Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

11 mai 2007

Autodafé (Papistache)

De bois, le billot où, vaincue, l’adversaire attend seule. Seule conduite au bûcher, par la grâce de l’écriture, L’écriture de la sentence, dictée par Nous ! Nous, qui entérinons l’arrêt qui jamais ne la sauvera (Sauvera-t-on, en Notre Justice, pantin qui tant pue de la gueule ?) De la gueule du brasier alimenté de marionnettes de bois.
Posté par pivoineblanche7 à 18:19 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

11 mai 2007

Pour l'amour de Lili (Macha)

C'est un vieux bonhomme à la moustache en bataille, posé au coin du théâtre de marionnettes. La jeune fille marche sans le voir, une valise à la main, abîmée dans son désespoir. Plus de famille, pas de travail, pas d'argent. Là-bas, le fleuve lui tend ses eaux noires.Une main se glisse dans le dos du pantin.— Eh toi, attends ! Ecoute-moi ! La jeune fille surprise s'est arrêtée. Qui lui parle ? Elle ne voit personne d'autre que cette marionnette qui vient de s'animer, et dont il semble sortir une voix éraillée.— Viens me parler,... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 17:13 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
11 mai 2007

L'histoire de Gédéon (Christine 2)

En faisant du tri dans les vieux cartons entassés au grenier, j’ai retrouvé par hasard le vieux bonhomme. Gédéon on l’appelait. Gédéon a traversé toute la génération paternelle. Je ne connais pas précisément l’histoire de Gédéon. Tout ce dont je me souviens c’est qu’il trônait sur le haut de la cheminée chez mes grands-parents. D’aussi loin que je m’en rappelle, il me semble que Gédéon était accompagné. Je les revois tous les deux assis sur ce banc. Sa compagne tenait dans la main une quenouille.  Puis, un jour Gédéon s’est... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:36 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
11 mai 2007

Gepetto aux chiffons (Thierry)

Il était triste, Gepetto. Son histoire avait été mal écrite, pas écrite comme elle aurait dû l'être. Surtout cette fin molle en chiffons. Quand on est marionnettiste, quand on a usé ses paumes à raboter des essences nobles, on ne finit pas en chiffon par quelque maléfice cruel. Certes, les poupées de chiffons étaient charmantes, elles avaient ces rondeurs qu'on aime tant caresser et sentir, mais celles en bois avaient la plus belle des grâces, celle du mouvement, de l'expression et de la vie. La vie, la passion de toujours... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 09:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]