Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

07 septembre 2007

Noces d’argent.. et plus (Val)

-     L'horloge indique vingt deux heures trente, mon cher,  mais elle est en avance...à ce qu’on m’a dit.

-         Merci ! Mais…comment savais-tu ?

-         Pardon ?

-         Comment savais-tu que j’allais te demander l’heure ?

-         C’est que… je te connais.

-         Suis-je vraiment si prévisible ?

-         Tu ne l’es pas. C’est juste qu’à chaque fois que nous partons en ballade, tu me demandes l’heure au moins une fois.

-         C’est vrai, mais… comment pouvais-tu savoir que je te poserai cette question, là, maintenant ?

-         Je n’en sais rien. Je l’ai senti. Te contenteras-tu de cette réponse ? Je l’espère, car je n’en ai pas d’autre.

-         Hum… ça fait rien. Je suis tellement monotone, sans doute,  qu’on me devine.

-         J’ai pas dit ça…

Ils reprennent tous les deux leur marche rituelle, l’un à coté de l’autre. Ils marchent, au hasard de cette ville inconnue, comme tous les soirs de vacances d’été  que Dieu fait.

La femme dirige et pose soudain son regard sur deux fenêtres rondes d’un bâtiment.

-         Tu as raison, ma douce, elles sont magnifiques ces fenêtres. On dirait deux yeux qui ressortent des briques.

-         Mais… c’est que… je n’ai rien dit à propos de ces fenêtres…

-         Ah bon ? Tu en es sûre ? J’aurai juré t’entendre dire ça. Mon imagination me joue des tours, sans doute.

-         Pas tant que cela.

-         Tu as donc parlé des fenêtres !

-         Pas tout à fait… mais je venais de me faire la même réflexion en les découvrant.

-         C’est étrange, ça…

-         Et bien, j’ai du penser à haute voix s’en m’en rendre compte.

-         Ça doit être ça.

Le couple marche encore un moment, lentement, main dans la main, en silence…

Soudain, leurs visages se tournent l’un en direction de l’autre, et leurs regards complices et tendres se croisent, comme lors de chaque ballade.

-         On rentre ?

-         On rentre !

Posté par Coumarine à 17:30 - Val - Commentaires [22] - Permalien [#]

Commentaires

  • J'ai très apprécié ce dialogue, joli, et ce malgré le côté un petit peu trop scénario, mais bon les goûts, les couleurs...

    Posté par Herbert Khan, 07 septembre 2007 à 18:25
  • Quand on en arrive à ce point, doit on se réjouir de tant de complicité ou s'attrister de tant se connaitre par coeur?..

    Posté par tilu, 07 septembre 2007 à 18:26
  • même question que celle que pose Tilu...
    J'ai aimé ton texte, Val si sensible, si vrai

    Posté par Coumarine, 07 septembre 2007 à 18:35
  • Mais c'est la ballade des gens heureux, qui se baladent, main dans la main.
    Il faudrait pouvoir interroger un couple en instance de mariage pour savoir s'ils se représentent ainsi leurs noces de diamant.
    On notera que des gens heureux prennent leurs vacances à Bruxelles, mais voyez Tilu, je suis persuadé qu'une fois rentrés à leur hôtel, les garnements vont s'appliquer à réviser leurs serments d'amour, car pour se connaître par cœur il ne faut pas négliger de faire ses devoirs et d'apprendre ses leçons.
    Et moi, je dis: méfiez-vous, il paraît qu'en cette contrée les murs n'ont pas que des oreilles !
    Tous mes vœux, Val !

    Posté par Papistache, 07 septembre 2007 à 18:42
  • mais Papistache...il s'agit de noces d'argent, pas de diamant!!! pffffffff

    Posté par Coumarine, 07 septembre 2007 à 18:45
  • Et alors Coumarine, voudriez-vous faire croire qu'on ne peut se donner la main en marchant avec un déambulateur dans votre ville chérie ?

    Posté par Papistache, 07 septembre 2007 à 18:54
  • tssssssssssssssss, (il est insupportable!!!)

    Posté par Coumarine, 07 septembre 2007 à 18:58
  • en plus d'apprécier le texte de Val - c'est vrai, c'est un scenario, mais j'aime cette écriture qui fait appel au regard-mouvement, à l'écoute. C'est une belle déambulation, tendre et déjà nostalgique..., je me régale des échanges Coum/Papistache !

    Posté par Chiara, 07 septembre 2007 à 19:34
  • ce pourrait être une recherche de querelle, ce n'est que complicité tendre.
    Pour la marche main dans la main avec déambulateur il y a certainement moyen d'y arriver si on le veut vraiment

    Posté par brigetoun, 07 septembre 2007 à 20:42
  • quel délicatesse

    ce texte est beau, sensible....
    à connaitre un peu val je pense que l'on n'est pas obligé d'effeuyer le déambulateur pour connaitre l'autre si intimement... avec tant de complicité !
    ce texte n'a pas d'age.

    Posté par rsylvie, 07 septembre 2007 à 22:25
  • comme il est touchant ce petit couple de vieux ... qui se devine tant et qui anticipe l'autre...

    L'écriture est tranquille et douce comme ce couple.. une balade d'automne en quelque sorte.
    Merci

    Posté par ilescook, 07 septembre 2007 à 22:54
  • C'est tout à fait ça....mon mari leur ressemble...je me surprends de + en + à deviner ce que va dire "mon vieux mari" (merci ilescook)...pourtant, nous ne sommes pas si vieux que ça...heureusement, qu'avec moi, mon mari ne sait pas où donner de la tête....Est-ce triste cette symbiose entre 2 êtres ! Oui et non, mais qu'arrivera t-il quand la dernière ligne droite arrivera....J'en frémis d'avance...

    ps : dernière réflexion..je comprends de + en + les femmes quinquas qui quittent de + en + leurs maris....Elles ne veulent pas ressembler à ce couple qui n'a + rien à se dire...

    Posté par juliette03, 08 septembre 2007 à 09:58
  • Val, tu réussis à rendre ce vieux couple tellement vrai ! Et puis, pour Juliette, ce n'est pas parce que l'on se tait que l'on a plus rioen à se dire.
    Il existe des complicités de gestes, des regards qui en disent long.
    Je déteste pour ma part les " vieux couples" qui se font des " mamours" en public et s'apppellent " mon chaton" ou " ma biche" parce que l'amour c'est pas ça du tout, foi d'Amanda.
    Merci pour ce beau texte, Val !

    Posté par aMANDA, 08 septembre 2007 à 10:43
  • petite scène de la vieillesse ordinaire...

    Petite scène qui "dit" beaucoup... mais qui surtout ouvre à bien des interprétations à effet miroir ...
    donc : très intéressant !

    plus rien à se dire ??? ... ou encore tout à vivre ???

    Posté par Alainx, 08 septembre 2007 à 11:32
  • Beaucoup de douceur dans ce texte une complicité qui m'interpelle...
    j'ai lu aussi avec beaucoup de plaisir et d'amusement les commentaires, on peut ainsi noter l'experience ou la projection de chacun !
    Personnellement, j'ai envie de croire que cette connaissance de l'autre, cette empathie ou télépathie permet d'aller à l'essentiel et de profiter des sensations. Un peu idéaliste me direz-vous, non totalement !

    Posté par Isabel, 08 septembre 2007 à 11:43
  • un vieux couple (lui est de 1925) m'a rendu un livre : "pour une sexualité épanouie". Toujours apprendre plus ou il n'est jamais trop tard ?
    J'ai beaucoup aimé ce texte.

    Posté par claire, 08 septembre 2007 à 19:38
  • Claire, vous ne dites pas s'il l'ont emprunté en 1950 !

    Posté par Papistache, 08 septembre 2007 à 19:58
  • Bon d'accord, il manque un "s" mais ce n'est pas Val qui m'en ferait le reproche.
    Alors là, ma main au feu !

    Posté par Papistache, 08 septembre 2007 à 19:59
  • C'est de l'Essence de bonheur cette complicité.

    Posté par Kloelle, 09 septembre 2007 à 15:04
  • Merci à tous.
    Je commenterai vos textes dés que possible.
    Papistache je l'adore votre oubli... purée! Même Papistache n'est pas à l'abris! Il est humain... j'en doutais jusqu'à aujourd'huis. Je vous prenais pour un sur-homme!
    Gniac gniac!!!

    Posté par val, 09 septembre 2007 à 19:02
  • Merci pour ce beau texte plein de tendresse

    Posté par Libellule, 18 septembre 2007 à 04:59
  • Même pensée que Tilu !...
    Mais en quelques lignes on imagine ce "vieux" couple... et on sourit en le voyant rentrer chez lui... les deux dernières répliques sont presque superflues, tant on se doute que la fin de la promenade n'a pas besoin d'être signifiée par des mots !

    Posté par Le Chat, 21 septembre 2007 à 11:49

Poster un commentaire