Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

10 mai 2007

La belle du bal (Abstruse)

Je suis vieux seul et triste.
Lorsque le soleil se couche je vais devant chez moi, sur ce petit banc de bois fidèle compagnon usé de tant de moi.

Je guette l’instant d’aller le retrouver de ma fenêtre aux rideaux délavés.
Je m’installe toujours à la même place, au milieu comme pour laisser s’asseoir les fantômes du passé à mes cotés.

Les gens du village me prennent pour un fou mais moi je sais…
Bien sûr qu’ils ne comprennent pas pourquoi…
Pourquoi je joue d’un instrument qui n’existe pas…

Je m’assieds là comme ça…
Je ferme les yeux, mon accordéon est là tout contre moi…

J’entends, j’entends les notes de musique, l’odeur de la fête, les cris des enfants, je me balance au rythme des chants et de la danse.

Je ferme encore les yeux plus fort, plus longtemps…
ça y est, elle est là, je la vois.

Ce bal, les gens qui rient, elle qui s’avance sur la piste de danse avec ce beau militaire, elle tournoie sa robe virevolte à ses pas, elle est grande, belle, les épaules dénudées, un voile lui couvre sa coiffe laissant apparaître ses boucles dorées, son visage, celui d’un ange, son sourire me chavire… Sa taille si fine, ses jambes… Mon Dieu, ses jambes…

Je suis là sur la scène assis face à elle…

Je joue de ce vieil accordéon, merci, fidèle compagnon, ce soir tu m’offres en offrande quelques-uns de tes doux regards en amande…

Je suis amoureux, je ne joue plus je vole, je ne suis plus là, je suis ce beau militaire qui la prend dans ses bras, je danse, la serrant contre moi… je danse encore… je m’approche de ses lèvres tendres...

- alors vieux fou encore dans tes pensées ?

nonnnnnn nonnnnnn pas maintenant j’allais l’embrasser… nonnnnn… encore raté…

je suis vieux seul et triste il est l’heure… je rentre chez moi…

là tout un tas de lettre sur la table basse, ces lettres que jamais je n’ai osé lui envoyer, ce soir je vais t’écrire mon amour…
je sais… tu ne me liras pas…
comprends-moi, je suis un peu comme ça, plus prés de toi…

mon accordéon s’est brisé, il y a longtemps, un soir ou je m’étais saoulé …
depuis ma belle, je l’ai juré, plus jamais, non jamais je n’irai m’enivrer.
Seule l’écriture me sauvera de la gueule de bois
Seuls tes bras pourraient avoir raison de mon trépas

Mon amour, ce soir encore, j’ai joué pour toi…
Je…
Je crois que c’était…
La dernière fois…

Posté par pivoineblanche7 à 21:56 - Abstruse - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

  • c'est très joli mais, pardon, que sont devenues l'écriture et la gueule de bois ?

    Posté par brigetoun, 10 mai 2007 à 22:31
  • Sorry, il manque un morceau, je le copie/colle tt de suite et corrige.

    Posté par Pivoine, 10 mai 2007 à 22:42
  • j'ai pensé à la chanson de Piaf, en te lisant, abs.

    c'est un très joli texte. tout en nuances et en mélancolie.

    Posté par pati, 11 mai 2007 à 00:33
  • ah ça! Abstruse...il y avait longtemps que tu n'étais plus venue sur PP
    Et on te retrouve avec un très très beau texte
    J'aime beaucoup ton idée d'accordéon qu'il a dans les mains
    En te lisant, je suis allée revoir le pantin
    Et c'est exactement ça...on pourrait croire qu'il a cet instrument dans les mains
    Bravo pour ce texte tout en douceur triste
    (mais attention à la longueur...oui je sais, ça vous embête, mais je ne peux pas faire autrement)

    Posté par Coumarine, 11 mai 2007 à 07:28
  • Oui, on dirait des paroles qui s'exhalent comme un dernier souffle. Ténu, tendre, attendrissant. C'est un très beau texte.

    Posté par Pivoine, 11 mai 2007 à 11:12
  • oh que c'est triste... une vraie histoire d'amour.

    Posté par rsylvie, 11 mai 2007 à 15:23
  • Généralement, j'aime pas les histoires où les militaires ont le beau rôle.
    Mais, là, oui. .

    Posté par Thierry, 11 mai 2007 à 18:56
  • S'il vous plaît, publiez ses lettres !
    Que nous lisions ce qui l'a sauvé de la gueule de bois ! Ce doit être si tendre !

    Perroquet souscripteur sur la pointe de mon pied.

    Posté par Papistache, 11 mai 2007 à 20:06
  • Quel plaisir de connaître ce vieil homme mélancolique et son amour impossible!

    Posté par Arthur HIDDEN, 13 mai 2007 à 10:04
  • sourire

    merci beaucoup de vos gentils commentaires

    oui coumarine, je n'étais plus venue car en pause "bloguesque" parfois ça fait du bien ^^

    Posté par Abstruse, 13 mai 2007 à 17:03

Poster un commentaire