Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

20 avril 2007

Prisonnière (Pacou)

Et maintenant, ça suffit ! Voilà 3 mois qu’Il me réveille tous les matins à 6 heures, qu’Il me prépare un jus - que je crois être de citron - que je dois avaler sur le champs pour stimuler ma créativité, qu’Il m’oblige à passer au moins 4 heures par jour devant le piano, qu’Il me contraint à observer par la fenêtre sans teint le parc public sur lequel donne ma prison, qu’Il m’affirme que l’inspiration viendra de mon isolement et de l’observation de ce paysage inanimé : 2 bancs vides qui se font face et le mur... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:46 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

20 avril 2007

Colère de muse (Pati)

Et maintenant, ça suffit ! Marre des compromissions, des mensonges, de l'hypocrisie. Ça suffit, oui ! Je me taille, l'artiste. Je te laisse le soin de continuer tout seul ! Oh je me doute bien que tu vas râler, tempêter, hurler, pleurer même ? Eh ben, je m'en fiche ! Je te hais, toi et tes hésitations idiotes ! Toi, l'Harpagon des temps modernes, avare de tout, surtout de toi-même ! Tu vis seul, en haut de la cathédrale de la Sainte Vanité de ta petite, toute petite personne ! Au milieu des gargouilles que tu rends belles, tant tu... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
19 avril 2007

La cathédrale engloutie (Floraise)

- Et maintenant, ça suffit ! Elle l’a crié depuis l’autre bout de la maison, d’une voix hurlante que je ne lui connais pas. Habituellement elle me lance des « moins fort s’il te plait mon chéri » . Mais ces derniers jours, c’est vrai, elle m’a manifesté ostensiblement, en claquant les portes, qu’elle était proche de l’asphyxie. Je sais. Elle n’aime pas Debussy. Contraint d’arrêter. Alors, partir. Baisser le couvercle du piano. Quitter la maison. Sans un mot. Marcher. Voilà un mois que j’ai ressorti  La cathédrale... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:52 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
19 avril 2007

« Temps d’années » (rsylvie)

« Et maintenant, ça suffit ! » a t-il pensé. Déjà 8 ans qu’il les supporte à heure fixe pour la messe du matin ou l’office du soir …les rabougris comme les rebondis, graciles ou charnus, immaculés ou crasseux… c’en est trop ! Sans parler du rendez-vous dominical. Il n’en peut plus des coups de pieds, des talons comme des aiguilles. Les jours de mariage c’est l’effervescence… « poussez-vous », « mais vous pouvez bien vous tasser un peu ! »  Et lui, est-ce que quelqu’un se soucie de savoir s’il est fatigué ? S’il est en... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:21 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
19 avril 2007

Collège de jésuites (Oncle Dan)

Et maintenant, ça suffit ! Lorsque le Père Bécu lança ces quatre mots au sommet des marches, près de la corbeille, sinistre apparition qui voulait signifier la fin de nos jeux, personne ne lui prêta la moindre attention. Bas sur pattes, la soutane mal boutonnée tombant sur des galoches noires mal cirées, ce poupard poupin, aux cheveux roux courts et en brosse, était rosse et prompt au courroux. Sa face de citron s'empourprait à la moindre contrariété, à l'exception d'un point noir sur le nez et d'une fossette blanche perdue... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:10 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
19 avril 2007

Oxygène ( Amanda )

Et maintenant, ça suffit !Ses lettres partent en miettes dans la corbeille à papier.Marre d’être pressée comme un pauv’ citron…D’être la oui-oui du Génie… Parce que , Monsieur joue du piano deboutEn Chine devant la Grande Muraille,En concert au milieu du désert,Monsieur le Bienfaisant pour les Afghans… Parce que , Au retour, toujoursMonsieur me bécote sur les bancs publicsAvec sa p’tite gueule bien sympathique,Et me promet à chaque foisLe mariage en grandes pompesDans la cathédrale avec plein de beau monde… Oxygène,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:34 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

18 avril 2007

Vire... tu oses ! (Plum')

Et maintenant, ça suffit ! Huit ans qu’il joue du Sinatra, Platters, Armstron, engoncé dans un smoking impeccable, une rose rouge à la boutonnière. Huit ans qu’il observe ces femmes trop fardées, aux mouvements maniérés, aux rires de gorge et aux regards un brin provocants. Huit ans qu’il assiste au manège de tous ces types dont la gestuelle indique ce pour quoi ils sont venus. Un milieu de noctambules aux désirs ardents et inavouables mais tamisés par la moquette épaisse et l’éclairage adouci. Un lieu de rencontres passagères propice... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:50 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
18 avril 2007

Basta Tagada » ou fugue au citron vert (Elvire)

Et maintenant, ça suffit ! Des années à vivre à tes croches, doubles croches et soubresauts ! Triple cloche, va ! Silence maintenant ! Basta cosi ! Désormais, je reste seule assise sur ce banc et j’attends ; j’attends et j’écoute les roucoulements de ces idiots de pigeons parisiens. C’est tout. Maman, t’as trop rêvé pour moi. Tout haut. Tu racontais à tes amies très chères que pour toi, je bâtirai des cathédrales de musique, aériennes et fragiles ; de ces envolées magiques qui atteignent les plus hauts sommets ; de ces... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:31 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
18 avril 2007

Depuis le début (Arthur Hidden)

Et maintenant ça suffit ! Assez voyagé dans l’espace et le temps avec mon piano volant. J’en ai bien profité, notez. J’ai traversé toutes les époques, vu tous les pays. J’ai bu à m’en faire péter la sous-ventrière du bon vin rouge le jour de la consécration de la cathédrale souterraine de Saint Emilion, mangé des citrons succulents de Damas à la cour du grand Saladin, de ces citrons qu’on appelle cédrats et dont la pulpe blanche de la peau est confite dans le miel. J’ai même admiré à Versailles au milieu des courtisans la... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:50 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
18 avril 2007

Que la prédiction s'accomplisse (Lorraine)

      -Et maintenant, ça suffit ! hurle la voix d’orgue désespérée de la cathédrale dressée dans la tempête.       Ils s’entretuent jusque dans la nef, ils sont vingt, ils sont cent, ils sont mille. Hier, la tête ronde d’un page roula comme un citron jusqu’au banc de communion. Par dérision, un guerrier la ramassa et la lança dans la corbeille, oubliée sur un prie-dieu,  de la couventine chaisière. Un moine agonisant, péniblement redressé, a transpercé l’homme d’un coup de dague ultime.... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:27 - - Commentaires [16] - Permalien [#]