Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

02 octobre 2007

Rage against the machine (Francine)

Je lui ai dit de se taire : je ne voulais aucun bruit parasite pour cette expérience. Compréhensive, elle m'a laissé opérer à ma manière, scientifiquement, bien qu'elle ne put réprimer un petit air moqueur. Bien entendu, elle savait, elle. Forcément. Moi aussi, j'avais compris, je ne suis pas complètement idiot tout de même. La seule différence entre nous deux ? Prise de conscience, peut-être. Jusqu'ici, je n'avais pas voulu y réfléchir, pas m'encombrer l'esprit... D'abord, j'étais pas doué pour ça, surtout pour ces choses là. D'accord, d'accord, je mentirais si je disais que je n'avais pas apporté mon obole sur l'autel de la préméditation. Mais tout ça, ce n'est jamais que pure théorie. Alors, et d'une, c'est facile, et de deux, ça rime à rien. Et puis, je, je, je, moi je, moi j'ai, moi y en a... N'en avais-je pas tout simplement assez de ne tourner autour que de ma petite personne ?

J'ai posé mon oreille tout contre. J'ai fermé les yeux. J'ai attendu. Elle a retenu son souffle. Rien. Toujours rien. Dramatiquement rien.

J'ai relevé la tête, la mine déconfite. Elle a pris ma main et l'a posée sur. Comme une plume. Et puis rien, comme toujours. Je les retiens tous ces psy à la mords-moi-le-noeud, ces docteurs es machin-chose, ces experts en connerie humaine, oui. A te dire et redire ce que tu dois faire ou pas. Et les gens qui ne te loupent pas, au passage. A te juger dès le premier mot de travers. Toute une histoire et pour quel résultat ? Rien !

Et puis là, j'ai senti.

J'ai paniqué, je ne sais même pas si je l'ai embrassée. J'ai couru, j'ai dévalé quatre à quatre les marches, je suis parti. Le bar d'en face, vite. Vite !

Une bouteille.

Puis deux.

Puis trois.

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah, y a pas à dire, ça fait du bien par où ça passe, crénom de crénom de nom !

Maintenant, c'était certain. J'allais être père.

Posté par _Sammy_ à 08:30 - Francine - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

  • Le cœur des hommes

    C'est un peu caricaturale quand même, mais il y a de cela oui.
    Je n'ai jamais rien écrit sur cette expérience. Un jour peut-être.
    J'adore le rythme du texte. Il y a du tempo dans ce récit.

    Posté par le chien, 02 octobre 2007 à 09:16
  • Ahh au fait. Pourquoi avoir choisi comme titre le nom de ce goupe ?
    Je connais quelques uns de leurs titre mais là je ne vois pas…

    Posté par le chien, 02 octobre 2007 à 10:01
  • C'est du joli

    3 bouteilles pour un battement de coeur..Qu'est-ce-que ça va être à la naissance ! Un tonneau ?....

    Tu ferais bien d'aller lire l'article de Brie ci-dessous...A ce rythme-là, en comptant les battements de coeur de bébé pendant 9 mois, les caves de la bourgogne entière n'y suffiront pas...et bonjour l'addiction...

    Posté par juliette03, 02 octobre 2007 à 10:09
  • >>Le chien et Juliette03 : Oui, bien sûr que c'est un peu caricatural, personne ne réagirait réellement comme cela. C'était juste une manière d'appuyer le ressenti du père et d'introduire les bouteilles d'une manière un peu humoristique mais peut-être est-ce loupé ? Ceci dit, je n'ai pas dit quel était le contenu des bouteilles : peut-être était-ce simplement de la bière à 2-3 °C... voire du Champomy !

    Pour le titre, j'ai voulu signifier l'impuissance du père face à "Mère nature", cette "machine" si complexe. On peut peut-être aussi y voir un peu le poids culturel de la société dans laquelle on évolue, parfois important, sur ce type de sujet... Je trouvais que le nom de ce groupe (que j'apprécie) laissait entrevoir ce genre d'idées...

    Merci de vos commentaires !

    Posté par Francine, 02 octobre 2007 à 10:47
  • ca me fait penser à une scène du film 5x2 de François Ozon. La panique de l'homme qui devient père.

    Carricatural peut-être pas. Je pense que les pères écrivains de Paroles Plurielles pourraient nous faire part de leur première réaction des premiers battements de coeur ou premiers mouvements perçus.

    Posté par Farfalino, 02 octobre 2007 à 13:28
  • Il n'y a pas de mots pour définir le moment où un homme réalise qu'il est père. Cet extrèmement fort, car contrairement aux mamans, nous n'y sommes pas préparé, nous ne réalisons pas encore.
    Pour moi, le moment le plus fort, c'est l'instant où la sage femme a mis mon fils dans mes bras.

    C'est à cet instant prècis que la réalisation se fait totalement, et beaucoup d'entre nous - c'était le cas pour moi - nous demandons une chaise après quelques secondes.

    Si on veut comprendre ce moment : tout est là.
    Regardez un père, étonné, s'asseoir comme un vieillard, sans quitter des yeux ce qu'il tient dans les mains.

    Posté par le chien, 02 octobre 2007 à 14:35
  • Texte bien mené, rythme rapide, curiosité émoustillée... je me suis bien amusée à te lire.

    Posté par sodebelle, 02 octobre 2007 à 14:43
  • du suspense, et la chute est surprenante

    Posté par matarjeu, 02 octobre 2007 à 17:25
  • >>Farfalino : je connais François Ozon mais pas ce film précisément. Merci d'avoir introduit le débat.

    >>Le chien : et merci d'apporter un témoignage de papa ! En fait, j'ai écrit cette histoire car quelqu'un dans mon entourage va bientôt être papa et m'expliquait que pendant longtemps, même s'il voyait le ventre de sa femme grossir, il ne réalisait pas spécialement. A tel point qu'il n'était, par exemple, pas question de réfléchir à un prénom pour le moment. Un peu surprise au début (je pensais naïvement que le déclic se faisait plus rapidement mais n'ayant pas d'enfant, il n'est pas forcément aisé d'appréhender totalement le sujet), j'ai essayé de comprendre son point de vue : je lui en reparle régulièrement et les premières sensations "d'être papa" sont apparemment venues lorsqu'il a senti les premiers mouvements. Ceci dit, cela doit prendre une autre mesure lorsque, comme tu le décris, le papa reçoit le bébé dans ses bras.

    >>Sodebelle et Matarjeu : merci à vous deux !

    Posté par Francine, 02 octobre 2007 à 21:42
  • Quel beau texte super et cette emotion d'être Papa... c'est certainement sa toute première fois... la prochaine fois, Coumarine, mets des verres au lieu des bouteilles hi hi !

    Posté par ilescook, 05 octobre 2007 à 13:41
  • si joli, on sait vite ce qu'il en est mais justement c'est ravissant

    Posté par brigetoun, 05 octobre 2007 à 19:30

Poster un commentaire