Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

13 mai 2007

Pinocchio des mots (Miss Alfie)

Mon histoire a commencé un soir d'hiver alors que j'étais encore  enfant. Dans la cheminées de grosses bûches flambaient car il faisait  particulièrement froid et les femmes du villages se racontaient des histoires au son des aiguilles à tricoter. Il y avait près de l'âtre  une vieille femme que je n'aimais pas, elle me faisait peur. Cette vieille femme avait des cheveux plus filasse que les autres, elle était habillée étrangement et on disait d'elle dans le village qu'elle avait quelques pouvoirs de guérisseuse. J'avais même entendu des garçons et des filles la traiter de sorcière...

L'histoire qu'elle a raconté, je ne m'en souviens plus bien. Elle  m'inspirait la crainte, alors je me suis blotti dans le giron de ma  grand-mère et me suis concentré sur le cliquetis de ses aiguilles. Mais je me souviendrais toujours du regard appuyé qu'elle a porté sur  moi à la fin de son récit et des mots qu'elle a prononçé, comme une prophétie : « Seule l'écriture nous sauvera de la gueule de bois ».

Etrangement, j'ai pris ses propos au sérieux, n'ayant cependant pas compris tout le sens de cette phrase. Mais je me suis mis à écrire. A  l'école bien sûr, mais aussi à la maison, quand les devoirs étaient terminés, quand j'avais un instant. Je racontais ma journée, je  décrivais la ferme, je décrivais ma mère, mon père, ma famille. Il me semblait que si je ne le faisais pas, sans savoir pourquoi, un jour  tout s'envolerait et s'oublierait.

Et puis j'ai grandi. Je me suis marié. J'ai eu des enfants et j'ai  vieilli. Et peu à peu, je n'ai plus ouvert mes cahiers de brouillon, j'ai oublié où étaient rangés mes stylos et j'ai laissé les autres me dicter ma conduite.

Et un beau matin, sans m'en être rendu compte, mon esprit a été lavé de tout sentiment, ma peau s'est fanée, mes mots se sont perdus. Je  suis devenu un pantin, une marionnette, une poupée de chiffon que l'on manipule à sa guise, un Pinocchio dont le seul mensonge est d'avoir oublié d'écrire...

Posté par pivoineblanche7 à 11:05 - Miss Alfie - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

  • Marrant, comme coïncidence !
    Mon texte, pas encore paru à l'heure actuelle, a un rapport avec Pinocchio aussi.
    Normal quand on voit l'image, on doit aussitôt se brancher sur Pinocchio, je pense ...

    Posté par Pluto, 13 mai 2007 à 11:11
  • ce texte me parle beaucoup
    "le seul mensonge est d'avoir oublié d'écrire"
    Il y a des gens comme ça, en effet qui n'ont pas eu le coeur, le cran ou l'envie suffisante d'écrire...

    Posté par Coumarine, 13 mai 2007 à 11:31
  • le concept entre vivant et inarticulé semble être souvent repris...

    Posté par lio, 13 mai 2007 à 12:51
  • Seule l'écriture nous PRESERVERA de la gueule de bois.

    FALLAIT BIEN PRECISER !

    Perroquet qui a su retrouver ses crayons à temps sur la pointe de mon pied.

    Posté par Papistache, 13 mai 2007 à 16:04
  • Hum, Pluto, je n'ai pas vu Pinocchio chez toi, mais c'est pas grave, j'ai trouvé autre chose C'est une jolie fable ou un joli conte sur le thème de l'écriture en effet... Qui se rappelle à vous quand vous l'avez un peu trop oubliée.

    Posté par Pivoine, 13 mai 2007 à 20:29
  • On te sent à travers ce texte. Non ?

    Posté par Bellesahi, 13 mai 2007 à 20:39
  • Bellesahi, j'espère juste ne jamais oublier où son rangé mes stylos, ne jamais oublier qu'un ordinateur et un clavier existent, et surtout ne jamais oublier les mots...

    Posté par Miss Alfie, 14 mai 2007 à 19:23
  • avoir oublié d'écrire! quel crime.
    ton texte me dérange : je plaide coupable...

    Posté par sodebelle, 14 mai 2007 à 23:20
  • @ Sodebelle : A chaque crime une peine... Je suis sûre que la tienne ne sera pas trop dûre...

    Posté par Miss Alfie, 14 mai 2007 à 23:55

Poster un commentaire