Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

21 avril 2007

Such beautiful day in a magical place (Léa)

"-Et maintenant ça suffit! Claire, arrête avec ce piano, Bach et Beethoven ça nous fait chier. Chloé, baisse moi le son de cette foutue télé! Non tiens, mieux encore, éteint la. Et Clara, ma petite Clara, je t'en supplie, arrête de jongler avec les oranges et les citrons, tu en mets partout."

Les trois filles le regardèrent, béas. Enfin, il prenait la parole pour s'intéresser à autres choses qu'à sa console et aux filles. Victoire les filles!

Il était arrivé pratiquement en courant, excédé par le bruit, parce que LUI essayait de travailler. Merde à la fin, il avait le bac à préparer!

"-Bon, vous pouvez pas trouver à vous occuper autrement, hein? C'est pas compliqué quand même, une feuille, des crayons, et c'est parti pour des heures!

-Mais Martial, on s'ennuie! Lui répondit Clara.

-Et c'est ma faute à moi, si Papa travaille? Faites un effort quoi!

-Emmène nous dehors, nous promener!

-Non… J'ai pas le temps!

-S'il te plait!"

Trois petites bouilles lui souriaient avec des yeux impitoyablement trognons.

"-Bon, ok, mais c'est bien parce que vous être craquantes, mes trois petites C adorées..."

C'était seulement le mois d'Avril mais il faisait déjà magnifiquement beau. Les filles voulurent voir les fleurs dans les jardins publics, alors il les amena à l'évêché derrière la cathédrale.

Elles furent comblées! Le jardinier avait profité du beau temps pour mettre en terre d'énormes plates-bandes de tulipes, de crocus, de jacinthe, de corbeilles d'or et d'argent, de pivoine et de pâquerettes. Les cerisiers en fleurs offraient un spectacle surprenant: en les voyant de la terrasse supérieure, on aurait pu croire à un nuage perdu en pleine ville.  Les lilas embaumaient le parc et les fleurs des pommiers annonçaient une récolte abondante.

Les filles partirent galoper dans les allées et jouer à saute-mouton entre les bancs tandis que Martial regardait passer les filles, assis dans la pelouse.

Belle journée d'été au printemps, belle journée de travail en plein champ.

Posté par Coumarine à 09:46 - Léa - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

  • C'est beau !

    Posté par Bellesahi, 21 avril 2007 à 21:39
  • Il est vraiment sympa ce grand frère vu par l'oeil de ses C de petites soeurs.
    Le texte est comme lui. Je rentre tout de suite dans l'univers décrit.

    Posté par Arthur HIDDEN, 22 avril 2007 à 09:03
  • Eh ben, j'sus rud'ment content qu'Léa èl'ai pu voir el'squar' avant l'concert, è pourra apporter la preuv' qu'el pèr' Léon y s'en occupait bien d'son squar'.

    Ah c'qu' j'aim' voir d'brav's gens apprécier mon travail. Léa, j'vous embrass' pour vot'témoignag'.
    J'les zai vu's c'tes gamin's, è z'étai'nt zadorab'.

    Perroquet attendri sur la pointe de mon pied.

    Posté par Papistache, 22 avril 2007 à 20:53

Poster un commentaire