Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

07 mars 2007

poison (Claire)

Ca fait exactement huit jours que ce secret me hante. Jour et nuit, nuit et jour il tourne, se retourne et détourne mes pensées. La maison est belle, l'ambiance sereine, le vin blanc y est euphorique et les pêches du dessert juteuses à souhait. Dans un tel havre de paix, le secret n'en est que plus pesant. Il faudrait le dire pour m'en délivrer, pour ne pas porter seule le fardeau. Il faudrait le dire pour pouvoir survivre.

Mais comment trahir celui qui me l'a livré ? Cadeau au poison lent qui me déchire, me tue à petit feu. Il faudrait pouvoir le dire...

Mais un secret pour le rester doit être tu. Un secret, par sa nature, doit rester secret.

Demain, j'en mourrais.

Posté par patitouille à 09:30 - Claire - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

  • bravo

    En quelques mots tout est dit.
    J’admire le travail.
    Comme quoi, il est possible de faire court et transmettre une idée, des émotions.
    peinturellement vôtre, rsylvie

    Posté par rsylvie, 07 mars 2007 à 10:39
  • Et pourquoi tu nous le dis pas à nous ton secret d'abord ?!!
    Promis ça restera entre nous, allez quoi…
    Ton texte m'a rendu curieux, si c'était le but c'est réussi.

    Posté par le chien, 07 mars 2007 à 10:53
  • ou comment faire court... et bien ! )

    ton texte a valeur de fable poétique, à mes yeux... j'aime énormément )

    Posté par pati, 07 mars 2007 à 11:52
  • Ce n'est pas la première fois que j'aime l'efficacité de tes écrits (efficacité, quel laid mot pour une si belle écriture!) En peu de mots, tu nous dit absolument tout: la beauté des lieux, le décalage entre les sentiments de sérénité et la tension due au secret, le secret ... dont tu ne diras rien et même la raison pour laquelle tu ne diras rien! Efficace et poétique... et en plus, on se surprend à réfléchir: aurais-je, moi, le courage d'en mourir plutôt que de trahir? Merci Claire!

    Posté par fc, 07 mars 2007 à 12:48
  • Ca me fait penser à un vacherie misogyne de Guitry, "C'est une erreur de croire que les femmes ne peuvent garder un secret. Elles le peuvent, seulement elles s'y mettent à plusieurs ! ".
    blague mise à part, ton texte nous distille admirablement le poison qui envahit la narratrice. Il est parfois des secrets trop lourds à porter qui vous tue à petit feu mais l'instinct de survie qui nous habite nous pousse à soulager le fardeau. Ces secrets ne devraient pas le rester éternellement.

    Posté par Farfalino, 07 mars 2007 à 13:34
  • oui faut le faire, Claire...parler d'un secret sans dire de quoi il s'agit (forcément on ne dit pas, puisuqe c'est un secret!!!)
    Tu traites la consigne à ta manière, très personnelle chère Claire!!! et j'apprécie beaucoup!!!

    Posté par Coumarine, 07 mars 2007 à 15:46
  • Il y a de ces cadeaux empoisonnés qui rendent la vie dure.
    C'est à celui(celle) dont on est sûr et certain de leur silence qu'on livre des secrets.
    En fait on n'est jamais seul avec un secret: il y a celui qui l'a dit et celui à qui on l'a dit!

    Posté par Charlotte, 07 mars 2007 à 16:47
  • Une expression brève et forte. Tout est dit en ces quelques mots qui nous hantent un long moment. Tous mes compliments.

    Posté par broceliande, 08 mars 2007 à 09:35
  • J'aime l'efficacité ravageuse de ton texte. Et savoir faire bref, c'est vraiment quelque chose que j'admire. Merci

    Posté par Arthur HIDDEN, 08 mars 2007 à 10:22
  • tu en mourras ? vraiment ? alors il faut le dire - est ce que tu n'en meurs pas d'envie ?

    Posté par brigetoun, 08 mars 2007 à 15:41
  • je crois qu'il y a certaines choses qu'on n'arrive pas à dire même si ca nous tue. Mais ici, ce n'est que "littérature".
    merci pour vos commentaires.
    bisous

    Posté par claire, 08 mars 2007 à 16:21

Poster un commentaire