Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

16 mai 2007

Déchet de roi (Truly)

On ne le croirait pas et pourtant tant de belles dames se sont pendues à ces bras-là, suspendues à ces lèvres-là, tant de messieurs importants ont baisé ces pieds-là, serré chaleureusement ces mains-là.

Et cette tête-là, sûre de ses effets, ne voulait pas voir la flagornerie des uns et la concupiscence des autres, elle préférait, c’est tellement plus jouissif, y voir les fruits déjà noirs de son charisme.

Ce corps-là pense avec délectation à tous ces maris honnêtes et leurs poupées de porcelaine qu’il faisait tourner bourrique ou valser comme pantins du grand Martin.

Aujourd’hui, le bouffon est empaillé, son humour au vitriol a fini par se retourner contre lui et lui lacérer le visage. Les affidés d’hier ne se détournent pas, gênés, horrifiés, apitoyés, non ils ne le voient tout simplement pas. L’humour l’a fait Roi, mais le caustique est à manipuler avec précaution et quand il vous pète à la gueule, le bouffon devient homme de chiffon, seul reste encore l’acide qui lui monte aux joues et irrigue les mains fourmillantes d’idées sombres et là c’est sûr il aura sa revanche, seule l’écriture me sauvera de la gueule de bois se médit le Monarque blessé.

Alors ses mots qu’il ne peut plus dégainer, ses reparties revenues en boomerang dévastant le visage d’ange, ces mots il les couchera dans un lit d’acides animés par le fiel et ils brûleront les yeux avides de savoir des traîtres zélateurs.

Posté par pivoineblanche7 à 17:53 - Loïc - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • Quel texte! je baiserais bien les mots de celui qui a écrit cela.Quel talent! ceci dit sans la moindre concupiscence.
    C'est jouissif tout simplement.

    Posté par Charlotte, 16 mai 2007 à 18:19
  • Un texte au vitriol....

    Posté par kloelle, 16 mai 2007 à 18:30
  • Ici, effectivement, l'urgence de la vertu salvatrice de l'écriture se justifie.

    Perroquet emporté sur la pointe de mon pied.

    Posté par Papistache, 16 mai 2007 à 21:59
  • Loîc, tu es incroyable quand tu t'y mets...
    Comment as-tu pu douter un seul moment de ton écriture...
    Je me demande de qui tu fais là le portrait au vitriol? (sourire niais)

    Posté par Coumarine, 16 mai 2007 à 22:41
  • la je suis soufflée : un texte à lire et relire.
    quelle densité, bravo.

    Posté par sodebelle, 16 mai 2007 à 23:08
  • Il y a des humours ravageurs! Bien trouvé

    Posté par Arthur HIDDEN, 17 mai 2007 à 16:22

Poster un commentaire