Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

25 mars 2007

Silence d'enfant (clise)

Il faut que je vous dise… j’ai menti, je n’étais encore qu’un gamin, la journée à l’école s’était plutôt mal passée avec la leçon de calcul et les tables de multiplication le matin, trop de fautes à la dictée de l’après midi, la maitresse n’était pas contente… Alors j’ai décidé de rentrer par l’étang, les yeux rivés sur le chemin, j’ai ramassé des beaux cailloux bien plats, ronds, ovales, lisses, les meilleurs pour les ricochets, oui parce qu’en ricochets je suis excellent, même qu’une fois, mon caillou il a traversé tout l’étang, c’était comme un feu d’artifice tous ces ronds qui se propageaient à la surface de l’eau, l’étang il était plus pareil tout ridé de vaguelettes, j’étais tellement fier.

Ce jour là, je caressais du bout des doigts mes cailloux, prêt pour un nouvel exploit, quand j’entendis derrière un bosquet des rires étouffés, des bruits de feuilles froissées, de frôlements, des soupirs…. je m’accroupis et cherchais des yeux… je vis une jupe relevée, un homme à moitié nu, je n’ai pas tout de suite reconnu mon père, mais j’ai bien entendu la voix de la boulangère… je n’ai plus osé bouger et ce n’est qu’après, quand ils sont passés près de moi que je l’ai vu, lui. Quand je suis rentré à la maison, il était tard, papa était fâché, il m’a demandé où j’avais trainé, j’ai baissé la tête, j’ai dit : « chez le Jeannot, on a joué », il n’a pas vu mes yeux rougis par les larmes, maman elle a dit que c’était pas grave. Les années ont passé, hier on a enterré la boulangère, j’ai bien vu que mon vieux père il était très triste, pas moi.

Posté par pivoineblanche7 à 17:30 - Clise - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

  • Récit très touchant. Non les pères ne sont pas toujours des héros.

    Posté par marie-jeanne, 25 mars 2007 à 19:35
  • Un texte bien troussé, comme la jupe de la boulangère. J'aime bien ce récit de cet enfant qui a découvert les amours secrètes de son père.

    Posté par Farfalino, 25 mars 2007 à 20:07
  • les yeux de l'enfance ne se decillent jamais au moment où leurs parents le souhaiteraient...

    ça s'appelle grandir, y parait

    très, très joli moment de lecture, clise. merci.

    Posté par pati, 25 mars 2007 à 20:10
  • terrible, ces silences d'enfant. Et quel beau texte!

    Posté par Pivoine, 25 mars 2007 à 23:01
  • L'amour est si compliqué pour les adultes, alors pour les enfants...
    Ce texte est... dérangeant par le sujet qu'il aborde dans la mesure où il lève le voile sur une chose à laquelle on ne pense jamais : ce que les enfants voient, ce que les enfants pensent et surtout ce qu'ils taisent...
    Jolie performance Clise.

    Posté par Plum', 26 mars 2007 à 00:54
  • La vie quand elle est surprise par les yeux d'un enfant...pas si évident que cela...
    J'aime la façon "parlée" de ton texte...elle correspond bien au personnage (un enfant) qui raconte
    Bravo Clise

    Posté par Coumarine, 26 mars 2007 à 07:48
  • Le texte est beau, même si le sujet ne l'est pas.

    Posté par Yedidia, 26 mars 2007 à 08:21
  • J'ai beaucoup aimé ton texte. La confrontation inévitable d'un enfant au monde des adultes est forcément brutale. C'est ce que ton texte m'évoque.

    Posté par souliers vernis, 26 mars 2007 à 12:01
  • J'ai beaucoup aimé ce texte.
    le silence obligé d'un enfant...quelle souffrance.

    Posté par Charlotte, 26 mars 2007 à 12:08
  • Très joli. J'aime bien ce texte raconté à travers le regard et les mots d'un enfant. C'est un "Petit Nicolas" tragique.

    Posté par Sammy, 26 mars 2007 à 15:49
  • un trés beau texte. J'aime bien la franchise de la fin...

    Posté par rsylvie, 26 mars 2007 à 20:00
  • Il est terrible ce texte, pauvre petit bonhomme qui ment pour couvrir son père et protéger sa mère.
    le ton en est très juste.

    Posté par sodebelle, 26 mars 2007 à 23:13

Poster un commentaire