Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

24 septembre 2007

Aïe ! (Sale) Coup. (Sodebelle)

Je lui ai dit de se taire

 

Sept, trop long.

 

Je lui ai dis : « Tais-toi. »

 

C’est mieux mais encore une de trop.

 

J’ai dit : « Ferme ta gueule ! »

 

Ah, nous y voilà, le compte est bon mais suis-je resté fidèle au sens ?

Nous verrons ça à la relecture, quand j’aurai une vue d’ensemble.

Pause : un doigt de saké pour fêter ça ! Le plus dur c’est de s’y mettre mais ça y est, je le sens bien celui-ci.

 

Deuxième vers : littéralement, ça donnerait quelque chose comme :

Sinon je te fracasse le crâne avec une des trois bouteilles.

Quinze syllabes, merci, je ne demandais pas tant : sept me suffisent amplement. Même en n’en prenant qu’une sur deux, j’en suis encore à sept et demie. (Ca existe des demi syllabes ? Je demanderai à Sammy.)


Juste pour rire, qu’est-ce que ça donnerait ?

Si … je … fra … le … a… une … trois … teilles

Z’avez pas compris ? Et si je vous dis :

Non … te … casse … crâ … vec … des … bout.

C’est pas mieux ? Mais c’était pour rire, Andouilles !

 

Je m’égare, je m’égare, faut épurer : 

Sinon je te casse une bouteille sur la tête.

Onze

 

Sinon je te fracasse le crâne.

Huit.

Evidemment je laisse tomber la bouteille au passage.

Et la bouteille, c’est quand même l’élément principal de l’œuvre, faut que je m’y cramponne !

 

Sinon la bouteille, ton crâne.

Sept !

J’y suis !

On ne bouge plus, un, deux, trois… le petit oiseau va sortir.

Fier de moi : je garde le principal, sans chichis, limpide comme de l’eau de roche.

Dépouillé.

Sobre.

Zen

 

Vous en pensez quoi, vous ?

Comment ça « c’est pas français » ?

Mais tous les mots sont dans le dictionnaire : c’est pas chinois !

Et dire que dans mon extrême bonté je m’apprêtais à trinquer avec vous mais puisque vous me cherchez des poux sur mon crâne chauve, je m’abstiendrai.

Parfaitement.

Tant pis pour vous !

D’ailleurs ça tombe bien parce que y en a presque plus de saké.

 

Non, je ne suis pas vexé, je suis GENIAL.

C’est vous qui pigez rien à la littérature, Fourmis Ignares.

 

Laissez-moi terminer : il m’en reste un.

Il s’est tu. C’est tout.

Hein, qu’est ce que je vous disais ?

C’est pas du génie, ça ?

Cinq du premier coup, sans se faire prier.

Et ça sonne bien en plus : on dirait presque du japonais.

 

Si Monsieur Yaveka Pamtapedsu n’est pas content de la traduction de son Haïku, je lui rectifie le portrait, moi,  et rira bien qui rira jaune le dernier !

Posté par _Sammy_ à 14:00 - Sodebelle - Commentaires [18] - Permalien [#]

Commentaires

  • C'est un petit peu longuet, c'est vrai... Coum' va nous taper sur les doigts
    Et j'ai surtout peur que la plupart des lecteurs n'aillent pas au bout... Je pense que tu gagnerais à le refaire en plus court, en plus ramassé, car l'idée de départ est bonne (avec ou sans l'allusion à Sammy ! Je suis flatté, merci !)

    Posté par Sammy, 22 septembre 2007 à 15:02
  • 5-7-5.....et on comprend de quoi il retourne...lol
    Malgré tout on peut dire qu'il perd un peu de la délicatesse et de la subtile poésie du Haiku en route celui-ci.
    Un texte plein de fantaisie en tout cas.

    Posté par kloelle, 24 septembre 2007 à 14:21
  • Génial! Original! J'ai beaucoup ri. (et ça fait cinq du premier coup...°

    Posté par dan, 24 septembre 2007 à 14:21
  • J'ai eu du mal à lire ce texte et je m'y suis remise à plusieurs fois. C'était peut-être ça le but recherché ! )

    Posté par brig, 24 septembre 2007 à 16:01
  • la cuisine de l'auteur, normalement, le lecteur n'a pas à la connaître... que reste-t-il de la grâce du haiku ?
    c'est amusant mais un peu trop long à mon avis

    Posté par matarjeu, 24 septembre 2007 à 16:19
  • j'ai bien ri et ça fait du bien au milieu de toutes ces ruptures enivrées

    Posté par chrysalide, 24 septembre 2007 à 16:29
  • Où l'on comprend qu'écrire un Haï Ku est un vrai casse-tête. Pour se réconcilier avec son exercice exigent mais plus apaisant, puis-je recommander la lecture de "Sariganara" de bernard Forest (en Folio)? Mais cela me donne envie de me remettre à cette écriture...

    Posté par jujube, 24 septembre 2007 à 16:31
  • un peu complexe à aborder; est ce ça un haïku ?
    me voilà avec un mot de vocabulaire à élucider ce soir. merci

    Posté par Eva-Alix, 24 septembre 2007 à 20:39
  • je sais ce qu'est un Haïku maintenant et a la relecture de ton texte j'ai vraiment bien ri , merci

    Posté par Eva-Alix, 24 septembre 2007 à 21:41
  • allons allons pas de grossierté
    n'est pas andouille qui veut !

    par contre quel texte !
    une révélation, vous aussi chauve !
    je m'effraie,
    trop réfléchir fait-il chuter les cheveux Coumarine ?
    fait -il tomber les épis papistache ?

    pendant que j'ai encore les cheveux dans le vent je vais vite me renseigner sur SA Ké (enfin qu'est c'que c'est ) une poésie du Haiku

    Posté par rsylvie, 24 septembre 2007 à 21:48
  • je prefère te voir faire haiku que hara kiri!
    J'ai beaucoup apprécié ton texte, le rythme, l'humour, l'originalité. ça m'a donné envie de mieux connaitre la technique du haiku.

    Posté par fabeli, 24 septembre 2007 à 22:07
  • moi j'ai lu d'une traite... et rebus vers par vers ... euhhh ah j'adore cette façon de procéder !

    Bravo !

    Posté par ilescook, 24 septembre 2007 à 22:58
  • Longueur...

    Shame on me : moi qui est plus stricte que n'importe qui pour faire respecter aux autres (!)les 2000 caractères alloués, me voilà surprise en flagrant délit de... hum, hum, débordement.
    Mais c'est parce que il y a plein d'espaces!!! si, si ! très, très peu de caractères, en fait...
    excusez-moi mais je me suis trop marrée à l'écrire.
    merci de votre tolérance.

    Posté par sodebelle, 24 septembre 2007 à 23:21
  • Quelle imagination. Oui , tu as du te régaler à écrire ce texte que je ne trouve pas si long que ça moi. Ca fait du bien de sourire )

    Posté par cassy, 25 septembre 2007 à 09:24
  • Comment ça, ça ne respecte pas la contrainte des 2000 caractères ? C’est un comble pour un texte sur les haïkus qui, je crois, ont bien d’autres contraintes que le nombre des syllabes ! Cela dit, j’aime bien ce texte et je trouve naturel que la contrainte des 2000 mots ne soit pas respectée. Car c’est l’histoire d’un traducteur qui se bat avec les contraintes formelles, alors comment ses pensées intimes pourraient s’y conformer, comment son monologue pourrait s’y confiner ?

    Posté par Vagant, 25 septembre 2007 à 12:05
  • Les commentaires m'ont aidé à comprendre la teneur originale du texte... On s'y retrouve tous un peu non ? C'est ça qui me plait chez lui !

    Posté par Le Chat, 27 septembre 2007 à 11:49
  • Il est vraiment trop bien torché, ton texte! J'ai beaucoup ri et admiré les jeux de mots, de langue, le rythme... Ai découvert le haïku et puis aussi Yaveka Pamtapedsu, les fourmis ignares... Tout ça pour construire un texte! Que la vie peut être contraignante )

    Posté par loulapoul, 28 septembre 2007 à 17:51

  • oui, comme bien d'autres, je me suis marrée à te lire. Le titre est super, il dit déjà tout de façon pourtant sybiline.
    Tu connais "Neige" de Maxence Fermine ? Un beau livre aux reflets de douceur et de poésie, parsemé de haïku. A lire un beau jour d'hiver blanc ! il en devient magique.

    J'adore le contre-pied que tu prends sur les consignes Sodebelle ! On ne sait jms à quoi s'attendre avec toi.
    Délice

    Posté par Anaïs, 06 octobre 2007 à 18:03

Poster un commentaire