Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

22 avril 2007

Lettre à …. (Clise)

Corbeils  le 20 avril 2007 

Et maintenant, ça suffit, il faudra bien que tu acceptes l’inacceptable,
Que tu te fasses une raison, il a perdu la raison…
Les notes d’un piano imaginaire s’égarent dans le labyrinthe de son cerveau embrumé,
Lui, organiste de la cathédrale Saint-Louis
Il en a accompagné des baptêmes, mariages, funérailles.
Tu as renoncé à vos promenades, les bancs du jardin
Ne vous attendent plus, le vide envahit l’espace de votre vie.
Tes yeux se noient de larmes quand,
Avec sa petite fille il improvise un rondo à quatre mains,
Ses doigts errent sur le clavier à la recherche d’une mélodie envolée,  te laissant désemparée.
Il faudra bien que tu l’acceptes, il ne te reconnaît plus,
Parfois une étincelle au coin de l’œil, un sourire au bord des lèvres
Et tu oses espérer, un bref instant qu’il te dira « ma fille ».
Inlassablement, indéfiniment, il remue sa petite cuillère
Dans le thé parfumé d’un zeste de citron, il ne parle plus.
Oses croire qu’il rejoue dans sa tête des mélodies
Inoubliables qui l’accompagnent sur le chemin du non retour.
Il faudra bien que tu  acceptes l’inacceptable…..
Ta tendresse, ta main dans sa main, ta présence silencieuse
Tu restes son unique fille
Tu es son rayon de soleil
Tu es son trésor
Tu es sa joie

Posté par Coumarine à 17:13 - Clise - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

  • Très touchant ton texte...

    Posté par Poème de vie, 22 avril 2007 à 21:35
  • C'est touchant ce témoignage.
    Je sais que je partirai comme ça. Mon grand-père m'a précédé et mon père a emtamé à son tour le "chemin de non-retour".
    C'est touchant, mais ce n'est pas triste, c'est dans l'ordre de la vie.
    Voici quelques temps mon père m'a dit :
    – Tu ressembles de plus en plus à Papa !
    Un jour, il m'appellera Papa. Je le sais. Je lui répondrai par son prénom, ce sera la première fois.
    C'est un départ qui en vaut un autre.
    Un cheminement qui se fait à plusieurs.

    Posté par Papistache, 22 avril 2007 à 21:47
  • c'est très émouvant.

    Posté par Bellesahi, 22 avril 2007 à 21:48
  • oui Clise...c'est émouvant

    Posté par Coumarine, 22 avril 2007 à 22:20
  • C'est très émouvant en effet cela me touche. J'ai bien peur que ma mère finisse par sombrer également et cela me renvoie également à ma propre fin.

    Posté par Farfalino, 22 avril 2007 à 23:10
  • En "écho" avec le texte suivant (que j'ai lu "avant"). Sacrés corespondances ! A se demander si les textes ne sont pas déjà inscrits dans les phoos proposées. Il suffit alors de "regarder" en silence, mais ce serait dommage pour Ecritures plurielles ...

    Posté par Pluto, 23 avril 2007 à 08:47
  • Il y a des textes que l'on a du mal à commenter sans doute car ils touchent trop bien au but.

    Posté par kloelle, 23 avril 2007 à 09:03
  • touchée.

    Posté par souliers vernis, 23 avril 2007 à 10:03
  • Je rejoins ce que dis Kloelle. Quand on se retrouve dans un texte, difficile de commenter.

    Posté par cassy, 23 avril 2007 à 16:37
  • Un très beau poème. Un superbe morceau d'humanité.

    Merci.

    Posté par Macha, 24 avril 2007 à 23:23
  • je trouve ton texte superbe. émouvant, doux, triste, si réel.

    Posté par melle e, 25 avril 2007 à 17:56

Poster un commentaire