Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

20 mai 2007

Mon Petit Pantin (Querelle)

Mon homme est grand mon homme est beau mais trop statique
Jambes écartées, mais sur elles-mêmes repliées
Mon homme impose par un charisme extatique

Les bras ouverts aux mains de fer écartelées
Sa puissance virile démontrée m'enchante
Brun et mystérieux me voici acculé

A cet air de mystère, le soyeux des étoffes
Le galbe de son corps, sa douce voix qui chante
L'érection qui monte à devenir fou à lier
Et la nécessité de censurer la strophe

(Mais je m'égare)

Allant à lui, le touchant je vois bien qu'il dort
Ses yeux grands ouverts sont loin d'être symétriques
Au toucher ses vieux vêtements rêches en acrylique
Ne sont pas ces matières rouges, cousues d'or...

Non il n'est pas brun et loin d'être sensuel
Mais blond clairsemé, la bouche un rictus cruel
Il pourrait cependant me rendre mes baisers
Lors même qu'en moi s'éteignent les brasiers :

Seule l'écriture me sauvera de la gueule de bois

Posté par pivoineblanche7 à 09:30 - Querelle - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • On dirait une chanson tant le rythme est soutenu!
    J'aime bien

    Posté par logarithm, 20 mai 2007 à 12:07
  • une nouvelle facette de toi, avec cette poésie toute en demie teinte.
    je me demande ce que je préfère, de la posésie ou de la prose, dans tes mots... bah je choisis pas ! j'aime les deux, finalement )

    de jolies sonorités, un rythme agréable. je trouve ça excellent. particulièrement la césure franche de ton "mais je m'égare", qui marque le changement de regard...

    merci, querelle

    Posté par pati, 20 mai 2007 à 17:48
  • J'apprécie particulièrement les trois quatrains où il y a non seulemet du descriptif, mais plutôt de l'image, un déroulement d'histoire, des mots, des couleurs. Coupés par l'incise. (Mais je m'égare)

    Et j'aime bcp la chute: alors même qu'en moi s'éteignent les brasiers... Il y a les ingrédients d'une poésie qui se joue de la forme classique (pas facile, même si les rimes sont là), pour aller vers plus d'expressivité (et là, c'est pleinement réussi dans les trois dernières strophes, que je préfère aux deux premières.

    (sauf le dernier vers de la deuxième)

    Posté par Pivoine, 20 mai 2007 à 19:37
  • De brasiers j'ôte un "r" — je mélange un peu et les "baisers" reviennent — "r" que je mêle à s'éteignent pour lire "s'étreignent".

    Embrassez-vous !

    Perroquet entremetteur sur la pointe de mon pied.

    Posté par Papistache, 20 mai 2007 à 21:32
  • Logarithm :

    Pati : merci J'ai voulu faire un truc assez différent pour ma troisième participation, content de voir que cela plait aussi

    Pivoine : au départ je devais faire un sonnet inversé mais j'aurai pas pu caser tout ce que je voulais dedans, même en brisant le canon et puis le but était de faire écrire un poète saoul, avant tout
    content que cela te plaise !

    Pipistache : C'est très bien vu ça

    Posté par Querelle, 21 mai 2007 à 13:34
  • quel fossé entre le rêve et la réalité...!!
    que tu décris très bien avec cette rupture de ton étonnante avec le "mais je m'égare"...
    C'est très différent en effet de tes autres textes...et c'est très bien ainsi

    Posté par Coumarine, 21 mai 2007 à 19:02

Poster un commentaire