Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

16 mars 2007

Ma vie pour un mensonge (Miss Alfie)

Il faut que je vous dise… J’ai menti ! Ne me regardez pas comme ça… Je sais que je vais mourir, alors laissez-moi, laisse-moi, mon chéri, te raconter…

Tu te rappelles, j’en suis sûre, de ce jour où tu as signé ce papier, où tu m’as emmenée dans cette clinique très privée et très secrète, où la discrétion t’était assurée. Tu m’y as entraînée sans que je réalise, plongée dans les vapeurs d’un sommeil provoqué par les whiskys que je venais de combiner avec mes anti-dépresseurs.

Tu m’as laissée avec ma valise dans le hall. Tu m’as fait un baiser sur la joue et tu as caressé mon visage avec la paume de ta main. Je crois que je devais pleurer… En tout cas, mon cœur pleurait, si moi je te paraissais stoïque…

Mais ce jour-là, ce ne fut que le début. Le début de mes séjours dans ces chambres aseptisées, dans ces bâtiments chics et élégants, au milieu de femmes aux maris tout aussi riches que toi, qui cherchaient la discrétion pour soigner les hystériques que Dieu leur avait donné pour compagnes…

Et en même temps, ce jour-là, ce fut la fin de mes cauchemars, la fin de mes angoisses. J’étais protégée désormais. Tout cela était arrivé sous le coup de la folie. Cette folie qui m’habitait et me conduisait droit dans ces établissements haut de gamme, gentiment appelés maisons de repos. Asiles de folles, prisons de meurtrières, nids d’assassines: voilà qui leur aurait mieux convenu…

Et moi, j’étais une des leurs. Une de celles qui, sans jamais avoir osé l’avouer, avait participé à la chute de son bébé dans la rivière. Une de celles qui l’avait regardé dériver au fil de l’eau. Je devais être la seule, la seule femme qui t’intéresserait, à jamais, la seule dont tu t’occuperais…

Oh, tu l’as bien fait d’ailleurs, tu as pris soin de moi, tu m’as trouvé les plus grands spécialistes et les meilleurs traitements. Mais tu n’as jamais su que ma folie n’était pas venue avec la mort de ta princesse, de votre princesse, à toi, à ton père, à ta mère, à vous tous ! Non… Ma folie, c’est elle qui l’a tué…

Posté par pivoineblanche7 à 17:14 - Miss Alfie - Commentaires [15] - Permalien [#]

Commentaires

  • silence. C'est dur.

    Posté par claire, 16 mars 2007 à 18:06
  • Mais...Mais...Mais... Il n'y a que des textes dramatiques! Cette rivière a inspiré bien des malheurs...
    En tout cas, j'aime beaucoup.

    Posté par Léa, 16 mars 2007 à 18:22
  • Triste réalité d'une certaine classe que l'on dit aisée...riche mais pauvre de sentiments à en sombrer dans la folie !
    (attention, je ne porte aucun jugement, et je ne génralise pas)
    peinturellement votre, rsylvie

    Posté par rsylvie, 16 mars 2007 à 21:15
  • rsylvie > les drames humains sont hors-classes...

    -------
    Cela dit, ce texte me plait beaucoup !
    Une sorte d'ultime acte terriblement ambigu : vengeur, salvateur, et démentiel à la fois. (enfin je le vois comme ça...)

    Posté par Alainx, 17 mars 2007 à 09:55
  • Ben, c'était un peu dur là, Miss Alfie, car ici, en Belgique, on sort d'en prendre (un quintuple infanticide, il y a deux semaines). Sinon, c'est fort bien expliqué, rendu, décrit et la chute est bien amenée: la folie n'a pas suivi l'acte. Mais la folie a précédé, amené l'acte. Bien que le personnage semble très lucide... Tout à fait même.

    Posté par Pivoine Blanche, 17 mars 2007 à 13:27
  • belle lucidité avec un passé aussi chargé ,un beau revirement serait le bienvenu et exemplaire de force de vie!

    Posté par soleilleillune, 17 mars 2007 à 13:55
  • Bravo

    Encore une fois, tu es sur la voie qu'il faut...et pourquoi ne pas meler ce que tu rencontre tous les jours avec une intrigue...policière?

    Posté par Iceman, 17 mars 2007 à 16:21
  • Sourire... Je suis soufflée Alfie.

    Posté par Plum', 18 mars 2007 à 18:16
  • Encore un texte qui ne laisse pas indemne. Je sens en filigrane de cette histoire la délicatesse d'un amour réel qui va être poignardé par la réalité.

    Posté par Arthur HIDDEN, 18 mars 2007 à 18:32
  • Un texte plein de douleur, triste et émouvant.

    Posté par Farfalino, 19 mars 2007 à 13:29
  • Merci beaucoup pour vos commentaires qui me touchent beaucoup. Ice, un jour peut-être, quand l'emménagement sera terminé et que le mi-temps laissera le temps d'écrire... ou pas...

    Posté par Alfie, 20 mars 2007 à 10:37
  • Très bon texte. J'aime la façon dont la vérité est amenée graduellement, progressivement, pour révéler l'indicible dans la dernière phrase.

    Juste un petit bémol : je trouve qu'elle parle "trop bien" ta folle... on s'attendrait à un peu plus d'incohérence de sa part.

    Posté par Sammy, 20 mars 2007 à 15:44
  • Hum... je relis mon commentaire et j'ai peur d'avoir été un peu sec ^^ Il est très bien ton texte hein ! C'est juste que je ne sais pas comment exprimer qu'à mon sens il manque un p'tit kekchose pour bien poser ton personnage.

    Il me revient maintenant ce que j'ai oublié d'écrire tout à l'heure : ça m'a fait penser à Maupassant ; on trouve chez lui des thèmes assez semblables : la révélation d'un drame ou d'une folie secrète après la mort, une confession terrible, des infanticides... j'ai du le dire quelque part, mais lisez Maupassant :-p

    A défaut, regardez France 2 ce soir ! ...ça passe en Belgique ?

    Posté par Sammy, 20 mars 2007 à 16:00
  • Pourquoi une "folle" devrait être constamment incohérente? c'est justement toute la difficulté des médecins...bon on dérive , désolé

    Posté par iceman, 20 mars 2007 à 22:17
  • @ Sammy : L'incohérence n'est pas le propre de la folie. En extérieur, certaines personnes paraissent tout aussi normal que toi et moi. Mais il y a ces épisodes, ces moments où elles ne sont plus elles mêmes... C'est, comme le dit Ice, la complexité de la folie...

    @ Ice : Et alors, même si on dérive, c'est bien de se laisser porter par le courant de l'étang !!! :p

    Posté par Alfie, 22 mars 2007 à 14:35

Poster un commentaire