Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

01 mai 2007

Seul contre tous (Jay)

Ma voiture n’a pas démarré ce matin.
Cela faisait déjà un certain temps qu’elle montrait des signes de faiblesse. J’en ai donc été réduit à prendre le métro pour me rendre au travail.

«Comme tout le monde» m’a dit ma femme, moqueuse, sur le pas de la porte. Moi, vu les embouteillages auxquels je fais face tous les matins, j’ai plutôt l’impression que «tout le monde» prend sa voiture.

En fait, «tout le monde» fait tout, «tout le monde» est partout. «Tout le monde», c’est eux, c’est vous… mais c’est aussi moi.

Et c’est cette pensée, pourtant si élémentaire, qui me préoccupe depuis ce matin.
Suis-je donc aussi «tout le monde», de la même manière que l’on est toujours l’autre de quelqu’un

Pour je ne sais quelle raison, je me suis toujours senti différent. A part.
En dehors des troupeaux. Pas comme eux. Ce film qui a fait un succès interplanétaire? Pas aimé. Ce livre dont le succès critique n’a d’égal que le succès populaire? Même pas lu! Ce qui énerve parfois ma femme, qui prend mes attitudes pour du snobisme.

Etre différent, est-ce être supérieur ? Est-ce être inférieur ?
Et pourquoi donc, dans nos sociétés, l’original est-il exclu ?

Seul contre tous. L’idée est belle, mais quelles sont les chances pour celui qui est seul, parce que différent, original, de s’en sortir face à «tous» ?
Elles sont minimes. Parmi tous ceux qui ont été seuls contre tous, l’Histoire ne se souvient que des gagnants, ces héros. Mais les perdants?
Ils sont dix, cent, mille fois plus nombreux. Qui les connaît ? Qui s’en souvient ? Qui les a aidés ?

Alors fais comme tout le monde, intègre toi, assimile toi, mets de coté tes idées rebelles et mets toutes les chances de ton coté.

Fais comme eux : baisse la tête !

Ou plutôt non ! Va-t-en retrouver ces autres qui sont comme toi. Oui, il y en a. D’autres différents, d’autres originaux, d’autres rebelles. Oh non ils n’ont pas l’air d’être dans ce wagon de métro. Mais peut-être dans d’autres wagons, d’autres rames. D’autres, dont la voiture n’a pas démarré, ce matin…

Posté par patitouille à 09:00 - Jay - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • J'ai beaucoup aimé ton texte...et continue de cultiver ta différence.

    Posté par kloelle, 01 mai 2007 à 10:18
  • que voilà une réflexion intéressante: oser être différent...pas si facile...
    Merci pour ce texte Jay...

    Posté par Coumarine, 01 mai 2007 à 10:40
  • Vous êtes presqu'arrivé(e)au stade suivant où vous conviendrez que chacun cultive sa différence. Mais tous n'ont pas la main aussi verte.

    Cette femme, moqueuse, sur le pas de sa porte ? Cliché de la ménagère au foyer ?
    Sa vie intérieure ?

    Ces voisins de métro ?
    Vaincus ?
    En apparence, en apparence, seulement !

    Ne négligeons pas le pouvoir germinatif de la liberté !

    Perroquet ouvert aux autres sur la pointe de mon pied.

    Posté par Papistache, 01 mai 2007 à 10:47
  • joli, ce texte, jay. il aurait parfaitement collé à une note sur un blog )

    il pose de bonnes questions. sur la normalité, et le normalisme qui envahit nos vies. sur le droit à la différence, sur l'introspection.

    ton texte m'a fait pensé à l'allegorie du lapin dans son champ, au milieu de ses semblables. sauf que lui n'a qu'une envie : celle de voir ce qui se cache, au delà de l'herbe... qui grimpe seul à un brin d'herbe pour voir le monde, et est décrié par ses congénères, que l'inconnu affole...

    beau moment de lecture. merci

    Posté par pati, 01 mai 2007 à 21:42
  • La différence, où se trouve-t-elle, où se cache-t-elle? Tu ouvres de vastes questions avec beaucoup de talent.

    Posté par Arthur HIDDEN, 05 mai 2007 à 16:14
  • comme il y a beaucoup de seuls qui se sentent différents des autres, je me demande comment se sentent les "normaux" par rapport aux "différents".
    Pas obligés de me suivre... je me comprends...plus ou moins!

    Posté par sodebelle, 06 mai 2007 à 21:56

Poster un commentaire