Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

12 juin 2007

Faux numéro (Minuitdixhuit)

Je me suis levé assez tard ce matin, midi passé, une nuit à travailler...

Je n'étais même pas sûr d'être éveillé. En sortant de la douche, j'ai machinalement appuyé sur la touche de mon répondeur téléphonique. Je ne le fais jamais, je ne sais pas pourquoi je l'ai fait mais voilà, je l'ai fait. Je rêvais encore peut-être.

- Vous avez un nouveau message. Pour écouter vos messages, tapez 1.

J'ai tapé 1.

- Hier à 21h30...

Et un numéro que je connais bien s'est affiché sur l'écran du répondeur.

Voilà, un message très personnel, j'ai tout de suite identifié ta voix, je la sais tant, j'aime tellement  l'entendre, j'ai senti ton parfum qui m'a parcouru d'un frisson.

"Paul, je n'ai pas oublié notre rendez-vous, je suis juste un peu en retard, attends-moi, tu sais que je t'aime à la folie, j'arrive, j'ai tellement envie de toi."

C'est tellement tendre… Mais voila, cette voix ne s'adressait pas à moi : je ne m'appelle pas Paul. Une erreur de frappe sur la mémoire d'un mobile. Les touches sont si petites.

Je ne sais pas si Paul t'a attendue, si tu t'es rendue compte de ta gaffe, si tout c'est bien ou mal passé entre toi qui es toujours en retard et lui qui n'en a peut-être pas encore assez de tes étourderies continuelles.

Rien n'aurait eu d'importance si je n'avais pas interrogé ce répondeur que je n'interroge jamais. J'ai pensé que, par négligence, j'étais peut-être passé à côté d'un grand nombre de messages tendres, de toi qui en as eu assez de mes silences, ou d'une autre pour me dire que si je la rappelais elle ne serait pas trop en retard, pourquoi pas.

Maintenant je sais que mon numéro reste en mémoire quelque part sur ton calepin électronique à côté de celui de Paul. Toi à qui je n'aurais pas eu le temps de tout dire de mes rêves, c'est bien, c'est mieux, je ne sais pas.

J'ai rappelé ton numéro. Je n'ai eu que la boîte vocale. Et j'ai réalisé que ton corps épuisé de caresses devait encore être endormi. J'ai juste laissé : excuse-moi, c'est une erreur.

Posté par Coumarine à 17:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

  • Le pauvre! Il me fait bien de la peine, ton personnage.
    Trés joli texte!

    Posté par val, 12 juin 2007 à 20:41
  • Excellentissime.

    Posté par Oncle Dan, 12 juin 2007 à 22:04
  • tu parles d'un reveil... du coup moi, j'retournerais me coucher !

    Posté par rsylvie, 13 juin 2007 à 09:09
  • ben oui, quand l'occasion se présente, faut la saisir à bras-le-corps !

    Posté par sodebelle, 15 juin 2007 à 17:10

Poster un commentaire