Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

12 septembre 2007

Compte à rebours (matarjeu)


 

L’horloge indique vingt-deux heures trente, mais elle est en avance. Qu’importe. C’est ma montre seule qui est réglée sur le minuteur. Il y a trop de bruit autour de moi et je ne peux entendre son tic-tac, mais j’ai déjà la main sur la poignée, sous ma veste. Là-haut, sous le toit du palais présidentiel, la fenêtre de gauche vient de s’ouvrir. C’est le signal convenu. Plus que trois minutes. Tout a été calculé. Bond 08 – c’est ainsi que nous appelons notre taupe – décide du départ du défilé, sait à quel moment précis le nabot honni passera devant moi. Je suis tendu, mais calme. Personne ne peut deviner ce qui se prépare : la fin de ce régime détestable, la fin du règne des nantis, ceux qui se prélassent sur des plages huppées ou sur des yachts somptueux pendant que le peuple abruti de promesses se tue au travail dans l’espoir d’une vie meilleure. Plus que deux minutes, maintenant. A côté de moi deux hommes échangent des propos désabusés, la pression du patron, les heures sup. non payées, à quoi bon… Ils ont raison, mais ne profiteront pas de l’ère nouvelle. Ils sont trop proches de moi. Toute révolution a ses sacrifices. Plus qu’une minute. Dans cinquante-neuf secondes exactement la fenêtre de droite s’ouvrira, et ce sera à moi de jouer. Je suis fier d’avoir passé les tests avec succès. Ils étaient venus de partout, même de l’île au sud du pays. Une rude concurrence. Huit candidats encore en lice après les éliminatoires, ce n’est pas rien. Je suis heureux d’avoir été choisi. On parlera de moi, plus tard, mes enfants pourront marcher la tête haute. Ils auront une vie meilleure. Ils travailleront moins pour dépenser moins. Le rêve de tant d’honnêtes gens jusqu’à maintenant méprisés ! Mais le cadre de la fenêtre de droite frémit, va basculer… Ma main se crispe sur la poignée. Je suis prêt.


Posté par Coumarine à 10:10 - Matarjeu - Commentaires [26] - Permalien [#]

Commentaires

  • Ce n'est qu'un texte bien sûr, et un texte par définition est...un texte...
    Ce que tu écris martajeu est TRES écrit, das une tension dramatique forte...
    Mais le contenu me dérange
    Je détesterais (mais je sors du texte là...je le reconnais) que des "terroristes" règlent de cette manière (en sacrifiant des innocents) la présence tout puissante du petit N.
    J'ai des difficultés à prendre ce texte au deuxième degré, comme tu l'as certainement écrit
    Voilà! je te dis simplement ce que j'en pense...d'autres ont le droit de penser autrement..
    (mais je ne te cacherai pas que j'ai failli te dire que je ne publierais pas ton texte...cependant j'aurais trouvé cela dommage...puisque il ne s'agit que d'une fiction bien menée, bien écrite, mais dérangeante, du moins pour moi
    Je serais curieuse d'avoir les avis des autres lecteurs...

    Posté par Coumarine, 12 septembre 2007 à 11:05
  • Je comprends tout à fait ce que tu exprimes coum. Moi aussi j'ai été dérangé par le thème.
    Mais je pense que tu as bien fait de le publier.
    Ce n'est .... Qu'un texte de fiction, comme tu dis.
    Pour en revenir au texte lui même. Ou plutot à ta façon d'écrire matarjeu, ton texte gagnerait en compréhension si tu revenais à la ligne plus souvent. De façon à bien couper le texte. Pr exemple après "je suis calme". Tu ouvres un autre paragraphe, ainsi de suite. Ca aererait ton récit. (mais bon, je suis pas experte hein ;o) )

    Posté par cassy, 12 septembre 2007 à 11:15
  • Ta remarque sur l'ordonnance du texte est intéressante Cassy
    Le texte très serré peut passer ici sans problème parce qu'il est court...
    Mais il y a des auteurs qui écrivent sans aller à la ligne, ou très peu
    Perso, je n'aime pas trop, cela me semble vite indigeste, cela me décourage
    Mais encore une fois, c'est affaire de goute personnel et comme chacun sait, les gouts et les couleurs etc

    Posté par Coumarine, 12 septembre 2007 à 11:22
  • On peut toujours rêver.... RRRHHHOOO! j'aurais pas du dire ça...... Belle fiction Matarjeu... et vive le deuxième degré!

    Posté par tilu, 12 septembre 2007 à 11:23
  • Dans la première partie du texte...je me suis dit ça: on peut toujours rêver...on l'a tous pensé sans doute...
    Mais j'ai franchement tiqué au
    "toute révolution a ses sacrifices"
    Donc il y aura d'autres victimes

    (je sais...je prends tout ça trop au sérieux...pardon)

    Posté par Coumarine, 12 septembre 2007 à 11:28
  • Mouarf!
    Ben moi je l'aime bien ce texte!
    Un fantasme?
    Dans ce cas, on sait bien que c'est pas réalisabe (et même pas souhaitable qu'il se réalise).

    Tu as bien fait de le publier Coumarine.
    C'est de la fiction. Le mort (les morts), c'est pour de faux , hein?

    J'aime bien aussi "Ils étaient venus de partout, même de l’île au sud du pays. Une rude concurrence." !
    Il m'a fait rire, moi, ce texte.

    Posté par val, 12 septembre 2007 à 11:37
  • À lire les commentaires, il est évident que c’est une nouvelle réussie ! La preuve : bien peu parviennent à le prendre au second degré… L’écriture est efficace, même si elle est servie par un thème très porteur, voire provocateur. On peut donc se demander si c’est le thème choisi ou son traitement qui confère à ce texte sa force évocatrice, et remettre sur le tapis le vieux débat du fond et de la forme en littérature.

    Posté par Vagant, 12 septembre 2007 à 11:58
  • Si, tu as bien fait de publier Coumarine. La consigne est parfaitement respectée et l'idée de décroissance est tout à fait respectable.

    Posté par Oncle Dan, 12 septembre 2007 à 13:56
  • je suis désolée Martajeu

    L'actualité angoissante de ces derniers temps (montée de l'islamiste) est pour quelque chose dans mon recul par rapport à ton texte
    J'ai de la peine à le voir comme simplement un texte littéraire bien écrit, bien mené...
    En tous cas, tu suscites des réactions, ce qui est bien le but...

    Posté par Coumarine, 12 septembre 2007 à 14:02
  • Dès la 3e ligne on comprend...

    Cet oeil de boeuf à peine entrouvert... bien sûr on aurait pu être plusieurs à avoir cette idée..
    Tout le long du texte ... j'ai attendu la chute à savoir que non - ce n'était pas du terrorisme - mais la chute n'est pas venue et l'analyse sombre et froide de celui qui "endoctriné" va passer à l'acte est bien faite.

    Alors, oui tu as bien fait de publier ce texte Coumarine. Il m'est arrivée d'écrire des textes sur des meurtres, sur des instants de folie... donc ce n'est qu'une fiction...

    Matarjeu - sans doute eut-il été plus judicieux de renvoyer cette scène en vraie fiction en la faisant se dérouler en Papaousie ou Andouillerie ?

    La date du 11 septembre.. si proche rend ce thème encore plus troublant et générateur de malaise.

    Posté par ilescook, 12 septembre 2007 à 14:35
  • J'ai pensé à Dieu porte t'il des lunettes noires...une nouvelle de Dantec.
    Le héros a la possibilité de retourner dans le passé le jour de la naissance d'un enfant prénommé Adolf...le tuera t'il ?

    Posté par Kloelle, 12 septembre 2007 à 14:44
  • Bon, moi je n'en rajouterai pas une couche, c'est vrai qu'à moins d'un an des présidentielles, c'était osé (ou courageux) de poster ce texte...

    Par contre, merci pour ta phrase "travailler moins pour dépenser moins"... à partir de maintenant, ça sera ma définition du bonheur ! ^^

    Posté par jordael, 12 septembre 2007 à 14:55
  • j'espère tout de même que nous n'en sommes pas à ce qu'il soit dangereux de proposer ce texte. Quoique ?... Je crains plutôt que cela ne change rien. Que prévoie la constitution du pays dont tu parles, pour la relève ?

    Posté par brigetoun, 12 septembre 2007 à 15:42
  • La consigne est respectée et le contenu m'a fait... rêver ! Après tout, c'est bien le but d'une histoire de faire rêver.
    Merci à Coumarine de l'avoir publiée et à toi, Matarjeu, de l'avoir écrite.

    Posté par Plum', 12 septembre 2007 à 16:29
  • effrayant, mais ce texte condensé rend sans doute bien la froide détermination qui anime les sujets dont il est question. ça met en tout cas très mal à l'aise

    Posté par chrysalide, 12 septembre 2007 à 17:14
  • Martajeu, au poker, pour ce que j’en sais, il ne faut pas dévoiler son jeu prématurément.
    Je partage (donc cela l‘augmente) la remarque des Ilescook.
    Ce texte aurait peut-être gagné en force s’il se fût montré plus adroit. Un chemisier trop transparent semble impudique. Quand la dame est mignonne, on sait modérer ses objections, à défaut de ses ardeurs. Ici, elle n’est pas reluisante, on s’accorde même à la trouver obscène. Elle l’est !

    Cependant ce texte est intéressant, même si trop intelligible.
    Il se situe dans l’air du temps.
    D’abord parce qu’il concerne un pays où ses dirigeants sont démocratiquement élus et qu’il ne coûte rien de les brocarder. Ensuite parce que ce terroriste est un bien naïf personnage. Quelle conscience politique ! ! ! Ne mêle-t-il pas sa culture occidentale (castings, jeux de télé-réalité, célébrité immédiate basée sur l’expression d’un non-talent, etc...) à une absence réelle de perspective d’avenir ?
    Martajeu, en ce court texte nous montre bien la puérilité du personnage.
    Derrière ce pantin qui tire les ficelles ?
    Qui arme les bras ?
    A qui profite le crime ?
    Et ceux qui sacrifient leur vie ailleurs, loin, tout près, comment en sont-ils arrivés au don ultime ? Avec les mêmes arguments que celui-ci, qui nous provoque, ce soir ? Je ne crois pas . Mais qui suis-je pour savoir ?

    Finalement, Martajeu derrière cette limpidité, que d’eaux troubles vous soulevez !

    Posté par Papistache, 12 septembre 2007 à 17:45
  • Comme le disait Brassens : " Mourir pour ses idées....mais de mort lente, mais de mort lente !"

    Posté par isabel, 12 septembre 2007 à 19:02
  • Dès qu'il s'agit d'un texte "politique" je décroche car la littérature et la fiction me servent à m'évader, à me changer les idées, à me faire rêver.
    si c'est pour me plonger dans la réalité quotidienne, je lis le journal.
    désolée de choquer mais sincère.

    Posté par sodebelle, 12 septembre 2007 à 20:52
  • J'avoue que je n'aime pas ce texte pace que je trouve qu'il manque de recul, d'humour.
    Je suis encore plus gêné par la mention des innocentes victimes.
    ça accrédite l'idée , en raison du manque d'humour, qu'à condition de seulement tuer N. il n'y aurait pas de problème.
    C'est proprement une idée scandaleuse!

    Posté par Arthur HIDDEN, 12 septembre 2007 à 21:13
  • perso, ce qui m'étonne, c'est que tous , vous ayez vu des terroristes, derrière les personnages du texte de matarjeu...
    mais il est vrai qu'en d'autures temps, c'est ainsi qu'on appelait les résistants, en france, et q'on les nomme encore ainsi, ailleurs.

    où se situe la frontière entre résistance à un régime qui aliène son peuple, et le terrorisme, qui détruit tout au nom de la sainte parole ? vaste débat, non ?

    maarjeu, ton texte est bon, je trouve. mais mon goût personnel aurait préféré deux choss :
    - que le sujet soit dévoilé moins vite, comme le soulignent ilescook et papistache
    - qu'il y ait plus d'aération dans ton texte.

    mais c'est juste histoire de goût.

    Posté par pati, 12 septembre 2007 à 22:21
  • Je ne pensais pas que mon texte susciterait autant de réactions. Si, comme le disent beaucoup d'écrivains, un bon texte est un texte qui dérange, je finirai par devenir prétentieuse et penser que mon texte est une réussite ! Je n'ai pas eu l'intention d'écrire un texte politique, mais simplement de décrire un type de personnage. Je rappelle la différence fondamentale entre auteur et narrateur. Rassurez-vous, l'auteur est très paisible et horrifié par le sacrifice d'innocents.

    Posté par matarjeu, 13 septembre 2007 à 10:17
  • Ce texte permet de cracher un cri révolutionnaire !

    MORT AUX CONS ET AUX CONNES !

    (chacun y trouvera son compte...)

    Posté par Alainx, 13 septembre 2007 à 10:53
  • Coumarine, tu détesterais ou tu détestes que des innocents soient sacrifiés ? Car bien plus qu'une fiction, c'est une réalité répandue ! En Afrique, en Amérique latine, au proche et moyen orient...
    Pourquoi vouloir cacher aux yeux des lecteurs qqch que les médias exposent ?
    Cette réalité est horrible et c'est heureux qu'on le pense. Néanmoins, elle existe bel et bien et il faut en parler. Il faut s'offusquer, il faut s'y opposer. La nier ou la voiler ne sauvera en aucun cas la vie de ces innocents immolés sur l'autel de la violence.... de l'envie de changement.

    Posté par Anaïs, 13 septembre 2007 à 13:33
  • Plutôt qu'à l'islamisme, ça m'a fait penser aux "régicides" des anciens régimes et aux nihilistes russes (de type destructeur, qui fomentaient des attentats, par opposition aux nihilistes pacifistes...)

    Exemple, à l'attentat de Sarajevo, en 1914, contre l'archiduc F-Ferdinand et son épouse morganatique, attentat qui a servi de prétexte à la déclaration de guerre de 1914-18. C'est surtout à ça que ça me fait penser.

    Posté par Pivoine, 14 septembre 2007 à 16:02
  • d'accord avec toi, pivoine

    d'où ma remarque sur la diff entre terroristes et résistants...

    Posté par pati, 14 septembre 2007 à 22:17
  • Un tres bon texte, osé peut-etre...? enfin, il faut savoir prendre des risques, et c'est ce que l'auteur et la publieuse ont fait. Bien joue!

    Posté par Janeczka, 15 septembre 2007 à 14:35

Poster un commentaire