Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

05 avril 2007

Ils ne les auront pas (Cassandrali)

J’ai presque une heure d’avance… J’ai appelé, ils ont dit qu’ils seraient là dans une heure. Quand j’y repense… Il leur en a fallu des heures pour comprendre, résoudre cette affaire. C’est rien une heure dans une vie, mais elles ont été longues ces dernières années pour tous ceux qui ont travaillé sur cette affaire ! Combien déjà depuis le premier ?

15 ans ! Oui… 15 ans…

Un soir de novembre, dans une impasse, le corps d’un homme est retrouvé gisant sur le trottoir, couvert de sang et les pieds nus. Etranglé, puis poignardé. D’autres meurtres dans la même année, 4, et autant les années suivantes, toujours dans les mêmes conditions. Une vraie énigme pour la police !

Et puis, les méthodes scientifiques sont arrivées, elles leur ont permis de découvrir de nouvelles pistes. Pas d’ADN, non, mais de précieux indices : tous ont été étranglé avec des lacets, poignardé avec une alêne… Ils ont établi le profil du tueur : un cordonnier ou un vendeur de chaussures. Celles-là mêmes qui étaient retirées aux victimes. Toutes venaient de la même boutique, bien que les meurtres aient eu lieu dans des villes différentes.

J’y fabriquais des chaussures de qualité dans cette boutique, des sur mesures, faites avec des cuirs de première classe, tannés des heures durant à la main…
Fallait en prendre soin, bon sang !
Ils les ont négligées, abîmées… Ils ne les méritaient pas !
Je les ai sauvées, je leur ai redonné une autre vie… Elles sont là, autour de moi… Hein mes belles ?
Ils arrivent, j’entends leurs sirènes. J’entends la vieille porte de la grille crisser…
« Allez… Adieux mes belles ! »

Dans la presse le lendemain : «…En poussant la grille de la propriété, la police a déclenché l’explosion de l’usine désaffectée. Le feu a envahi instantanément l’entrepôt. Le corps calciné  du tueur aux godillots, qui s’était rendu une heure avant, a été retrouvé au milieu d’un amas de chaussures carbonisées.»

Posté par _Sammy_ à 16:30 - Cassandrali - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

  • C'est tout simplement génial !!!
    Le tueur aux godillots, quelle horreur !
    Un grand bravo !

    Posté par Plum', 05 avril 2007 à 16:52
  • Vous me faites peur.
    Suis-je digne des croissants de M. Patapin ?
    Suis-je capable d'apprécier le thé de M. Ceylan ?
    Suis-je apte à savourer les confitures de Mme Framboise ?
    Suis-je admis à porter à mes lèvres la fine porcelaine de M. Kaolin ?

    Tous ces tueurs potentiels !

    Perroquet autarcique sur la pointe de mon pied.

    Posté par Papistache, 05 avril 2007 à 19:53
  • C'est... waw, oui, c'est bien ça: waw!

    Posté par logarithm', 05 avril 2007 à 21:51
  • Landruesque ! Fallait y penser ! Pas évident de faire un trhiller en quelques lignes. C'est réussi.

    Posté par Hériçon, 06 avril 2007 à 08:17
  • C'est délicieusement angoissant de te lire. J'aime beaucoup.

    Posté par souliers vernis, 06 avril 2007 à 10:13
  • Comme je te l'ai déjà dit, j'aime beaucoup, c'est vraiment très original - j'ai toujours eu un petit faible pour les polars ! Tu as vraiment eu une excellente idée, très bien mise en oeuvre ; comme dit plus haut, un récit policier en quelques lignes, il fallait oser ! Bravo

    Posté par Sammy, 06 avril 2007 à 11:28
  • C'est une histoire de pompes ...funèbres.
    Mais que fait la maré...Chaussée ?
    Les histoire de chaussures on ne s'en "lace" pas, même si certains en ont rien à cirer. Hi Hi Hi

    Posté par ZYGOMO, 06 avril 2007 à 11:49
  • C'est une histoire de pompes ...funèbres.
    Mais que fait la maré...Chaussée ?
    Les histoire de chaussures on ne s'en "lace" pas, même si certains en ont rien à cirer. Hi Hi Hi

    Posté par ZYGOMO, 06 avril 2007 à 12:09
  • L'exploitation de la photo est cohérente et très astucieuse.
    Je ne regrette qu'un peu de relâchement dans la rédaction, ce texte mériterait largement d'être retravaillé …

    Posté par Outis, 06 avril 2007 à 12:11
  • j'aime beaucoup la tournure prise par la consigne ..
    et puis, ça manquait un peu de "de criminel" aprés tout ceux, que l'on avait rencontrés au 42

    Posté par rsylvie, 06 avril 2007 à 13:31
  • J'ai beaucoup aimé le texte plein d'imagination et je n'y ai pas senti de relâchement. Il est soigné, comme les chaussures!

    Posté par Arthur HIDDEN, 07 avril 2007 à 10:27
  • Oui, je trouve que tu es un peu dur Outis

    Posté par Sammy, 07 avril 2007 à 19:14

Poster un commentaire