ? !

    j'ai failli écrire "détruite"... et puis non, pas détruite. parce que cette Lilou, comme tous les autres gosses non prévus, non planifiés apportent une joie vraie, un amour indéfectible, et que visiblement, le coeur de ton personnage sait y être attentif.

    c'est un très joli texte, et un beau sujet. bravo à toi, Bérengère

    Posté par pati, 05 mars 2007 à 18:28
  • Gagner sa liberté et se privé du plus beau des trésors ... est-ce encore être libre? est-ce encore de l'humanité? Ce texte aborde avec beaucoup de pudeur et de sensibilité la question des choix à poser dans nos vies. A réfléchir! Merci!

    Posté par fc, 05 mars 2007 à 22:51
  • bravo

    merci pour ce beau texte, riche en émotion. Une histoire d'Humanité qui fait réfléchir...
    comme quoi, des fois, on a à portée de main, un précieux trésor que l'on ne voit pas tellement il nous illumine le regard (trop facilement tourné vers le lointain)... à méditer... merci
    Peinturellement votre, rsylvie

    Posté par Rsylvie, 05 mars 2007 à 23:19
  • Oups, désolé!Vraiment désolé! Je ne manque pas d'R pourtant ... mais je me le garde, semble-t-il alors qu'il trouverait parfaitement sa place à se "priver" dans mon commentaire précédent un peu vite tapé et surtout pas relu!

    Posté par fc, 05 mars 2007 à 23:43
  • Ouch, ça fait mal... beau texte sur une détresse cachée et infinie, celle d'un amour injustement perdu.

    Posté par Sammy, 06 mars 2007 à 12:20
  • Comme ton texte est vrai "Tu t'es privé sans le savoir du plus beau des cadeaux... "
    Les o,o1 % comme l'écrit si bien Pati, qui ont eu la chance de ne pas avoir été éjectés, font maintenant le bonheur absolu de leurs géniteurs.
    Et je sais de quoi je parle...

    Posté par Amanda, 06 mars 2007 à 14:20
  • Un petit chef d'oeuvre de sensibilité. Etant un enfant non désiré, il n'y avait pas la pilule "avant", je suis touché par cette histoire.

    La petite Lilou est en forme de cadeau consolation.

    Posté par Farfalino, 07 mars 2007 à 14:01

Poster un commentaire