Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

18 septembre 2007

L'attente (Virgul)

L'horloge indique 22h30, mais elle est en avance.Comme moi, se dit Fabian qui a toujours détesté être en retard.La ponctualité est la politesse des Rois. Le Roi des imbéciles, oui !Pourquoi suis-je ici à arpenter ce foutu trottoir ?Ces anciens bâtiments industriels sont vraiment lugubres.C'est la pleine lune en plus, sa lumière blafarde étire mon ombre enl'aiguisant.Et ces deux fenêtres idiotes, qui comme des yeux de chouettes, ont l'air dem'épier.Dans la nuit urbaine un homme seul est toujours suspect.A part moi, personne. Sentiments... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 19:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 septembre 2007

Fenêtre aux lettres (Miss Alfie)

L'horloge indique vingt-deux heures trente mais elle est en avance.Ce soir, la fenêtre s'est ouverte quelques minutes plus tôt. Ellesemblait pressée de pouvoir me parler ! Oh, que je suis ému, jel'aperçois, j'entrevois son ombre qui se déplace dans la pièce. Ellea allumé une petite lampe, et la voilà qui s'approche. Mon coeur batde plus en plus vite. Je suis si impatient, comme chaque soir...Voilà six mois déjà que nous communiquons ainsi. Et nous utilisonstoujours la même méthode. Je lui fais passer mes missives en livrantles fruits... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 septembre 2007

Clin d’œil-de-bœuf (Sodebelle)

L’horloge indique vingt-deux heures trente, mais elle est en avance… de cinq minutes. Je voudrais bien partir d’ici, en finir, j’ai besoin d’air. Je te regarde, gisant devant moi, emmuré dans ton silence, emprisonné dans ta non-vie.   Tu ne me parles plus. Tu ne me regardes plus. Je n’existe plus. Tes yeux sont clos. Tu dors, depuis six mois.   Tous les matins, tu me disais ton amour, Tous le soirs, tu me le répétais. Je t’avais dit que je n’étais pas sure de t’aimer assez. Tu... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:11 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
18 septembre 2007

La mémoire des pierres (Régine)

   L’horloge indique vingt-deux heures trente, mais elle est en avance. Elle est en avance, mais il ne le sait pas. Alors il va partir. Il lève les yeux vers les deux fenêtres ovales, là-haut, tout en haut du mur de briques rouges. Puis son regard revient à l’horloge, sur un autre mur de brique, en face.. Quelle idée d’avoir restructuré cette vieille usine pour en faire des appartements ! L’ usine ! Les parents disaient à leurs enfants : « si tu ne travailles pas bien à l'école, tu finiras... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
18 septembre 2007

Une enquête de l'inspecteur Gordon (Gino G)

—L'horloge indique vingt deux heures trente, mais elle est en avance. Quandl'avez-vous remise à l'heure la dernière fois, Monsieur Poireau?—Jeudi dernier, lorsque je l'ai remontée.—Vous voulez dire que cette horloge comtoise était au premier étage jeudidernier au moment du crime ?—C'est une horloge un peu turbulente. Non seulement elle avance, mais elledescend quand on a le dos tourné. Je la remonte une fois par semaine. Mais je mefais aider.—Par qui ?—Par le jardinier. C'est un costaud.—Regardez votre montre, Poireau. Que lisez-vous... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:05 - - Commentaires [13] - Permalien [#]