Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

08 août 2007

Le tatillon (Pati)

Ce que je venais de dire à la vieille marquise Guy de Ruy était l'exacte vérité.
Oh bien sûr, le choc fut rude. La pauvre femme, à son âge, apprendre une telle chose, ça remue. Cela faisait des semaines que je planchais sur le sujet. Il faut dire que je suis un as, dans ma catégorie. Je ne laisse jamais rien au hasard, jamais. Aucune once de détail ne m'échappe. On ne me surnomme pas "le tatillon" pour rien, ah non ! Alors autant vous dire que j'étais sûr de mon fait.

J'avais fait la connaissance de la marquise lors d'une soirée de bienfaisance. Une de ces soirées où il est de bon ton de se montrer, vous voyez... J'y traîne souvent mes guêtres, c'est un excellent moyen de trouver des clients.
Elle se dandinait mollement autour du buffet, impériale, hautaine, aveugle aux petites gens (ou aux grands d'ailleurs), toute son attention tournée vers le serveur et sa bouteille de champagne.
La rumeur la disait inconsolable depuis la disparition mystérieuse de son mari, et pleine aux as depuis l'officialisation de son décès. Tout à fait mon genre.
L'amener à me confier ses soucis fut un jeu d'enfant. Avoir une confiance aveugle en moi fut un peu plus long, évidemment, mais beaucoup moins que je ne le pensais. A croire que la vieille peau était en manque de tendresse... Bien sûr, ce n'est pas évident de se taper une rombière fripée, ravagée par les sévices du temps chaque nuit que Dieu fait. Il faut avoir le coeur (et le bas-ventre) bien accroché. Croyez-moi ou non, mais il faut du sérieux, du courage et de la rigueur à la tâche.
Elle a bien sûr fini par céder à mes insistances, à me désigner comme unique héritier de sa fortune. Tellement sûre de me faire un plaisir infini, tellement sûre qu'ainsi elle m'attachait à elle pour le restant de ses jours...

Aussi, la vue de ce pistolet dans ma main l'a cueillie à froid, si j'ose dire... Mais c'est d'apprendre que c'était son très cher et très regretté mari qui avait commandité son meurtre afin de toucher son pognon qui l'a foutu à terre. Elle fut ébahie d'apprendre qu'il n'était pas mort du tout, coulant des jours heureux au soleil avec ma soeur. Seul l'argent lui manquait... mais plus pour longtemps, grâce à Dieu.
Elle est morte de stupeur, s'effondrant à mes pieds sans même que fume mon pistolet. Une belle mort, non ?

C'est ce que je me suis dit, en lisant la presse, dans le train qui me ramène vers ma soeur... Une mort bien plus douce que celle qui attend "feu" le marquis...

Posté par patitouille à 10:32 - Pati - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Bon sang c'est horrible cette histoire! Sordide!!! Cruel!
    C'est tout ce que j'aime...
    Un plan maquiavélique d'un frère et d'une soeur...
    C'est tellement sombre et mesquin que j'adore!
    Et au moins la marquise aura eu "une belle mort"...

    Posté par val, 08 août 2007 à 11:28
  • Oh oh, Pati! Quand tu fais dans le noir de chez noir, c'est pas mal du tout. Tout y est, le vocabulaire, le style, enfin tout quoi! Je vais pas commenter stylistiquement ton texe mais j'ai ri, oh! quel cynisme... Pauvre femme... Et la fin, lol, c'est affreux et pourtant, ça me fait sourire... Du Pati Higgins-Clark ???

    Posté par Pivoine, 08 août 2007 à 11:46
  • Pauvre marquise ! Et pauvre type qui a dû se la "taper" comme tu décris si bien.
    Enfin, on a rien pour rien , hein ?
    Pati, tu devrais nous raconter la suite, de comment il va tuer le marquis avec ous sans sa soeur....
    Diabolique scénario, diabolique Pati !

    Posté par Amanda, 08 août 2007 à 14:48
  • La suite! La suite!!!

    Posté par jujube, 08 août 2007 à 14:55
  • Bien ciselé. Magnifique progression dans le texte. Chaque phrase réserve une surprise. Oui, oui... la suite !

    Posté par Oncle Dan, 08 août 2007 à 19:20
  • Tant que tout cela reste dans la famille ! Que Rouletabille est en vacances ! Ce sont de petits jeux qui ne prêtent pas à conséquence.

    Et puis, la rombière a peut-être feint la mort ?
    Suite au quatre-vingt-cinquième épisode.
    Bravo.

    Posté par Papistache, 09 août 2007 à 18:00
  • J'ai beaucoup aimé ! On n'est pas si loin des Diaboliques !

    Posté par Chiara, 18 août 2007 à 16:31

Poster un commentaire